Véronique Bontemps
Gilette jaune, chercheuse, féministe (ce blog a été celui des GJ Enseignement Recherche)
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2020

Véronique Bontemps
Gilette jaune, chercheuse, féministe (ce blog a été celui des GJ Enseignement Recherche)
Abonné·e de Mediapart

« Pas d’engagement ! » Sur une ou deux expressions à la con

En niant l’engagement, en proclamant du moins cette voie comme impossible, on refuse de voir une réalité toute simple, que les « existentialistes » n’ont pas inventée: on est toujours engagé·e, et de multiples façons Un nouveau post dans Comme des roseaux https://commedesroseaux.fr/

Véronique Bontemps
Gilette jaune, chercheuse, féministe (ce blog a été celui des GJ Enseignement Recherche)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Pas d’engagement ! » Sur une ou deux expressions à la con

Un nouveau post dans Comme des roseaux

sagesse de la rue par La Dactylo

Tout ou Rien, Marie-Flore

« Pas d’engagement »

C’est un thème qui revient souvent pour qui vit des aventures sentimentales/sexuelles/sensuelles multiples. A travers la multiplicité, on cherche parfois, souvent, à se prémunir d’un trop fort attachement. En niant l’engagement, en proclamant du moins cette voie comme impossible, on refuse de voir une réalité toute simple, que les « existentialistes » n’ont pas inventée : on est toujours engagé·e, et de multiples façons. 

Une relation sous-entend toujours une certaine forme d’engagement : c’est peut-être bien pour cela que certain·e·s préfèrent ne pas leur donner le nom de « relation ». Le Larousse définit pourtant la relation aussi bien comme « ensemble des rapports et des liens existant entre personnes qui se rencontrent, se fréquentent, communiquent entre elles » que comme « rapports sexuels »… Difficile de ne pas tomber dans l’une ou l’autre de ces catégories.

« On ne se doit rien » 

Prétendre qu’il n’y a pas d’engagement, qu’on ne se doit rien, c’est surtout user d’indicateurs peu explicites pour se déresponsabiliser. Ce n’est pas parce que la relation ne porte pas le poids des enjeux implicites (et normés) d’un « couple installé » qu’il n’y a pas d’engagement, et qu’on ne se doit rien. Non, non et non. C’est un mensonge, du déni et surtout, c’est une facilité pour pouvoir ensuite se comporter n’importe comment, comme on ne le ferait jamais avec un·e ami·e (avec qui pourtant on n’a jamais partagé cette sorte d’intimité).

« Pas d’engagement, on ne se doit rien », c’est choisir paresseusement de ne pas s’accorder le temps de la discussion ou de l’entente. Comme un indicateur vide tel que « baignade non-surveillée », où peu importe ce qu’il adviendra, on s’est dégagé de ses responsabilités. Alors, peut-être est-il temps d’apprendre justement à se responsabiliser, pour ne pas laisser nos relations vivre au gré des vents extérieurs ? Chercher plutôt à naviguer à plusieurs, quelle que soit la direction ? Peut-être est-il temps d’apprendre à faire la différence entre « refuser » le couple (ou l’idée stéréotypé qu’on nous vend) et refuser l’attachement ? Refuse-t-on de s’attacher à nos ami·es ? Encore une fois, explorer les multiplicités et sortir des conceptions souvent binaires (si c’est pas comme ci, c’est comme ça) pour pouvoir s’autoriser à inventer autre chose et faire la route autrement : finalement, c’est encore d’imaginaires des possibles dont nous avons besoin pour cesser de tomber perpétuellement dans les mêmes schémas qui finissent par blesser une ou toutes les parties.

En interagissant avec quelqu’un·e, même si c’est sur une base purement sexuelle, celle de plaisir partagé commun (ou de celui qu’on voudrait se donner et prendre mutuellement), on s’engage. Pas pour la vie, pas pour tout : mais dans une réciprocité qui devrait pouvoir se dire. Le refus de cet engagement, dès lors que la relation se poursuit, ressemble fort au placage de schémas préétablis sur ce que l’on est en train de vivre, dans l’instant. 

« Avoir de sentiments » = « exiger » = « souhaiter le couple » ? Franchement ? 

N’y a-t-il vraiment aucun espace pour s’aventurer au-delà ? 

« J’ai peur que tu t’attaches trop »

On pourrait aussi se demander si la « peur de l’engagement » ne serait pas une excuse pour éviter d’exprimer ses sentiments, parfois en vrac, parfois maladroitement : est-ce qu’on ne pourrait pas, ne devrait pas répondre, tout simplement : « Je suis là, je t’écoute » ? Sans ressortir le sempiternel « j’ai peur que tu t’attaches trop. » Sans prêter à l’autre des sentiments ou des affects dont on n’a pas discuté et qu’on évite de prendre en compte ou d’écouter soi-même. Est-ce qu’il y aurait moyen d’imaginer des relations où on accepte que les sentiments, les désirs, les besoins, les affects circulent ? Cesser de prôner un détachement mortifère, et accepter que cela puisse déborder, sans toujours chercher à se protéger ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant