VGBIO
végane écologiste insoumise
Abonné·e de Mediapart

99 Billets

3 Éditions

Billet de blog 16 oct. 2015

PASCAL DURAND DEFEND LES OURS PYRENEENS et LES LOUPS

VGBIO
végane écologiste insoumise
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a un mois, le député européen Pascal Durand (EELV) accompagnait à Bruxelles (Commission européenne) une délégation Cap-Ours. Il a également adressé une question écrite sur la politique anti loups du gouvernement français.

Voici ci-joint le courrier que Pascal Durand a adressé au commissaire européen de l’Environnement concernant les ours, et plus bas, sa quetion écrite concernant les loups.

Heureusement qu'il y a des élus responsables sur la question des grands prédateurs, EELV en tête ici! merci pour les ours et les loups!

On attend avec impatience les réponses de la commisssion européenne!........et une condamnation sévère du gouvernement de la  France pour sa politique anti grands prédateurs!

A l’attention du commissaire Vella

Bruxelles, le 9 octobre 2015

Monsieur le Commissaire,

Je me permets de revenir vers vous à la suite de la rencontre que nous avons eu le 14 septembre dernier avec les Unités « Nature » et « Mise en œuvre, politique de cohésion et semestre européen » de la DG Environnement au sujet de l’ours brun des Pyrénées.

Cette espèce, symbole de la biodiversité, est clairement en voie de disparition dans la partie occidentale des Pyrénées où on ne compte plus que deux mâles ce qui signifie une impossibilité de l’espèce à pouvoir se reproduire.

À cet égard, il est important de rappeler qu’il existe une séparation naturelle entre le territoire où vivent et se reproduisent les ours des Pyrénées centrales et celui où vivent les derniers ours des Pyrénées occidentales. Tous les spécialistes de l’espèce s’accordent à dire qu’aucune femelle ne fera jamais le déplacement entre ces deux espaces ce qui implique que les populations d’ours des Pyrénées centrales et occidentales doivent donc être examinées séparément.

Selon les experts et aux termes de la directive « Habitats », l’état de conservation de l’espèce est qualifié de « défavorable inadéquat » et « en danger critique d’extinction » sur l’ensemble des Pyrénées.

Il s’agit pourtant d’un immense atout écologique des Pyrénées, qui par ailleurs est largement accepté par la population.

En novembre 2012, la Commission européenne a mise en demeure la France pour lui demander de mettre en œuvre des mesures en faveur de la préservation de l’espèce. À ce jour, nous constatons que ces demandes sont restées sans réponse et qu’aucune mesure concrète n’a été engagée. En attendant, le jour se rapproche où l’espèce disparaîtra de l’ouest des Pyrénées, ce qui constituera une diminution de près de 50% de l’aire de répartition de l’ours dans le massif.

Naturellement, les associations de défense de l’ours font ce qui est en leur pouvoir pour tenter d’enrayer cette extinction proche, mais elles n’ont pas la capacité de contraindre l’État français à agir.

En effet, les voies de recours nationales ne sont pas adéquates, car pour que la responsabilité pour faute de l’État soit reconnue, il faudrait que la population d’ours bruns ait déjà disparue. Ce serait évidemment une absurdité au regard de notre objectif commun.

Il est désormais indispensable, puisqu’il y a une grande urgence, et qu’il en va de la survie de l’espèce, de donner une suite à la mise en demeure de 2012. La solution est connue et elle est simple. Elle consiste à autoriser au plus vite le lâcher d’au minimum quatre femelles ours dans les Pyrénées Occidentales, tout en améliorant les mesures de cohabitation en faveur de l’élevage.

Je reste dans l’attente des suites, positives je l’espère, que vous donnerez aux présentes et à la mise en demeure de la France dans un dossier aussi urgent qu’emblématique pour la préservation de la biodiversité et le respect des normes européennes.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Commissaire, l’expression de ma très sincère considération.

Pascal DURAND

Le 7 septembre dernier, il a également adressé une question avec demande de réponse écrite à la Commission européenne.

Question écrite de Pascal Durand du 7 septembre 2015 :

Objet: Autorisations d’abattage du loup en France

Depuis la réapparition du loup en France et malgré une population aujourd’hui stabilisée autour de seulement 300 individus, le gouvernement français ne cesse de délivrer des quotas d’abattage sous la pression d’éleveurs réclamant l’éradication de l’espèce.

Ces autorisations d’abattage sont délivrées même s’il n’y a pas de dommage important ou d’attaque et même si les troupeaux sont absents. L’application des systèmes de défense des troupeaux n’est pas exigée et les mesures de protection ne sont pas encouragées.

Ainsi, pour la période 2015‐2016, le nombre de loups (mâles ou femelles, jeunes ou adultes) dont la chasse est autorisée s’élève à 36 individus.

1. La Commission a-t-elle reçu le rapport que la France doit lui adresser pour justifier les dérogations décidées depuis 2011? A-t-elle émis un avis favorable pour ces dérogations?

2. La Commission estime-t-elle qu’un abattage de plus de 10 % de la population française de loups ne nuit pas à son maintien «dans un état de conservation favorable»?

3. L’actuelle ministre française de l’écologie s’est engagée à faire modifier la convention de Berne (et donc à réformer la directive Habitats) pour faciliter la destruction des loups. Comment la Commission entend-elle réagir à cette initiative?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI