L’absorption de Renault par des prédateurs italoyankees : arnaque ou complot ?

Un canard boiteux italoyankee – FCA – va-t-il bouffer Renault, entreprise emblématique du savoir-faire français ? C’est ce qui se profile à l’horizon. Et, circonstance aggravante, avec la complicité de nos gouvernants.

fca-renault-logo-fusion

 

Derrière le terme bucolique de mariage, de fusion à égalité, c’est d’un véritable hold-up dont il s’agit. L’entreprise financiarisée à mort FCA profite du fait que l’action Renault a été fortement bousculée par ses problèmes avec son « fiancé » actuel, le nippon Nissan, pour proposer cette fusion, basée sur la seule valeur boursière de ces deux entreprises. Mais l’affaire Ghosn a fait passer l’action Renault de 85 euros à autour d’une cinquantaine d’euros. La valeur boursière de Renault n’est plus actuellement que de 14,8 milliards d’euros, celle de Fiat de 19,9 milliards d’euros. Sans l’embrouille autour de Ghosn (orchestrée par qui ?), la valeur boursière de Renault serait largement au-dessus de celle de Fiat. Odeur d’arnaque, parfum de complot ?

Fiat est un canard boiteux parce qu’elle construit des voitures d’hier (les séries Fiat 500) et se gargarise de voitures d’avant-hier (les esbroufantes mais moribondes Ferrari, Maserati, Alfa Roméo). Son seul fleuron est étasunien, c’est Jeep, encore un ridicule 4x4 du passé, de même que le boulet Dodge. Elle est notoirement hors du coup concernant les véhicules électriques. Les financiers qui la dirigent ne pensent que capitalisme pur et dur et profit our les actionnaires. Acoquinés à la famille Agnelli, ils couvent d’un œil de vautour l’avance de Renault en matière de véhicules du futur (électriques, autonomes, voire à hydrogène). Si cette opération, dans les conditions actuelles, se fait, ils vont mettre pour une poignée de figues (15 milliards) la main sur des pépites technologiques et la palanquée de brevets développés par Renault et Nissan. Les seuls actifs boursiers de Renault (ses parts de Nissan, de Daimler, sa juteuse banque de financement) dépassent largement le fric que FCA va mettre dans la corbeille trouée du mariage ! Autrement dit les financiers italoyankees vont s’approprier pour rien les brevets, le savoir-faire du personnel, les centres de recherches, la notoriété, le fonds de commerce, la clientèle, les réseaux, les usines, les équipements. Renault n'est pas qu'une entreprise, c'est un symbole de l'entreprenariat industriel à la française. Autrefois « il ne fallait pas désespérer Billancourt »… Tè, fume !

Le patron sera le petit-fils d’Agnelli, le dénommé John Elkann. Le siège sera aux Pays-Bas. Le fric ne viendra pas d’Italie mais des États-Unis. Pourtant les crétins des me (r) dias se gargarisent : « la France séduit les Américains et devient plus « attractive » que l’Allemagne. » Ben voyons ! L’ouverture totale des frontières offre aux sociétés financières, industrielles ou de services, majoritairement états-uniennes la possibilité de faire leur marché en Europe. C’est ce qu’on appelle la globalisation, la mondialisation prédatrice à la sauce dollar. Résultat : la liste des entreprises françaises qui passent sous pavillon étranger, surtout étasunien, s’allonge, s’allonge… Rachetées pour être dépouillées de leur savoir-faire, de leur clientèle, de leurs brevets, de leurs actifs, de leur trésorerie, puis fermées, laissant les salariés sur le carreau. Ford à Blanquefort, General Electric entre autres exemples…

Les dés sont pipés puisque les Étasuniens achètent avec de la monnaie de singe, le dollar, sorti de la planche à billets de l’oncle Sam. Elles n’ont pas été « achetées » mais razziées avec de la fausse monnaie.

Les entreprises étasuniennes prédatrices sont bourrées de thunes qu’elles volent doublement : - elles « optimisent » leur fiscalité, c’est-à-dire qu’elles volent le fisc en France. Mais si elles rapatriaient leurs bénéfs aux États-Unis, elles devraient payer 35 % au fisc étasunien. Ce qu’elles ne veulent pas. Elles se trouvent donc à la tête d’une montagne de pognon planqué dans des paradis fiscaux, avec lequel elles font leur marché en France et en Europe.

Ces investisseurs étasuniens n’ont qu’un dieu : le fric, qu’une exigence : le maximum de rentabilité pour les actionnaires. Au détriment du développement de l’entreprise et, bien sûr, de l’emploi. Les patrons voyous imposés par les actionnaires étasuniens n’ont dès lors pas d’états d’âme pour délocaliser les entreprises là où la main-d’œuvre coûte le moins. S’ensuivent le déplacement des sièges sociaux, des centres de recherche, la rupture avec les sous-traitants français, tuant des entreprises…

C’est ce qui est arrivé autrefois à Péchiney, à Alcatel, plus récemment à Alstom et c’est ce qui risque d’arriver à Renault.

Mais comment nos « dirigeants » d’entreprises peuvent-ils être aussi kons ? Et pourquoi nos « politiques » sont-ils complices ? Mystère…

À rapprocher peut-être du fait que Jean-Dominique Senard, l’actuel patron de Renault, ancien de Michelin, connait bien John Elkann, petit-fils et un des héritiers Agnelli, PDG prévu de la fusion FCA-Renault. Ils se sont connus… au grand raout Bilderberg qui s’est tenu l’an dernier à Turin, fief des Agnelli.

On peut comprendre cette complicité de classe entre les membres de cette maffia en costards Gucci se prétendant les maîtres du monde. Mais quid du gouvernement français qui approuve cette prédation ? Ben, devinez où est allé Lemaire, notre insipide ministre de l’économie, entre le 30 mai et le 2 juin ? À Montreux, en Suisse. Où ? Au festival de l’humour ? Non : à la session 2019 de la maffia Bilderberg qui s’est tenue cette année dans cette ville. Aurait-il reçu comme conseil (ou consigne ?) d’aider à cette fusion dont un des effets sera de quasiment éliminer l’État français de la direction de la nouvelle entité ?

Les administrateurs de Renault se sont donnés un jour de réflexion de plus.

Ouate Inde scie…

 

Photo X - Droits réservés



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.