La ministre a dit la vérité, ellle doit être exécutée !

« Islamo-gauchisme ». A part Covid, on n'entant plus que ce mot dans les machines à bruit, sur les étranges lucarnes ou dans les gazettes.

Ce n'est pas nouveau, ça ne vient pas de sortir, c'est une expression controversée qui établit une convergence entre islamistes et extrême gauche. L'ancien premier ministre Valls est plus précis : « C’est l’ alliance directe ou indirecte entre une partie de la gauche ( politique, syndicale, médiatique, intellectuelle..) avec l’ islam politique ou l’ islamisme. »

 La ministre Frédérique Vidal a mis les pieds dans le plat dénonçant l'infiltration sournoise de l'islamisme politique dans les universités, après avoir pourri l'éducation secondaire. Elle demande aux chercheurs de ne pas confondre études scientifiques et militantisme. Etant ministre de tutelle des universités et de la recherche, elle est parfaitement dans son droit.

Mon ex-camarade Mélanchon, maintenant plus soumis qu'insoumis, se sentant peut-être visé, s’en étrangle de rage: «Plus vite cette femme aura démissionné de son poste, mieux on se portera parce que c'est une honte».

Confier au CNRS une telle étude sur ce sujet c'est comme confier à Monsanto une étude sur les pesticides ! Il suffit d'écouter le ci-devant Antoine Petit, président de cet organe de « chercheurs » qui ne trouvent rien (voir le vaccin contre le Covid) ! mais qui coûtent « un pognon de dingue » : « la race devient la nouvelle grille de lecture du monde sur laquelle s'intègre la grille du genre, et qui s'articule à la hiérarchie homme/femme: aux colonies, le plus petit des « Blancs », sur l'échelle sociale, sera toujours plus grand que n'importe quel colonisé, surtout s'il s'agit d'une femme. » Si ça ce n'est pas du militantisme, c'est bien imité.

Le boulot du CNRS consisterait donc à « chercher » sur la race, le genre, l'écriture « inclusive » et autres vétilles aussi primordiales… Il coûte 3,693 milliards par an dont les deux tiers sortent de notre poche. Il compte 31970 personnes qui cherchent, qui cherchent... De Gaulle disait « Ce n'est pas tellement de « chercheurs » dont la France à besoin, mais de « trouveurs » !

Tant au CNRS que dans les Universités, beaucoup de ces « chercheurs » passent leur temps et dépensent notre fric dans des « studies » (faut parler globish dans la recherche) aussi fondamentales que la race (je pensais que la race n'existait pas…), le genre (en avoir ou pas?), les études « décoloniales » (il y a plus de soixante ans que le colonialisme est mort), mais aussi les gros, la personnalisation des bestiaux, etc. Toujours dans une approche victimaire. La ministre qui roumègue contre ce militantisme derrière le faux-nez de la recherche est courageuse et lucide. Ce qui lui vaut des volées de bois verts (vert, ça va, mais ne jamais plus dire blanc ou noir, ce sont des gros mots, il vaut mieux dire leucodermé et mélanodermé). Voilà ou passe notre pognon. Et on s'étonne après que la « recherche » française – jadis mondialement reconnue et respectée – soit maintenant dans les derniers rangs de la classe.

En parlant de classe, les islamo-gauchistes ont un axe de travail clair : substituer la guerre des races à la lutte des classes. Ces groupuscules salopent les belles idées de la Gauche jusqu'à en faire la putain de la république. Leur haine de notre société, en d'autres temps, les poussait à se pâmer devant l'URSS et la Chine de Mao en jetant sous le tapis les crimes de ces idéologies. La haine de notre société – qui les nourrit, les soigne, les défends, les éduque, etc. - est toujours la même mais le tapis, c'est maintenant le tapis de prière des nazislamistes devant lesquels ils s'inclinent, se soumettent (comme les in soumis de Mélanchon paradant dans une manif avec les islamistes du Crif aux cris de Allah O Akbar). Ils ont abandonné le prolo exploité et la classe ouvrière pour l'immigré et l'islam. Belle reconversion…

Ils ont un ennemi, c'est le mâle blanc hétérosexuel. Il est le coupable idéal.

Ouarf ! Il y a danger : j’en ai une paire bien pendue, je suis blancas, surtout en hiver et je me contente de jouer à la bête-à-deux-dos avec les dames…

 

Illustration: merci à Tcho



 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.