victorayoli
Fainéant robuste
Abonné·e de Mediapart

2941 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2011

« Indécent » l’exigence d’un débat sur le nucléaire en France ?

victorayoli
Fainéant robuste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tepco - "Tokyo Electric Power Company” – est une des plus importantes compagnies du Japon aux multiples activités. Elle est impliquée dans de nombreux scandales. Il y a neuf ans, le sommet de sa hiérarchie directoriale a dû démissionner, pour suspicion de falsification de documents de maintenance dans 29 cas ! Des rapports falsifiés concernant des maintenances « oubliées » ou bâclées. Le réacteur actuellement hors de contrôle devait d’ailleurs être arrêté ce mois ci, après 40 ans de service !

On touche là deux problèmes essentiels de l’industrie nucléaire : l’opacité de l’information, la priorité au profit. Ce qui se passe au Japon est, hélas, exemplaire de ce qu’il risque de se passer en France parce que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Opacité de l’information. C’est une constante en France, comme au Japon. L’omerta maintenue par la caste des nucléocrates. Oui mais, nous dit-on, ça a changé avec la mise en place d’une Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), autorité de contrôle indépendante. A part que l’ASN s'appuie sur l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), établissement public industriel et commercial. Or l'IRSN est pour partie financé par le commissariat à l'énergie atomique (CEA), EDF, AREVA, c'est-à-dire précisément les acteurs que l'ASN, est censée contrôler !

Priorité au profit. Rien à redire puisque le profit est la finalité de toute compagnie capitaliste ! C’est le cas au Japon avec Tepco, qui aurait pu tuer tout danger dans l’œuf en noyant dès le premier jour les réacteurs défectueux mais les rendant ainsi irrécupérables et…coûtant des profits aux actionnaires… Mais c’est maintenant aussi le cas en France. Etablissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) jusqu’ennovembre 2004 EDF, gestionnaire des centrales françaises, a changé de statut, devenant effectivement une société anonyme à capitaux publics le 19 novembre 2004 (Merci M.Jospin !). Au Japon, Tepco a négligé la sécurité de ses centrales pour privilégier les dividendes des actionnaires. En France, EDF demeure sous capitaux majoritairement publics, mais la mentalité est devenue capitaliste, c’est-à-dire priorité aux profits, avec les risques que cela implique au niveau de la sécurité.

Et les sarko-trafiquants trouvent « indécente » la demande d’un grand débat sur l’énergie en France !

*********************



Sextidi 26 Ventose 219 de l'ère de la Liberté

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard