Dans quel pays vivons-nous?

Cela n'a rien, ou du moins pas directement, à voir avec l'affaire Strauss Kahn. Il semble que, si l'on prend la peine de l'observer à distance, la France soit un pays bien étrange. Un pays pas vraiment respectueux des libertés civiles et individuelles, du moins si on le compare aux autres pays dits démocratiques. On peut en tout cas poser quelques questions, en vrac et sans souci aucun d'exhaustivité.

Cela n'a rien, ou du moins pas directement, à voir avec l'affaire Strauss Kahn. Il semble que, si l'on prend la peine de l'observer à distance, la France soit un pays bien étrange. Un pays pas vraiment respectueux des libertés civiles et individuelles, du moins si on le compare aux autres pays dits démocratiques. On peut en tout cas poser quelques questions, en vrac et sans souci aucun d'exhaustivité.

Dans quel autre pays démocratique punit-on le délit d'outrage au drapeau et à l'hymne national. Dans quel autre pays démocratique occidental (excepté nos voisins Belges) réglemente-t-on les tenues vestimentaires ? Dans quel autre pays démocratique occidental un policier peut-il contrôler votre identité sans raison et vous placer en garde à vue si vous protestez ? Et porter plainte par dessus le marché pour offense à personne dépositaire de l'ordre public ? Dans quel pays "du monde libre" est-il interdit de stationner en groupe ? Ou la simple appartenance à "une bande", sans autre précision, est un délit ? Dans quel autre pays démocratique occidental le Roi, excusez-moi, le chef de l'Etat, nomme-t-il le responsable de la radio et de la télévision publiques ? Dans quel autre pays un Président peut-il nommer le premier ministre, dissoudre l'assemblée et jouir d'une totale immunité, y compris pour les cimes les plus graves, sans avoir en face de lui une assemblée élue puissante ? Dans quel autre pays démocratique un ministre, poussé hors du gouvernement, retrouve-t-il automatiquement son poste de député sans même avoir à solliciter le suffrage populaire ? Dans quel autre pays parle-t-on d'interdire à des mamans voilées d'accompagner les sorties scolaires de leurs enfants ? Dans quel autre pays un élu municipal (en l'occurence une élue EE-LV) a-t-il le pouvoir de faire enlever son voile à une femme lors d'une cérémonie de mariage civil ? Quel autre pays peut se targuer de discuter publiquement de la possibiliter de discriminer officiellement les individus au travail pour des motifs religieux ? Et cela au travers d'un rapport élaboré précisément par l'organisme chargé de la lutte contre les discriminations ? Dans quel autre pays les mots "communautaire" et "communautaristes" (qu'il s'agisse de Noirs, de musulmans ou d'homosexuels) sont-ils des insultes visant à discréditer les opposants politiques ? Devrons-nous bientôt nous comparer à la Russie ou à la Hongrie ?

Alors que nous sommes à moins d'un an de l'élection présidentielle, scrutin censé être l'alpha et l'omega de la vie politique française, le débat essentiel qui intéresse les Français, nous dit-on, porte uniquement sur le pouvoir d'achat et le chômage. Tout juste panaché d'un peu de sécurité, d'immigration et d'identité nationale. Aucun des candidats ne parle des reculs que nous avons enregistré ces dernières années sur les libertés publiques et individuelles. On n'a pas vraiment entendu la gauche sur ces sujets et pas davantage l'extrême gauche officielle (NPA, PG, LO, etc.). Non-sujet pour la gauche, pas assez payant électoralement, quant aux trotskystes, les libertés individuelles et la démocratie ne sont-elles pas pour eux, par essence, "bourgeoises" ?

Et si la France cessait d'être un pays qui prétend donner des leçons au monde entier, si elle cessait de croire en son messianisme universel, qui est, en définitive, bien blanc, hétérosexuel et laïco-chrétien, pour devenir simplement un pays "normal" ? Après tout, on peut toujours rêver.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.