Affaire DIEUDONNE bis : "Interdit de rire" car "Interdit(e) d'écrire".

Au théâtre, ce soir,  se joue une pièce de ma vie :

- "Tartuffe ou l'Imposteur", du célèbre MOLIERE.

Sauf que l'imposteur, ce n'est pas DIEUDONNE.

 

Bonjour, Monsieur le Premier Ministre,

 

Le 1er septembre 2014, vous avez fait radier des cadres de la police nationale par votre ministre de l'intérieur une syndicaliste qui défend les agents victimes de discrimination raciale, sexuelle, médicale (personnes handicapées) ou sociale (femmes veuves ou divorcées), les plus petits grades dans la police nationale.

 

radiation.jpg

 

 

La raison de cette radiation des cadres ?

 

 

 

 hazard.jpg

 

La trop grande liberté d'expression syndicale de cette représentante du personnel qui, confrontée à la force d'inertie considérable de son administration, avait ouvert un blog syndical sur MEDIAPART pour dénoncer ce qui se passait, loin de Paris, à Perpignan,  ville du Sud dont les services de police sont gérés par des chefs de service qui se connaissent tous, des Alpes-Maritimes jusqu'aux Pyrénées-Orientales, en passant par les Bouches-du-Rhône, la plus grande gueule du Sud.

 

Dans  le même temps, vous avez fait de l'antisémitisme et du racisme en France votre  cheval de bataille, censurant l'humoriste DIEUDONNE qui serait lui-même antisémite et raciste, en lui interdisant tout spectacle "préventivement".

 

Ne l'ayant jamais lu ni écouté, ce n'est pas à moi d'en juger.

 

images?q=tbn:ANd9GcQA7zjKaQNey47we5g6B0ZX6ke76WKg8-zlqvHALvW2LKmDHS7EH9w6OrmrJw

 

Par contre, je m'étonne qu'un  humoriste soit devenu la cible de toutes vos attentions et "préventions", alors que, dans le même temps et au même moment, vous protégez par votre décision de me faire licencier, au moment du décès de mon père (belle opportunité),  un chef de service dont le racisme  a été prouvé par un rapport publié au JO de  l'ex-CNDS, ex-autorité indépendante de la Commission Nationale de la Déontologie pour la Sécurité,  par des alertes médiatiques lancées par des associations de défense des droits des étrangers et même par la presse africaine  reprenant les alertes des associations, pour s'en faire l'écho lointain mais insistant.

 

Donc vous comprendrez que je ne comprenne pas votre attitude à mon égard, moi qui suis accusée de porter atteinte à la réputation de la police nationale, parce que j'ai défendu des agents discriminés racialement, sexuellement et socialement, particulièrement en dénonçant publiquement sur un blog  un chef  "pro-nazi" travaillant dans la police nationale, sous votre autorité.

 

 480004_505941772796048_1853479561_n.jpg

 

 

Ainsi vous acceptez de protéger, par votre "silence" et la manifestation d'une volonté de me faire taire,  ce chef de service ouvertement pro-nazi dans la police nationale et publiquement connu pour son racisme, non par ses déclarations ou son humour  raciste, mais par ses actes racistes.

 

Je vous demande solennellement, Monsieur le Premier Ministre, de vous expliquer sur cette affaire, ma radiation des cadres de la police nationale, qui équivaut à une suppression de la liberté d'expression syndicale (droit constitutionnel).

 

 

 

 1837905311-1.jpg

 

Et si vous maintenez mon licenciement, alors que je n'ai jamais commis aucune faute professionnelle,  de bien vouloir présenter des excuses à M. DIEUDONNE.

 

Car ce n'est pas l'humoriste DIEUDONNE qui prépare le lit du fachisme en France, ce sont ceux qui soutiennent, comme vous semblez vouloir le faire, des chefs de service racistes, criant "Heil Hitler !" dans leur bureau, bras levé, sans équivoque pour un salut nazi qui n'est pas une "quenelle", des chefs qui se permettent de "casser" du petit personnel, des sans-grades, des veuves de policiers, des agents handicapés ou des policiers "différents", des chefs qui sont la lie de la République française, des chefs qui laissent afficher dans des locaux porfessionnels des photographies d'Hitler, comme le parfum brun d'une certaine nostalgie

 

 620_2830_file_zapiro_censure.jpg

 

 

Je vous avais informé loyalement de mon intention de faire connaître ce qui s'était passé dans les services de police de la ville de Perpignan, si cette erreur d'appréciation sur la   dénonciation d'agissements discriminatoires,   agissements prouvés par des enquêtes  et audits diligentés en interne que mon administration a refusé de communiquer lors du conseil de discipline, n'était pas "corrigée".

 

Malgré le refus des représentants du personnel, mes camarades syndicalistes, de se prononcer sur une sanction lors de ce conseil de discipline qui s'est tenu le 4 juin 2014, s'agissant d'un dossier politique engageant la responsabilité de votre gouvernement sur une décision portant gravement atteinte à la liberté d'expression syndicale, votre ministre de l'intérieur a considéré que cette absence totale de proposition de sanction lui permettait de me faire radier illico des cadres de la police nationale.

 

humour-noir-x.jpg

 

Je proteste donc ouvertement, Monsieur le Premier Ministre, sur l'hypocrisie d'une posture médiatique, la vôtre, qui est une imposture politique, au vu de ce qui se passe aujourd'hui dans les services de la police nationale.

 

J'attends de connaître publiquement la suite, Monsieur le Premier Ministre,  que vous voudrez bien donner à mon courrier du 16 septembre 2014, qui vous a été envoyé par LRAR.

 

Sinon il vous faudra logiquement présenter vos plus plates excuses à  l'humoriste DIEUDONNE qui, lui,  n'a jamais  fait de mal à une personne handicapée ou à une femme seule et sans défense ou à un policier d'origine maghrébine, contrairement aux chefs de service que je dénonce.

 

 

 

 Noirs_dans_les_camps_nazis.jpg

 

Il n'est jamais trop tard pour reconnaître qu'être d'extrème-droite en France, c'est "normal".

 

Le silence tue.

La vérité sauve.

 

 

 

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Premier Ministre, l'expression sincère de ma très grande déception, une vive déception qui repose sur le fait que ce soit un gouvernement de gauche qui fasse fermer son blog et sa gueule à une syndicaliste de gauche, pour faire plaisir à des chefs de service marqués à droite, très  à droite.     

 

 

Pour

SUD INTERIEUR 66

Syndicat "Solidaire" de celles et ceux qui n'ont plus personne pour les défendre en France.

Et

"Interdite de rire, car "interdite d'écrire."

 

Signé,

Véronique HURTADO

 

 arton172994-040aa.jpg

 

 

 

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/veronique-hurtado/300314/coluche-vs-dieudonne-catch-dans-la-police-nationale-qui-va-remporter-le-match

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.