Véronique HURTADO
Rêveries d'un blogger solidaire
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2012

La République des Lions

Véronique HURTADO
Rêveries d'un blogger solidaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

François HOLLANDE : 12 août.

Manuel VALLS : 13 août.

Claude BALAND : 12 août.

Jean-Luc MELENCHON : 19 août.

Marine LE PEN : 05 août.

Le "Lions Club"

« On ne va pas bien loin si l'on ne fait pas quelque chose pour quelqu'un d'autre. » Cette idée simple est le point de départ du « lionisme ». 

Création du Lions Club : Le 7 juin 1917, les représentants des Cercles (clubs- Services) se réunissent à Chicago, sur l'initiative de Melvin Jones. Ils choisissent pour emblème le lion, qui symbolise la force et le courage. Le lionisme va devenir une manière d'être et de se comporter généreusement, une ouverture d'esprit au bénéfice de l'homme quelle que soit sa nationalité, sa religion ou sa philosophie. [ Qu'il soit Juif, Hindouiste, Chrétien ou Musulman ]

Internationalisation

En 1920, est défini l'acronyme « LIONS » : « Liberty, Intelligence, Our Nations' Safety (liberté et compréhension sont la sauvegarde de nos nations) » et la devise « We Serve » (« nous servons») est adoptée en 1953. [ Liberté et compréhension : « Pitié, messire le lion, soyez compréhensif ! Laissez-moi ma liberté (d'expression) pour la sauvegarde de notre nation » !]

Dès lors, les actions du Lions International s'étendent au-delà des frontières des États-Unis. Des clubs se créent sur tout le continent américain, en Asie et dans le Pacifique. Aujourd'hui, le Lions International est la plus grande association internationale de Clubs-Services du monde avec 1,3 million de membres dans 45 000 clubs répartis dans 206 pays, chaque pays disposant d'ailleurs d'une large autonomie qui lui permet de manifester son identité culturelle dans l'Association. »

Il faut savoir que :

« Le lion est un animal grégaire, c'est-à-dire qu'il vit en larges groupes familiaux, contrairement aux autres félins. Le lion est le deuxième plus grand félidé, après le tigre, et ainsi le plus grand carnivore d'Afrique [ C'est vrai qu'ils ont de l'appétit, nos lions ! Ils sont prêts à tout dévorer. ]

La femelle du lion est la lionne, c'est elle qui va chasser, son petit est le lionceau. Le lion mâle ne chasse pas mais il est chargé de combattre les intrusions sur le territoire et les menaces contre la troupe. [ Voir le lion Manuel VALLS combattant les intrusions sur le territoire français ]. Un grand coup de patte d'un lion est assez puissant pour provoquer la rupture des organes internes et même pour casser des os. [ Pas seulement des os, des fois, toute une brigade ! Claque pour la BAC nord de Marseille ]

Il est communément admis que les lionnes sont plus rapides que les mâles et peuvent atteindre des vitesses maximales proches de 60 km/h, mais cette vitesse ne peut être maintenue que sur de faibles distances. [ Je vous explique la stratégie pour abattre la lionne ? Préférez les courses d'endurance. A condition d'avoir aussi la forme physique ! ]  Les lionnes assurent de 80 à 90 % des prises lors de la chasse [ C'est mal barré , pour les mâles ! ] . Les mâles, plus lourds, moins rapides et plus facilement repérables par leur corpulence et leur crinière, sont moins efficaces. [ C'est bien ce que j'écrivais : c'est pas gagné pour les mâles ! ]  

Les lionnes maintiennent souvent leur proie par le museau jusqu'à ce que celle-ci étouffe. [Oui, je trouve aussi que Marine a de la gueule ! ] Classé comme « vulnérable » par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le lion est exposé à un risque d'extinction [ Le lion mâle, vous voulez dire ? ].

Comportement social

Contrairement aux autres fauves, plutôt solitaires, les lions vivent dans des troupes, qui sont des unités sociales permanentes, composées de femelles apparentées entre elles, de mâles non apparentés aux femelles et de leur progéniture. [ C'est la femelle qui  crée le lien parental, comme chez l'homme .  « - Reste ici, mon bonhomme ! Tu crois aller où, ce soir ? »

Reproduction et infanticide

Seuls les mâles au sommet de la hiérarchie peuvent se reproduire, car le dominant a pleine autorité sur le harem. Mais cette période ne dure en moyenne que deux à quatre ans [ Profitez-en les mâles, car ça ne va pas durer ! ]  ». Or, chaque femelle n'élevant qu'une seule portée à la fois, un mâle dominant nouvellement arrivé au sommet de la hiérarchie ne peut pas se permettre d'attendre jusqu'à deux ans avant de pouvoir s'accoupler. Pour rendre des femelles fécondables, il n'hésite donc pas à tuer des petits.

Rugir est employé pour délimiter le territoire, appeler les autres membres du groupe [ le téléphone aussi, c'est pas mal ! ], intimider les rivaux et renforcer le lien « familial » entre les membres du groupe. Les rugissements du mâle sont plus forts et plus profonds que ceux de la femelle. Par une puissante expiration, les lions rugissent, rentrant leurs flancs et gonflant la poitrine, souvent dans un bas grondement commençant par quelques bas grognements et gémissements, qui indiquent à d'autres lions qu'un groupe vit dans le secteur, et de rester en dehors du territoire [ "Dehors ! Combien de fois il faudra vous le répéter ! Pas d'étrangers sur mon territoire !" rugit le lion Manuel VALLS ]. Par une nuit claire, il peut être entendu jusqu'à cinq kilomètres de distance [ La bande Schengen des contrôles transfrontaliers s'étend sur 20 km, pas cinq ! Faut rugir plus fort, pour être entendu. Plus fort !!! Plus fort, Plus Fort, PLUS FORT... ]. 

Le langage corporel est d'égale importance. Les lions ont un cérémonial complexe de salutation au cours duquel ils gémissent doucement l'un et l'autre, balancent la tête latéralement et gardent la queue levée vers le haut, voire posée sur le dos de l'autre lion. [ Sinon ils ne saluent pas. Surtout quand ils croisent le chemin d'une autre lionne, une « ex ». ]

Il n'y a pas de saison de reproduction définie [ comme chez les autres hommes ]. Pour vérifier la fécondité d'une femelle, le mâle utilise l'organe de Jacobson, se situant sur le palais, sous la surface intérieure du nez. Pour ce faire, le lion relève la lèvre supérieure et ouvre la gueule. Ce processus est qualifié de « flehmen » [Chez l'être humain aussi, il existe des techniques de reconnaissance labiale très élaborées ].

Même si un mâle arrive au sommet de la hiérarchie, il ne peut se reproduire avec une femelle qu'avec son consentement. [ C'est sûr qu'elle a du caractère, la compagne actuelle du Roi-Lion ! Et même la précédente. Alors sans son consentement... rien n'est possible ! ]

C'est en tournant autour de lui, en se roulant à ses pieds, en frottant sa tête contre son cou, que la femelle provoque le mâle dominant. Elle se met à plat ventre et relève la croupe ; cette position, appelée lordose, permet au mâle une meilleure pénétration. [ Oui, parce que la souplesse ne doit pas être le fort de certains lions mâles  ! ]

"I feel a headache coming on!" Traduction française : " - Pas ce soir, chéri ! J'ai mal à la tête." Un classique du genre chez les femelles de toute espèce...

Pendant l'accouplement, le lion garde la nuque de la femelle dans sa gueule et la mord au cou. Cela la garde instinctivement calme [ que « pendant l'accouplement »  ? Puisque le lion sait comment faire pour calmer sa ou ses compagnes, qu'attend-il pour le faire ? ] ; le pénis du mâle est garni de protubérances épineuses et lorsqu'il se retire, on suppose que la lionne ressent de la douleur. [On suppose...]

Quand les jeunes mâles ont été chassés du groupe par leurs pères, ils deviennent nomades et forment ensemble une « coalition », parfois rejoints par d'autres jeunes mâles. 

De telles coalitions de jeunes mâles vont essayer de prendre la tête d'une troupe en évinçant les mâles résidents. Toutefois, cela n'est pas toujours une réussite. De telles luttes sont généralement sanglantes, et il n'est pas rare qu'elles s'achèvent mortellement. [Un père averti en vaut deux ! « Tu quoque mi fili ! », aurait dit un certain Jules César à son fils Brutus. Encore un lion ? ]

Si les vieux mâles du groupe perdent la lutte, ils sont chassés et mènent ensuite une vie de solitaires.

[ Bernadette cherche un compagnon de jeux pour Jacques.]

Les mâles n'ont donc pas de temps à perdre et ils doivent tenir à la tête du groupe jusqu'à ce que les lionceaux soient assez grands pour être épargnés. Les mâles restent rarement plus de trois ou quatre ans à la tête du groupe, et n'ont donc pas le temps d'attendre que les portées des prédécesseurs soient devenues adultes pour se reproduire. [ Dans « Totem et Tabou », Freud, s'inspirant d'une conviction de Darwin, suppose à l'origine de l'humanité une horde primitive, groupement humain sous l'autorité d'un père tout-puissant qui possède seul l'accès aux femmes. Il présuppose alors que les fils du père, jaloux de ne pouvoir posséder les femmes, se rebellèrent un jour et le tuèrent, pour le manger en un repas totémique. ] [ Note de l'auteur du billet : Les lions sont de grands carnivores. ]  

Il arrive fréquemment que les femelles attaquent le mâle assassin.  [Traduction : Ce sera Manuel VALLS, le fils spirituel qui, tuant le père, sera assassinée par la lionne, Marine LE PEN .   Source WIKIPEDIA

"Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction." Antoine de SAINT-EXUPERY

Mais on peut regarder dans la même direction [ la présidence de la France ] sans forcément s'aimer.

« Aussi longtemps que les lions n'auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur. »

Proverbe africain

Question : C'est qui,  le chasseur ? Celui qui guette sa proie,  à l'affût, dans l'ombre et qui attend patiemment son heure.

 Dans tous les cas, une lionne avec trois lions, c'est deux lions de trop ! Il reste un lion à l'affût, un mâle solitaire à l'instinct très peu grégaire. 

L'affût (ou affut) est une technique de chasse qui consiste pour un prédateur à rester caché en silence et à attendre qu'une proie passe à portée. En dehors de la chasse, l'homme utilise aussi cette technique en photographie animalière [ d'où les splendides photos de lions illustrant ce billet. C'est plus beau qu'un trophée de chasse, lion empaillé ou peau de lion ].

Le tigre, comme d'autres animaux, chasse à l'affût. Un lion solitaire, c'est un cousin très proche du tigre. Le premier des prédateurs ! Il est le seul à ne pas avoir peur d'affronter la lionne chasseresse. Comme les tigres.  

 "Messieurs les courtisans, cessez de vous détruire ; Faites si vous pouvez votre cour sans vous nuire. Le mal se rend chez vous au quadruple du bien. Les daubeurs ont leur tour d'une ou d'autre manière: Vous êtes dans une carrière Où l'on ne se pardonne rien."

"Le lion, le loup et le renard". Jean DE LA FONTAINE

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis