Cannabis. Gérard n'aime pas Marie-Jeanne !

" Le cannabis, c’est de la merde !"

marie-jeanne

 

« Je ne peux pas, en tant que ministre de l’Intérieur, en tant qu’homme politique dire à des parents qui se battent pour que leurs enfants sortent de l’addiction à la drogue, que l’on va légaliser cette merde. Et je dis bien « cette merde », s’insurge le ministre de l’intérieur Darmanin à l’intention des sirènes de plus en plus nombreuses qui lui serinent de légaliser le cannabis en France.

Après Vaillant, Le Guen à gauche, voilà Robinet, le maire LR de Reims qui en remet une louche. Ça évolue, ça évolue…

Alors, on le légalise ce tarpé qui est partout, ou on préfère les guerres de dealers à la Kalash ? Une société sans stupéfiants ? La drogue se trouve partout dès le collège. Une société sans consommateurs ? La France a la plus grande proportion de fumeurs de cannabis du continent. 700 000 en fument quotidiennement et 18 millions en ont « déjà fumé ».

Eh, ci-devant ministre Darmanin, une politique ne se juge pas sur ses intentions mais sur ses résultats ! On connaît les succès de l’approche moralisante de tartuffes à l’égard du cannabis… Il serait peut-être temps, après un demi-siècle de prohibition, de faire le bilan de la consommation et du trafic et d’ouvrir un débat réaliste sur le sujet, non ?

La réalité est celle-ci : une dépénalisation de fait de l’usage avec le tarpé taxé au niveau d’un excès de vitesse léger ou d’une absence de port de muselière ; un trafic concédé aux gangs mafieux ; une impuissance totale de la police et de la justice à éradiquer une consommation massive; des prisons encombrées pour pas grand chose. La prohibition du cannabis constitue donc une fiction, un mythe confortable.

Moralement, on ne peut évidemment pas souhaiter que nos enfants « se droguent » au même titre qu’on ne peut accepter qu’ils deviennent alcooliques, c’est-à-dire dépendants. Qu’ils consomment de l’alcool ou du cannabis à l’occasion, quelle différence ? Une seule et de taille : on ne peut pas mourir d’une overdose de cannabis.

Alors, diaboliser le tarpé au nom de la morale tout en tolérant le binge-drinking et ses comas éthyliques à la vodka et au mauvais whisky, voilà une belle tartufferie !

Pourquoi les gens fument-ils le tarpé ? Mais pour la même raison qu’ils boivent le pastaga, le cognac, la vodka et, pour les plus raffinés, les bons vins ? Pour le plaisir que ça leur procure ! Les vins sans l’alcool ? Un bide. Les bières sans alcool ? Un bide. Parce qu’au-delà du plaisir gustatif, l’usager recherche les effets psychoactifs de ces produits. Ne pas comprendre cela est soit de l’hypocrisie, soit de la naïveté tangentant la konnerie.

Les femmes et les hommes politiques qui s’opposent à toute légalisation sont de beaux faux culs : ils s’opposent surtout à l’arrêt du trafic parce que cette concession faite aux gangs de dealers constitue une sorte de RSA Banlieue qui leur assure une relative paix sociale et… des voix pour être réélu. Après ça on nous parlera de « reconquête des territoires perdus de la république »… Tant qu’un « chouf », un guetteur, gagnera en une journée autant sa mère ou son père en une semaine, les jeunes, tonton Darmanin, ils te diront « Tè, fume » !

Cette faux-culterie est d’autant plus cynique que l’Insee intègre le trafic de drogue à son calcul du PIB national à hauteur d’un milliard d’euros pour le cannabis !

La prohibition du cannabis est un échec flagrant. Policiers et gendarmes se noient dans la paperasse des procédures, perdant ainsi 1,2 million d’heures d’activité qui seraient mieux utilisées ailleurs. La consommation s’est banalisée, surtout chez les jeunes : 18 millions de Français l’ont expérimenté, 1,4 fume régulièrement et 700 000 fument quotidiennement.

Une légalisation bien pensée et bien organisée permettrait : - production en France ou en Europe via des filières contrôlées, - qualité du produit alors que les dealers font fumer du goudron aux jeunes, - autoproduction pour ceux qui veulent pour leur conso perso, - vente dans les bureaux de tabac et des « coffee-shops » bien contrôlés, - interdiction évidente pour les mineurs, et de juteuses rentrées de fric pour l’État.

Les résultats seraient : - remise des flics sur des tâches utiles, - du boulot pour les agriculteurs notamment en zones de montagnes, - de l’activité pour les buralistes et les « coffee-shops », - la fin des financements des réseaux maffieux, puisqu’ils n’auraient plus rien à y gagner, - une meilleure détection des personnes à la dérive par surconsommation, - une prévention plus aisée, notamment par la suppression de « l’attirance pour l’interdit » chez les ados, - des taxes pour la sécu, - une meilleure qualité, contrôlée, garantie pour les consommateurs, - et pourquoi pas, des « dealers » devenant chef d’entreprise et confrontés alors aux règles de concurrence ! Et donc beaucoup moins d’insécurité dans nos villes.

Et puis, le fait d’asphyxier ces trafiquants qui naviguent dans les mêmes eaux troubles, se partagent les mêmes territoires et aussi le même fric que les fondamentalistes islamistes serait un sacré coup donné à ces ennemis de la république. Combattre le terrorisme salafiste passe par la coupure de ses sources de financement au nombre desquelles figurent tous les trafics dont celui du cannabis.

Cela mettrait fin à une situation d’autant plus révoltante que 10 % des effectifs de la police et de la justice se consacrent sans relâche à une prohibition virtuelle, mobilisant des forces qui font défaut dans la lutte antiterroriste, sans faire reculer d’un pouce la consommation ou le trafic. Réallouer de tels moyens à la lutte contre l’État islamique pourrait constituer un tournant stratégique majeur, sans rien coûter au contribuable.

« Pas question, qu’il a dit notre flic en chef ! Le cannabis, c’est de la merde ! » Ben ouais, on voit qu’il connaît notre Javer de sous-préfecture, c’est comme ça que disent les fumeurs : du « shit », c’est-à-dire de la « merde » !

Pourtant, si de temps en temps Gégé ou Manu tiraient un petit tarpé ou dégustaient un savoureux « gandga cookie », ça leur déconstiperait un peu les boyaux de la tête !


Photo X - Droits réservés



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.