Véronique Duval
auteure, éditrice
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 févr. 2019

Le trou de la Sécu

Hôpital, jour, Quelque part en France, en février 2019. Cabinet de consultation orthopédique. murs blancs, table de consultation, mobilier datant des années 70-80. Personnages : un chirurgien, homme âgé d'une soixantaine d'années. Un patient, étudiant âgé de 18 ans.

Véronique Duval
auteure, éditrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hôpital d’A., consultation orthopédique. Le chirurgien, un homme corpulent, aux cheveux grisonnants, examine le jeune homme allongé sur le divan d’examen. 15 jours plus tôt, il l‘avait opéré en urgence : rupture du tendon du quadriceps. Du bon travail. La cicatrice est belle. Le genou est encore enflé, c’est normal. La douleur ? Ça va.  Le patient, 18 ans, étudiant en sciences du sport, pourra poser le pied par terre dans quatre semaines. Il doit dès maintenant commencer la rééducation post-opératoire : « le risque, c’est la formation d’adhérences qui limiteraient la flexion ». Le praticien dicte les courriers à l’attention des confrères. Cet accident a un antécédent, au même genou, survenu 3 mois plus tôt : fracture du plateau tibial avec hyper-extension des ligaments croisés postérieur. Question : le tendon avait-il été fragilisé par ce premier traumatisme ? Peut-être. L’étudiant en sport pourra-t-il récupérer totalement ses capacités ? Ça dépend. On se revoit dans un mois. C'est tout, avant que l’infirmière enlève les agrafes ? Une dernière question : un kiné a suggéré un passage par un centre de rééducation, qu’en pense le chirurgien ? L’homme en blouse blanche lève les yeux au ciel derrière ses lunettes, avant de les fixer sur le jeune homme. Un centre de rééducation ? Alors, si on parle de cela, il faut aller jusqu’au bout. Quel centre, d’abord ? Celui d’à côté ne prendra pas en charge.  Il y a Capbreton, mais réservé aux sportifs au niveau national…  Le regard fixe toujours l’étudiant de 18 ans. Si vous trouvez le centre, je veux bien faire le courrier. Mais vous savez, avec le trou de la Sécu !
Il hausse les épaules, salue, s'en va.

Parce que cette scène du quotidien, dans un hôpital quelque part en France, m'a interloquée, je l'ai racontée autour de moi. J'ai récolté alors d'autres scènes du quotidien, d'hier ou d'aujourd'hui. J'éprouve beaucoup d'estime et de respect pour les personnes qui travaillent à l'hôpital public. Ce chirurgien a fait les gestes nécessaires. Mais cette parole, ce qu'elle transpirait de culpabilisation, de condescendance !

Alors, comme ça mon garçon, tu voudrais creuser encore le trou de la Sécu, avec une rééducation en centre ? Tout ça, parce que tu fais des études de sport ?

Alors, on parle comme ça, au nom du trou de la Sécu ? 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin