Vicens
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2015

Une non-défaite à la Pyrrhus

Vicens
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

             Comment résumer les résultats du PS lors de ce second tour des élections générales autrement que par le qualificatif de non-défaite ?

             Certes, cinq régions sur treize en métropole, cela ne peut pas être une victoire, mais les marges sont si étroites en Normandie et en Ile-de-France qu’il aurait pu (ou dû ?) en gagner sept. Qui aurait parié là-dessus ?

             Paradoxalement, pour l’homme de gauche que je suis, cette non-défaite me fait craindre le pire, car elle conforte, visiblement, le gouvernement. Malgré le blabla habituel tournant autour d’un "Je vous ai entendu", lors de son allocution d'hier soir, Valls m’a semblé plus incurable que jamais. Jetant pêle-mêle les mots "terrorisme", "réforme", "patriotisme", "guerre", "Nation", "armée", son discours a été un modèle d’un parler pour ne rien dire.

             La balle est maintenant dans le camp du PS ; non pas dans celui de leur chef de guerre qui réside au Palais, mais dans celui du parti. Cambadélis semble, lui, avoir pris la mesure que cette non-défaite d’hier appelait une réelle, et cuisante, défaite à venir. Comme un homme sortant d’un coma profond, il a paru se rendre – enfin ! – compte que le seul PS ne pouvait pas gagner, et que l’électorat de la gauche dite "radicale" n’avait plus forcément envie de jouer les supplétifs dociles.

             Le résultat en Ile-de-France est, de ce point de vue, sans appel. Il a manqué 60.000 voix à Bartolone pour l’emporter… alors qu’il y a eu 139.000 votes blanc et nuls. Sans vouloir faire parler ces votes non exprimés, il me parait évident que bon nombre d’entre eux viennent d’électeurs de gauche. D’ailleurs, au premier tour, il n’y avait que 99.000 votes blancs et nuls.

             Pourtant, dans cette région, il y avait eu fusion. EELV et le FDG appelaient à voter Bartolone, et lui apportaient un soutien de façade. Mais les politiques ne sont pas propriétaires de leurs électeurs, et ces derniers ne furent pas totalement dupes.

             C’est maintenant au parti, et par l’intermédiaire de leurs députés, de faire entendre raison à celui qui est tout entier tourné vers sa réélection, totalement coupé du peuple de gauche, plongé jusqu’au cou dans l’échafaudage de plans tortueux pour arriver deuxième au premier tour de 2017 puisqu’il a déjà renoncé à aller concurrencer la Marine Nationale.

            A ce petit jeu du qui-perd-gagne, il a déjà imposé à la gauche de se priver de représentants dans deux grandes régions, mais il n’en a cure du moment que cela sert son ambition personnelle. A ce petit jeu du qui-perd-gagne, il va essuyer une cuisante désillusion, et nous imposer un nouveau 21 avril. Tout cela est déjà écrit, sauf… sauf si les députés du PS se montrent résolus et sortent enfin de leur léthargie. Il est encore temps, Mesdames et Messieurs, mais il y a urgence, maintenant. Vous disposez d’un réel pouvoir ; d’abord, celui de renverser ce gouvernement qui vous – et nous – mène droit dans le mur depuis trop longtemps, ensuite celui d’imposer, face à la montée du péril brun-marine, un nouveau Front Populaire, pour reprendre les termes de Mélenchon.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal — Écologie
La sécheresse fait craquer de plus en plus de maisons
Depuis 2015, les périodes de sécheresse s’enchaînent et affectent les sols argileux. Plus de 10 millions de maisons en France sont sur des zones à risque et peuvent se fissurer. Un enjeu à plusieurs dizaines de milliards d’euros pour les assurances.
par Daphné Gastaldi (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe