Retour sur la pensée de Karl Marx

Ne vous dite pas que cette article n’est pas fait pour vous, il s’agit en est fait de parlé de la pensé de KARL MARX, mais cette article n’est pas fait pour parlé entre expert, que d’ailleurs je ne suis pas et il ne développera que trois idée pas plus…

 

Ne vous dite pas que cette article n’est pas fait pour vous, il s’agit en est fait de parlé de la pensé de KARL MARX, mais cette article n’est pas fait pour parlé entre expert, que d’ailleurs je ne suis pas et il ne développera que trois idée pas plus…

 

Pour les amies des sectes dite communiste, qui passe leurs existence a se disputé sur des virgules, mon désir n’est pas de vous dérangez dans votre retraite monastique.

 

Pour les autres ma seul volonté est juste d’apporté une réflexion politique sur une pensé encore d’actualité…

 

En un je vais abordé la chose suivent,

 

Pour beaucoup de personne la pensé de Karl Marx est une pensé étatiste, la question est pour tant loi de d’être une vérité tangible, pour se qui l’on lu, il estimait que l’état une foi prix par le prolétariat, sa nature changait et l’utilité de celui-ci n’étant plus, il périclite.

 

D’ailleurs dans la critique du programme de gotha, KARL Marx clarifie se opinion, pour les différenciés de celle de Lassalle , dans le chapitre trois, il affirme «  dire que les travailleurs veulent établir les conditions de la production collective a l’échelle sociale, et d’abord chez eux, nationale, signifie seulement qu’ils travaillent au renversement des conditions de production actuelles ; et cela na rien a voire à voire avec la formation de sociétés coopérative avec l’aide de l’état. mais, en se qui concerne les sociétés coopérative d’aujourd’hui, elles n’ont de valeur qu’autant qu’elles sont indépendantes et que ce sont des créations des travailleurs qui ne sont protégée ni par les gouvernement ni par les Bourgois »

 

Ce chapitre de la critique du programme de gotha, Marx, nous laisse une parti importent de sa vision du communisme, une vision qui est d’une prise de pouvoir du prolétariat des moyens de production et que cette prise en main des moyens de production dois se faire avec une prise de pouvoir politique.

 

la logique de tout cela est qu’une fois cette pise de pouvoir des moyens de subsidence et de la politique « au sens vie de la cité » prise en mains par le prolétariat, ils et elles gouvernant a leurs destiné , donc sans l’antagonisme de classe, la question de l’état dans sont rôle répressif n’a plus lieu de persisté et donc périclite en tant que telle, pour ne devenir plus qu’une coopération organisationnelle, donc la fin de l’état.

 

Chose qui ne c’est d’ailleurs pas encore réalisé, mais qui ouvre des perspectives d’avenir.

 

Et on est loi d’une idée politique de l’état…

 

Une deuxième idée véhiculé qui ne correspond pas a la vision que l’on se fais de l’auteur du capital est sur la question du parti, qui pour bon nombre de personnes et pour des socialistes, autant que pour des communistes doit avoir un rôle hégémonie et on Joux sur les mots et on dit de guide du prolétariat.

 

si on prend le manifeste du parti communiste,

 

chapitre 2 « quel rapport des communiste avec les prolétaire en général  les communiste ne sont pas un parti particulier parmi les autre partis ouvriers. Leurs intérêts ne sont pas distincts des intérêts du prolétariat tout entier. Ils ne posent pas des principe particuliers, d’après lesquels ils voudraient modeler le mouvement prolétarien. Les communistes ne se différencie des autres parti prolétariens que sur deux points : d’une part, dans les lutte national des prolétaires, ils mettent en avant et font valoir les intérêt communs a l’ensemble du prolétariat ; d’autre part , au divers stade de développement que traverse la lutte en prolétariat et bourgeoisie , ils présente constamment l’intérêt du mouvement général »….

 

Le reste du texte est du même acabits, on est loin d’un parti qui doit être le dirigent du mouvement ouvrier et politique prolétarien !!! et est bien plus tôt dans la pensé de Karl Marx, un parti responsable qui aide le mouvement prolétarien a gardé en tête c’est intérêt politique et donc internationaliste.

 

Cela se rapproche plus d’un professeurs des écoles, que d’un dictateurs, de plus dans la pensé de Marx, on vois bien que la question du parti communiste est dans un mouvement et que le parti communiste ne doit pas se confondre avec le mouvement, mais y participé et y milité en apportant une réflexion nécessaire , je rajouterais…

 

On est Loing d’un parti dictatorial.

 

Troisième point a abordé la question de la dictature du prolétariat, pour karl Marx, il ne s’agie pas d’un dictateurs au sens contemporain , mais il prenait comme référence la Rome antique , qui a des période de trouble, donné a un magistrat une tache légal de plein pouvoir temporaire, pour réglé un problème provisoire, donc la compréhension de la pensé marxiste, le prolétariat dans sont ensemble est le magistrat qui conduira la marche « une fois le pouvoir pris » vers le communisme.

 

La réflexion que je vais la na que pour unique bus d’apporté une réflexion sur le idée porté par Marx, qui ne soit pas toujours bien appliqué et comprise…

 

Cordeil olivier

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.