victorayoli
Fainéant robuste
Abonné·e de Mediapart

2942 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2016

CETA: les Wallons nous éviteront-ils cette horreur économique ?

Pendant qu’on nous enfume avec la guignolade des « primaires de la droite » et que l’on mobilise notre potentiel d’indignation sur le sort des rebelles islamistes d’Alep, une sombre saloperie est en train de s’officialiser, horreur économique qui risque de sceller le sort de millions de citoyens européens ad vitam aeternam. Il s’agit du CETA.

victorayoli
Fainéant robuste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le CETA (acronyme globish pour Accord Economique et Commercial Global Union européenne-Canada) est le frère jumeau du très exécré TAFTA. Mais signé avec le Canada tandis que TAFTA concerne les États-Unis. Rappelons que le TAFTA est un projet de partenariat de libre-échange transatlantique, négocié depuis juin 2013 – dans la plus grande opacité – par l’Union européenne et les États-Unis. Son but est de créer la plus grande zone de libre-échange du monde pour un marché de près de 800 millions de consommateurs. Dans la réalité, il s’agit de faire de l’Europe un simple vassal économique des États-Unis…

Le CETA, cheval de Troie du TAFTA, met en œuvre les mêmes principes de dérégulation, d’abaissement des normes et d’accroissement de la concurrence que le TAFTA. Il s’appuie sur les mêmes référents théoriques qui font du libre-échange l’Alpha et l’Omega des politiques économiques, sans qu’aucune alternative ne puisse être envisagée. Tous les jours pourtant, nous constatons les effets dévastateurs des logiques de libéralisation poursuivies actuellement. La mise en concurrence effrénée des économies conduit à utiliser les normes sociales et fiscales comme variables d’ajustement, provoquant inéluctablement une dégradation des conditions de travail et de la protection sociale des travailleurs et des citoyens, et contribue à affaiblir encore plus, via une diminution de leurs recettes, la capacité des États à assurer leurs fonctions, pourtant garantes du maintien des systèmes démocratiques.

Plus essentiellement, le CETA constitue une porte d’entrée dans l’Union européenne pour l’ensemble des acteurs économiques des États-Unis, constituant ainsi le véritable cheval de Troie du TAFTA encore dénommé TTIP. En effet, en application des accords déjà existants entre les États-Unis et le Canada, les normes sociales et environnementales qui protègent – pour l’instant encore – travailleurs, citoyens et entreprises en Europe seront directement attaquées via leurs mises en concurrence avec les économies nord-américaines. Il en sera de même pour les actions des multinationales contre les Etats devant un « tribunal arbitral ». Notons également que toutes les grandes transnationales américaines possèdent une succursale sur le sol canadien et c’est donc le CETA qui sera à l’œuvre, avec la même nocivité pour nous, si le TAFTA est rejeté.

Eh bien le CETA est en train d’être signé. L’Allemagne l’a signé et notre banderillero en chef, Manuel Valls, est allé en personne chez les Canadiens mettre son paraphe sous le texte de cette énorme konnerie.

Alors c’est cuit ? Pas encore. Grâce à la lucidité et à la pugnacité de nos frères Wallons qui – eux – ont les aliboffis bien pendus et ne se plient pas aux diktats de la Commission européenne. Pour que ce traité, même signé par les gouvernements, soit opérationnel, encore faut-il qu’il soit ratifié par les 27 pays de L’U.E. En Belgique, il faut de plus que toutes les Régions soient d’accord. Or, si les Flamands ont signé, les Wallons – lucides et courageux - ont refusé !

Un grand, un énorme merci à eux.

Mais ce n’est pas tout : derrière TAFTA, derrière CETA, une autre horreur se trame, une autre gigantesque arnaque se construit dans une opacité encore plus grande, il s’agit de TISA, pour Trade in Services Agreement, ou Accord sur le commerce des services en français.

Comme pour le TAFTA, les négociations ont été lancées dans une opacité totale, en Suisse en mars 2010. Il s’agit d’un nouveau projet de traité commercial international, le TISA, qui concerne 50 pays, dont les 28 (enfin, maintenant 27) de l’Union européenne, les Etats-Unis, l’Australie, le Japon… Le but de cet accord est de libéraliser l’ensemble des services pour cadrer avec le contexte actuel de la révolution numérique. Tous les services seraient libéralisés, y compris les services publics – transports, hôpitaux, écoles… Tout notre quotidien est concerné : utilisation de nos téléphones, de nos cartes de crédit, du e-commerce, des réseaux sociaux, des moyens de transport, etc. L’objectif est d' « ouvrir les économies nationales à plus d’investissements étrangers, notamment dans le système bancaire et financier, sans limite de volume et du nombre d’investisseurs, avec un minimum de régulations nationales ». Rien que ça. Ben voyons !

Vous avez aimé la directive Bolkestein, vous adorerez TISA !

Actuellement, un pays membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) n’est tenu de libéraliser que les secteurs sur lesquels il a explicitement donné son accord, en les inscrivant sur une « liste positive ». TISA prévoit d’inverser cette logique en introduisant des listes négatives : seuls les secteurs cités explicitement dans les accords ne seront pas libéralisables.

Ce qui ouvrira la possibilité de libéraliser par défaut tous les nouveaux secteurs de l’économie, de la santé à l’éducation, en passant par l’énergie. Les États seront donc menacés de poursuites s’ils maintiennent des monopoles publics ou favorisent leurs entreprises locales pour relancer leur économie par exemple, à moins d’avoir auparavant négocié des exemptions dans certains secteurs.

Et l’accord prévoit un effet cliquet qui rend toute décision irréversible. Ainsi un nouveau gouvernement ne pourrait pas revenir sur une décision prise par le gouvernement précédent. Bonjour le progrès !

Ce traité, imposé comme d’hab par les Étasuniens, a une autre visée, géopolitique celle-là : il s’agit d’isoler les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) soigneusement écartés de ces négociations. La tactique : battre en brèche la montée en puissance des BRICS en fixant des standards mondiaux favorables aux multinationales étasuniennes et affidés sans les consulter, puis les leur imposer. Il s’agit aussi de saboter l’accord similaire baptisé RCEP (Regional Comprehensive Economic Partnership, accord économique régional complet) négocié actuellement par la Chine avec l’Asie (hors Japon Taïwan, Corée du sud, Hong Kong, l’Inde, l’Océanie, partenaires dans TISA).

Et nos députés européens, qui ont voté les doigts dans le nez l’ouverture de ces négociations, ils servent à quoi ? Ils ont des lunettes en peau de saucisson pour ne pas voir l’arnaque ? Ou bien sont-ils complices ?

Quant à nos guignols "primaires", ils se vautreront tous au pied de leurs maîtres mâcheurs de caoutchouc...

Codicille : Samedi 15 - Écoutez-les, depuis hier, dans les "machines à bruits" et sur les "lucarnes à décerveler", ils pourrissent le Parlement wallon de Belgique qui a osé faire preuve de bon sens et de courage en refusant de signer le CETA...

"Le Wallon a dit la vérité

Il doit être exécuté !"

Pourtant aujourd'hui, dans toute l'Europe, des manifs se déroulent contre cette horreur économique qu'est le CETA.

Mais depuis quand l’Union Européenne tient compte de l'avis des populations?

Illustration X - Droits réservés

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte