vevevalentino@gmail.com
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2011

Dans quel pays vivons-nous?

Cela n'a rien, ou du moins pas directement, à voir avec l'affaire Strauss Kahn. Il semble que, si l'on prend la peine de l'observer à distance, la France soit un pays bien étrange. Un pays pas vraiment respectueux des libertés civiles et individuelles, du moins si on le compare aux autres pays dits démocratiques. On peut en tout cas poser quelques questions, en vrac et sans souci aucun d'exhaustivité.

vevevalentino@gmail.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cela n'a rien, ou du moins pas directement, à voir avec l'affaire Strauss Kahn. Il semble que, si l'on prend la peine de l'observer à distance, la France soit un pays bien étrange. Un pays pas vraiment respectueux des libertés civiles et individuelles, du moins si on le compare aux autres pays dits démocratiques. On peut en tout cas poser quelques questions, en vrac et sans souci aucun d'exhaustivité.

Dans quel autre pays démocratique punit-on le délit d'outrage au drapeau et à l'hymne national. Dans quel autre pays démocratique occidental (excepté nos voisins Belges) réglemente-t-on les tenues vestimentaires ? Dans quel autre pays démocratique occidental un policier peut-il contrôler votre identité sans raison et vous placer en garde à vue si vous protestez ? Et porter plainte par dessus le marché pour offense à personne dépositaire de l'ordre public ? Dans quel pays "du monde libre" est-il interdit de stationner en groupe ? Ou la simple appartenance à "une bande", sans autre précision, est un délit ? Dans quel autre pays démocratique occidental le Roi, excusez-moi, le chef de l'Etat, nomme-t-il le responsable de la radio et de la télévision publiques ? Dans quel autre pays un Président peut-il nommer le premier ministre, dissoudre l'assemblée et jouir d'une totale immunité, y compris pour les cimes les plus graves, sans avoir en face de lui une assemblée élue puissante ? Dans quel autre pays démocratique un ministre, poussé hors du gouvernement, retrouve-t-il automatiquement son poste de député sans même avoir à solliciter le suffrage populaire ? Dans quel autre pays parle-t-on d'interdire à des mamans voilées d'accompagner les sorties scolaires de leurs enfants ? Dans quel autre pays un élu municipal (en l'occurence une élue EE-LV) a-t-il le pouvoir de faire enlever son voile à une femme lors d'une cérémonie de mariage civil ? Quel autre pays peut se targuer de discuter publiquement de la possibiliter de discriminer officiellement les individus au travail pour des motifs religieux ? Et cela au travers d'un rapport élaboré précisément par l'organisme chargé de la lutte contre les discriminations ? Dans quel autre pays les mots "communautaire" et "communautaristes" (qu'il s'agisse de Noirs, de musulmans ou d'homosexuels) sont-ils des insultes visant à discréditer les opposants politiques ? Devrons-nous bientôt nous comparer à la Russie ou à la Hongrie ?

Alors que nous sommes à moins d'un an de l'élection présidentielle, scrutin censé être l'alpha et l'omega de la vie politique française, le débat essentiel qui intéresse les Français, nous dit-on, porte uniquement sur le pouvoir d'achat et le chômage. Tout juste panaché d'un peu de sécurité, d'immigration et d'identité nationale. Aucun des candidats ne parle des reculs que nous avons enregistré ces dernières années sur les libertés publiques et individuelles. On n'a pas vraiment entendu la gauche sur ces sujets et pas davantage l'extrême gauche officielle (NPA, PG, LO, etc.). Non-sujet pour la gauche, pas assez payant électoralement, quant aux trotskystes, les libertés individuelles et la démocratie ne sont-elles pas pour eux, par essence, "bourgeoises" ?

Et si la France cessait d'être un pays qui prétend donner des leçons au monde entier, si elle cessait de croire en son messianisme universel, qui est, en définitive, bien blanc, hétérosexuel et laïco-chrétien, pour devenir simplement un pays "normal" ? Après tout, on peut toujours rêver.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef