Véronique Duval
auteure, éditrice
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 sept. 2019

Chronique d'une catastrophe annoncée. Greta Thunberg, le monde et nous

Réponse au concert de vieux mâles blancs servi sur les plateaux d'un monde en décomposition avancée.

Véronique Duval
auteure, éditrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mardi 1er octobre

Nous avons créé les éditions La nage de l’ourse, en 2017, pour donner la parole aux acteurs du monde qui vient. Mus par la conscience que les menaces s’accumulaient, pesant sur les jeunes générations et rendant impératif un autre rapport au monde. Notre première auteure a 30 ans. Le second a plus de 80 ans. Le 5eauteur vient d’avoir 20 ans. Elles et ils célèbrent la vie,  notre capacité de métaboliser le changement, la beauté du monde.

Confrontés à la nécessité d’une transformation de nos sociétés, nous savons que des solutions existent et s’inventent. Nous agissons depuis quelques années afin de mettre en cohérence nos convictions, nos valeurs et nos actes. Inquiets devant le déni de réalité de la plupart de nos dirigeants, devant leur indifférence face aux alertes des scientifiques du monde entier, nous entendons depuis plusieurs années se répandre les discours de haine, de repli sur soi, d’accusations des autres.

Notre colère montait à voir comment étaient maltraités les jeunes qui, ici et là, ouvraient la voie vers des modes de vie cohérents, manifestaient, s’opposaient à des projets d’un autre temps. Nous nous souvenons de notre sidération en apprenant la mort de Rémi Fraisse, naturaliste tué par un lancer de grenade de désencerclement.

Depuis, l’urgence écologique éclate à la face de tous. En réponse à cette urgence, le déni continue, se transforme, se renforce. La jeunesse est priée de se résigner à son sacrifice sur l’autel du profit immédiat. On ment, on ricane.  Danse macabre face à une catastrophe annoncée.

Tout de même. Citoyenne éduquée dans les écoles et universités de la République, je ne pensais pas voir un jour, sur les télévisions et les radios de ce pays, le mépris, l’insulte et le concert de hargne tenter de discréditer une jeune fille de 16 ans. Certes, je n’écoutais plus les éditorialistes sentencieux qui depuis des années occupent les plateaux, offrant le spectacle affligeant de leur soumission devant les puissants. Mais je ne pensais pas lire un jour ce que rapporte Samuel Gontier, journaliste à Télérama, sur son blog. Ces « chiens de garde » n’ont pas de mots assez durs pour Greta Thunberg, qui parle haut et clair.  Mise à mort symbolique qu’un écho sinistre relaie. Je ne pensais pas voir un jour un homme riche, blanc, respectable, ingénieur des ponts et chaussée, directeur de banque et président des amis d’un grand musée d’art contemporain parisien, appeler à abattre une enfant de 16 ans. Qu’un personnage possédant autant de capital financier, symbolique et relationnel se comporte comme une petite frappe en dit long sur l’état de santé de notre civilisation.

Formée au journalisme, je ne pensais pas non plus apprendre un jour qu'une chaine d’information juge bon de diffuser en continu le discours de haine d’un autre homme, déjà condamné pour provocation à la haine raciale.

Je ne pensais pas qu'un jour, je serais témoin qu'un concert de vieux mâles blancs puisse former un précipité aussi trouble.

Nous continuerons à porter la parole de ceux qui agissent pour que le monde qui vient ne soit pas le leur, rance et cliquetant de chaînes,  mais celui de femmes  et d’hommes lucides et conscients de nos erreurs, de nos faiblesses, et de notre richesse, celle d’un monde prodigieux et aujourd’hui gravement menacé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot