Véronique HURTADO
Rêveries d'un blogger solidaire
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 nov. 2014

De Coluche, l'Emmerdeur pas mort : "Aux voleurs ! Ils ont pris les clefs de la maison et la maison avec. La France a été volée"

Véronique HURTADO
Rêveries d'un blogger solidaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paraît q'u'y sont pas contents, les Français ?

Pas seulement de la Hollande, mais de la France.

Pourtant, question fromages, on est les meilleurs !

Le fromage de Hollande, il est trop mou.

Que j'vous dise !

Ouaip...

Faut pas croire c'qu'y racontent les loustics, ceux qui vendent la boutique "passe qu"'ils sont trop feignasses pour vendre les marchandises produites par les Français. 

Qu'est-c'qu'y disent, les politiques ?

Trop cher !

Qu'est-c'qu'y disent, les patrons ?

Trop cher !

Et qu'est-c'qu'y disent, les citoyens qu'ont plus un rond ?

Trop cher.

Vendons tout et devenons tous riches, hips !

Vendons tout avant qu'ils ne nous prennent tout.

Vendons tout nous-mêmes :

- les usines de vaches et les usines à vaches, pour les vaches à lait que nous sommes, bêtes de somme,

Vendons sans délais :

- les terres agricoles avec ou sans pommes,

- les prairies pour en faire de la bonne, de l'herbe,

- les écoles et les mairies,

- les palais des "Blair-eaux" (de "Blair", précise-t-il) et les balais des laids laquais.

Tout, vendons tout !

Toi, combien tu coûtes ?

Car tu coûtes bien quelque chose ?

Siiiiiiiiiiiiiiiihhhhhh, tu coûtes quelque chose.

Mêm' que tu leur coûtes trop cher !

Aux politiques.

Pass'qu'eux, ils nous coûtent rien, pe't-êtr' ?

Des sous, des sous, des sous, oui, mais pas des coups !

Tiens, fil'-moi les clefs de ta maison.

Siiiiiiiiiiiiiiihhhhhhhh, j't'euh dis :

- File-les moi !

Comment ça, t'as pas confiance ?

Pourtant j'suis ton élu !

Elu, élu qu'a pas lu les clauses du contrat, qu'y dit.

D'ailleurs, les lignes, elles sont toutes petites, courtes sur pattes, comme nos élus.

Z'avez remarqué qu'en c'moment, vous les préférez courts sur pattes, vos poilus ?

"Poilus", pas pass' qu'y z'ont du poil, non !

Z'ont pas d'couilles.

"Poilus" pass'qu'y z'ont de la mémoire, la mémoire du passé.

Celle de la guerre de 14-18, la guerre des tranchées, celle où c'est le premier qui bougeait qu'était mort.

C'est pour ça qu'y bougent plus !

Z'avez vu, comment qu'y courent bien avec leurs petites jambes  ?

Y'en a un, c'est le roi du pédalo tandis que l'autre, c'est le roi de la pédale.

En vélo, bien sûr !

Des rigolos, moi j'vous dis.

Mais des comiques, moins sûr.

Pass'qu'y sont pas drôles, nos politiques.

De toute façon, y comprennent que dal à l'économique.

Pas étonnant qu'y préfèrent les jeux de balles.

- Rapporte la baballe ! Oui, là, ici, au pied, plus près, couché.

Pour que dal, en plus, même pas doué pour marchander.

Alors, vous leur filez les clefs de la maison, oui ou non ?

De la maison France ?

Z'êtes fous, hips ?

Ca va pas la tête ?

Fouille tes poches.

Elles sont, où, tes clefs, hein, où qu'elle sont ?

Ca y est, il s'est fait voler ses clefs, ce couillon.

Voilà, on est tous dans le bouillon.

T'imagine, ouais, ferme les yeux, mieux qu'ça.

Triche pas.

T'arrive chez toi.

Enfin t'arrive que c'était chez toi avant.

T'as filé tes clefs à un locataire le temps que t'étais parti en voyage.

Il a tout emporté le locataire !

Tout, les meubles et l'immeuble.

Siiiiiiiiiiiiihhhhhhhhhhhhhh, il a même revendu l'immeuble, après avoir vendu tes meubles.

Il a pas le droit ?

Il était pas propriétaire des lieux ?

Est-ce que j't'en cause, moi, du droit d'être propriétaire quand on est pauvre, d'abord ?

Depuis quand la France, elle est aux pauvres ?

Ce sont les riches, les voleurs.

Ce sont eux qui la revendent à l'extérieur, volent ses meubles et dérobent ses valeurs.

Ce sont eux les voleurs qui l'ont vendue, la France, aux autres.

Rendez-nous la France !

Elle est à nous !

On vous l'avait confiée, pas donnée.

Voleurs !

Il aurait pas fallu se fier à eux.

Pass'qu'aujourd'hui , qu'est-ce qu'y nous font "ch..er", nos élus politiques !!!!!!!

C'est toi qui l'as élu, l'élu ?

T'avais pas tout lu, avant de signer.

Bon, qui va déposer plainte chez les poulets pour qu'on nous la rende, la France ?

Et nos clefs ?

Tous propriétaires.

Pour redevenir propriétaires de vos vies, devenez propriétaire de votre terre, la France.

Cessez de laisser les autres, les élus pas voulus, vous vendre vos biens à vot'place.

Ouvriers, vendez vos usines à la place de vos patrons !

Ecolos, soyez rigolos, vendez de l'herbe à la place des vaches, mort aux vaches !     

Les vacheries, ça suffit.

Le plateau des mille-vaches, c'est pour moi.

Bah ouais quoi, moi, les vaches, j'adore !

La vache, t'as vu la bête ?!  

Et la tête de l'autre ?

Lui, c'est pas un écolo ni un rigolo.

Vendez tout, j'vous dis, jusqu'à vot'slip, avant qu'ils ne vous prennent tout.

A vendre,

Coluche et ses blagues,

avant l'arrivée de la vague brune.

D'ailleurs j'vois déjà la brume qui monte.

COLUCHE vous précise qu'il est aussi court sur pattes.

Donc vous pouvez voter pour lui :

-  "A l'aise, Blaise !"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS