Hollande déchoit... une fois de plus, et une fois de TROP !

Hollande a déçu, il déçoit toujours, et maintenant il déchoit !

Tout a déjà été dit sur l'inutilité de cette mesure, y compris par le premier sinistre en personne. Reste donc le symbole. Rien de plus, mais rien de moins. Or, nous avons besoin de symboles forts. Dans notre première Constitution, celle de 1789, Louis XVI devenait "roi des français" et non plus "roi de France". Cela ne semble pas grand-chose, car il était roi de toute façon, n'est-ce pas ? Mais, en analysant mieux les mots, on comprend vite qu'il y a une nuance très chargée de symbolisme. D'ailleurs, Louis XVIII et Charles X sont revenus au titre de "roi de France", avant que Louis-Philippe devienne, à son tour, "roi des français".

Le symbole n'est donc pas anodin, loin de là. Mais Hollande veut absolument "faire" quelque chose. A défaut de tenir ses promesses électorales de sa célèbre tirade "Moi, Président", il souhaite absolument en honorer une, prise dans l'urgence et sous le coup de l'émotion, une qui aura au moins l'avantage d'être facile et très populaire. Dans le cadre de la journée d'aide aux mal-comprenants, aidons-le un peu en lui en proposant d'autres dans la même veine:

1) Et pourquoi ne pas instaurer une sorte de nationalité temporaire, renouvelable tous les dix ans comme un titre de séjour, histoire de bien faire remarquer aux "étrangers" qu'ils ne sont pas de "vrais" français" ? Voilà qui flatterait vigoureusement le bas du dos des bas-du-front.

2) Et pourquoi ne pas interdire la double-nationalité ? Après tout, ce n'est qu'elle qui pose problème. Sommer les binationaux de choisir, voilà qui serait un geste fort, voilà qui serait une occasion d'affirmer leur volonté d'être de "vrais français". Cela les empêcherait de commettre des délits en France et de se réfugier ensuite dans leur "autre" pays, échappant à la justice française. Cela les empêcherait d'aller s'initier régulièrement aux maniements des armes dans leur "autre" pays.

Hum ! Le point 2) semble présenter de nombreux avantages, n'est-ce pas ? On se demande pourquoi le résident du Palais n'y a pas songé... A moins qu'une autre population que celle visée ne soit encore plus concernée par ce point 2) !

Oui, évidemment, ce serait trop voyant, trop "vichyste". Alors, assumez, Monsieur le Président de la France (et non pas des français), et comme vous n'avez visiblement aucun scrupule à tailler en pièces la Charte des Droits de l'Homme (*), lâchez-vous et adoptez la solution suivante:

Les musulmans ne pourront pas avoir la nationalité française car les racines de la France sont judéo-chrétiennes.

Vous aurez au moins le soutien de Morano, et ce n'est pas rien ! Et puis, avouez que cela aurait de la gueule, un tel article dans notre Constitution. Cela annoncerait la couleur, cela mettrait en garde nos ennemis puisque nous sommes en guerre sous votre commandement éclairé à la chandelle de suif.

 

(*) Article 7:

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

     Article 30:

Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.