nos libertés risquent encore de diminuer.....................

le pire n'est pas encore arrivé pour l'instant en France, des atteintes encore plus graves à notre liberté d'expression sont envisagées, pour renforcer la sécurité au détriment de la liberté et de la vie privée. Des atteintes graves à notre liberté de communiquer de façon privée sur internet se profileraient-elles dans ce climat d'état d'urgence?

Le ministère de l’Intérieur envisage des mesures pour renforcer encore la sécurité au détriment des libertés.

La coupure des réseaux Wi-Fi ouverts, blocage de TOR pour les utilisateurs français, et fourniture des clés de chiffrement des messageries font partie des solutions envisagées.

Le Monde a révélé de nouvelles mesures recensées par le ministère de l’Intérieur. Ce journal a eu accès à un document interne de la direction des libertés publiques et des affaires juridiques, service du ministère de l'intérieur qui a dressé les mesures demandées par la police ou la gendarmerie pour être inscrites dans les textes de lois attendus pour janvier 2016.

Interdiction des connexions Wi-Fi libres et partagées, et fermeture de toutes les connexions Wi-Fi publiques pendant l’état d’urgence, sous peine de sanctions pénales, la police s’assurant ainsi d’avoir un identifiant précis pour chaque adresse IP.


Interdiction et blocage des communications des réseaux TOR en France  : Même si c'était techniquement possible, ce serait une mesure totalement disproportionnée et attentatoire à notre droit à la vie privée et à une navigation elle aussi privée sur internet.  Rappelons que TOR est utilisé par des activistes et dissidents dans tous les pays autoritaires, pour pouvoir communiquer de façon privée. Pour mémoire, l'un des premiers pays à avoir bloqué Tor était l’Iran.

Est-ce vraiment la même liberté d'expression qu'en Iran que veut nous offrir ce gouvernement?

Identifier les applications de VoIP et obliger les éditeurs à communiquer aux forces de sécurité les clefs de chiffrement  : le gouvernement veut obtenir que les éditeurs de messagerie chiffrée fournissent des clés de chiffrement pour que les autorités puissent surveiller les conversations privées.

On croit rêver, car tout cela se passe en France, sous un gouvernement qui se dit socialiste!...............même les gouvernements de droite n'avaient jamais instauré l'état d'urgence, assigné des militants écologistes à résidence, interdit les manifestations politiques et sociales (soit-disant pour éviter les rassemblements de gens qui pourraient être la cible d'attentats............) alors que tous les "marchés de noël" qui rassemblent bien plus de monde, sont autorisés.........

La répression contre toute parole qui s'oppose à leurs mesures dictatoriales est en passe de se mettre en place si ces mesures étaient votées.................

les amis, je dois vous dire que j'ai peur!...................et pas des terroristes en premier!

RESISTONS, plus nous serons nombreux, par exemple, à utiliser le réseau TOR, plus nous serons noyés dans une masse énorme et impossible à espionner. Vous pouvez télécharger TOR ici:

http://telecharger.itespresso.fr/31745/tor/

Je cite le fonctionnement du réseau TOR:

"Pour bien comprendre le fonctionnement : imaginez qu’une personne surveille un serveur, un nœud. Tout ce qu’elle verra, c’est que vous venez d’un autre nœud et que vous allez vers un autre nœud. Sauf que vos données transitent de manière aléatoire d’un nœud vers un autre. Ainsi, la personne ne peut pas savoir d’où proviennent les données qui transitent, ni où elles vont. Imaginons encore qu’elle décide de remonter au nœud précédent afin de faire le parcours à l’envers, nœud après nœud. Il ne vous retrouvera pas puisque les données sont effacées aussitôt qu’elles ont transitées via le nœud. Elle ne pourra donc pas aller au-delà du nœud précédent. Et comme vos données ne transiteront plus par ce nœud, cette personne se retrouvera sans aucune piste."

Tor Browser est très largement utilisé dans les pays où les gouvernements surveillent le comportement de chaque citoyen, .........nous y sommes?

 

fascistes fascistes

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.