Non-voeux et voeux

En cette période de vœux, on peut se demander ce que l'on peut souhaiter pour "les rustres et les malpolis" auxquels Pierre Desproges avait consacré, en 1981, un manuel de savoir vivre. Je reprends juste quelques lignes de cet ouvrage, qui pourrait s'appeler aujourd'hui le manuel Valls, pour vous les offrir comme non-vœux:

« Ce qu’il nous faudrait, c’est une bonne guerre ! »
Nombreux sont autour de nous les gens qui lâchent cette petite phrase en soupirant. Mais l’instant d’après, ils retournent vaquer à leur petite vie mesquine et n’y pensent plus. Or, si nous voulons vraiment la guerre il ne suffit pas de l’appeler de nos vœux en levant les yeux aux ciel d’un air impuissant.
Ne rêvons pas : la Troisième guerre mondiale n’aura pas lieu ces jours-ci. Alors, pourquoi n’organiserions-nous pas une guerre FRANÇAISE, dans laquelle les forces en présence seraient toutes françaises? Et puisque la haine est le moteur de la guerre, apprenons à nous haïr entre nous.

Quant à mes propres vœux, je vous les offre par libre adaptation du texte précédent:

« Ce qu’il nous faudrait, c’est une bonne paix ! »
Nombreux sont autour de nous les gens qui lâchent cette petite phrase en soupirant. Mais l’instant d’après, ils retournent vaquer à leur petite vie tranquille et n’y pensent plus. Or, si nous voulons vraiment la paix il ne suffit pas de l’appeler de nos vœux en levant les yeux aux ciel d’un air impuissant.
Ne rêvons pas : la Paix n’aura pas lieu ces jours-ci. Alors, pourquoi n’organiserions-nous pas une paix FRANÇAISE, dans laquelle les forces en présence seraient toutes françaises? Et puisque l'amour est le moteur de la paix, apprenons à nous aimer entre nous.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.