Véronique HURTADO
Rêveries d'un blogger solidaire
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2015

Kaamelot, le psychodrame français : quand David CAMERON, de droite, doit tout à François HOLLANDE, de gauche.

Véronique HURTADO
Rêveries d'un blogger solidaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Angleterre, David CAMERON doit son élection et reconduction de Premier Ministre de droite à François HOLLANDE, Président de la République de gauche, en France :

- électrocution, consternation ou résignation.

Non, ce n'est pas sa grande éloquence ou ses indéniables qualités d'élocution qui ont permis à David CAMERON de faire voter les "British" pour lui, riches comme pauvres.

C'est la France en souffrance et ses défauts d'évolution, sans révolution, dévotion immobiliste d'un François HOLLANDE de gauche, qui ont convaincu les Anglais de ne surtout pas voter pour un Premier Ministre travailliste de gauche.

Jamais !

Pour finir comme la France ?

Avec un taux de chômage explosif et un déficit budgétaire devenu un calvaire pour les contribuables français qui ne voient rien, mais rien venir, comme "soeur Anne" ?

Les Anglais se sont méfiés, et pas qu'un peu !

- "Ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ?"

- "Je ne vois rien que le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoit", répond soeur Anne à la jeune épouse éplorée, l'épouse du terrible Barbe-Bleue.

Les Anglais, on leur a déjà fait le coup avec Henri VIII, la préfiguration de Barbe Bleue, celui qui tuait toutes ses épouses, pour ne pas avoir à en divorcer.

Bourreau des corps et des coeurs, lui, contrairement à Bernard CAZENEUVE, ne laissait personne partir ou repartir.

Il ne supportait pas d'être délaissé.

C'était comme être blessé "de l'intérieur".

Donc il tuait.

C'était radical, radical de gauche.

Il préférait être hué, Henri VIII, qu'être destitué.

A lui le pouvoir, le pouvoir de tout faire et surtout de malfaire.

La question qu'a posée David CAMERON aux Anglais, avec une franchise étonnante et détonnante dans un paysage politique français lymphatique est la suivante :

- "Voulez-vous devenir comme les Français ?"

- "Non !", ont crié les Anglais.

Puis, ils se sont précipités dans les urnes pour éviter le pire, ressembler aux Français.

Sans l'image subliminale de François HOLLANDE, les sondages anglais auraient eu raison.

Mais avec François HOLLANDE, on n'a jamais raison.

Ou alors on a tort d'avoir raison, allez savoir !

C'est un peu comme la gauche devenue la droite et la droite devenant la gauche.

La désorientation politique suit la décomplexification économique.

Tout devient simple à l'extrème, extrème droite ou extrème gauche :

- Pour gouverner la France, dites "oui" !

Oui aux "patrons".

Oui aux "matons".

Oui au "bâton" !

L'ordre règne là où le vide s'installe.

Moins il y a de choses à ranger, plus il y a d'ordre dans une maison.

Une maison vide est le summun du rangement.

Et une tête vide est le sommet d'un changement, le changement "pirouette/cacahuète", le changement d'une girouette qui suit le vent et les mouvements ambiants.

David CAMERON voue une reconnaissance éternelle à François HOLLANDE :

- c'était le 8 mai 1945, jour de libération contre le nazisme oups !

- c'est le 8 mai 2015, jour de capitulation de la France contre le mondialisme.

De toute façon, quand on ne peut pas contrôler ses frontières, on dit qu'on est "mondialiste" et immigrationniste, comme François HOLLANDE.

Et quand on exige de garder le contrôle de ses frontières, on dit qu'on est "nationaliste" et libéraliste, comme David CAMERON.

A défaut de pouvoir gagner la guerre, comme le Maréchal PETAIN, on explique que la défaite est une victoire.

Et on va saluer la statue du Général De GAULLE !

 http://www.leparisien.fr/diaporama/en-images-ceremonie-du-8-mai-1945-hollande-mise-sur-la-transmission-08-05-2015-4756143.php#xtref=http%3A%2F%2Fwww.google.fr

 EN IMAGES.

Cérémonie du 8 mai 1945 : Hollande mise sur la transmission

08 Mai 2015, 15h43 | MAJ : 08 Mai 2015, 16h17

[ La France célèbre ce vendredi la victoire des Alliés, avec en point d'orgue une commémoration parisienne en présence de François Hollande, du Premier ministre Manuel Valls et de John Kerry, en visite dans la capitale.

 Le secrétaire d'Etat américain s'est recueilli aux côtés de Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, devant la tombe du soldat inconnu, lieu de mémoire aux victimes françaises des deux guerres mondiales du XXe siècle depuis 1920. Arrivé sur place peu avant 11 heures, le président de la République a déposé une gerbe de fleurs devant la statue du Général de Gaulle. [...] ]

Il a "gerbé", le Général De GAULLE !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie