Victimes du tabac
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2013

L'or gris, le marché des vieux, et l'exemple d'Orpea

Victimes du tabac
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En attendant de mourir , à quoi peuvent bien servir nos vieux ?

Bon, la question est brutale mais dans un esprit de capitaliste elle fait mouche !

La génération "baby boom" est devenue la génération "papy boom" (en tout cas pour ceux qui ne sont pas morts du tabac et de l’alcool),et il y a donc un nombre croissant de retraités dont les revenus sont conséquents ( période des 30 glorieuses) et l’espérance de vie élevée.

Quels secteurs, quelles entreprises profitent de cette manne ?

1)les laboratoires pharmaceutiques (maladies chroniques) et les autres entreprises associées à la santé : pharmacies, vendeurs d’oxygène, taxis/ambulances…

Sanofi est devenue la première capitalisation du CAC 40 sans que personne ne sourcille ! C’est assez incroyable…

2)le secteur du tourisme, pour les plus fortunés et pendant le 3ème âge (« retraités actifs »)

3)les assureurs, les banques qui gèrent un formidable capital !

4)les entreprises d’aide à la personne pour le 4ème âge, encensées en permanence dans les médias car constituant encore un des rares secteurs qui "embauche"

5) les maisons de retraite , les EHPAD pour le 4ème âge

Voilà pourquoi, dans cette société qui ne donne de valeur qu’à l’argent, le néo-utilitarisme s’accommode fort bien de ce qu’il nous reste de solidarité ! On peut même dire que « l’externalisation » de la prise en charge des personnes dépendantes( les familles délèguent la prise en charge de leurs ainés) a généré un formidable marché dont il s'agit de capter les fruits!

Outre le détournement des ressources de la sécurité sociale( essentiellement par les laboratoires pharmaceutiques) les conseils généraux sont mis à contribution pour financer une partie des coûts de la dépendance (APA) qui vont directement alimenter la trésorerie d'un certain nombre de ces entreprises.

Pour chaque heure fournie de "service à la personne", l'entreprise facture 20 euros, paie un smic horaire à son personnel (plus les charges), et le reste c'est dans la poche...

Et oui, si l’on n’a pas encore décidé d’euthanasier tous nos vieux déments et/ou dépendants c’est non pas par morale mais par pur intérêt financier!

Cet or gris est donc l’objet de toutes les convoitises.

Nous allons nous intéresser à une entreprise qui prospère précisément grâce aux vieux !

© 

ORPEA est un groupe s'intéressant au domaine de la santé du quatrième âge. Il gère une chaîne de maisons de retraite et de cliniques de soins. Ce groupe a été fondé en 1989 par le docteur Jean-Claude Marian.

Depuis, Orpea s’est aggrandie et les profits augmentent chaque année comme le témoigne le graphique suivant (source : zonebourse.com )

© 

Jean Claude Marian est donc fondateur mais aussi lepremier actionnaire, et Yves Le Masne  est Directeur Général du groupe.

© 

source: Orpea

Quelques autres données financières:

© 
© 
© 

Donc si vous avez quelques économies à placer en bourse, Orpea est l’entreprise idéale : profit important, visibilité de la croissance… Bref de l’argent à se faire.

Pendant que chaque vieux paie chaque mois une petite fortune le droit de vivre, ou végéter souvent, se faire maltraiter parfois par un personnel sous-payé et traité comme de la m., (le service à la personne devenant alors un travail de serviteur) vous aurez tout le loisir de profiter de vos dividendes…

En attendant votre tour…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier