Au bistro de la toile: L’Arc de triomphe « burquisé » par Christo.

« l’art contemporain ce sont des objets sans valeur créés par des gens sans talent et vendus par des gens sans scrupule à des gens sans culture. »

chimulus-bistro-copie

  

- Eh, vous avez vu les mecs : le ci-devant « artiste » décédé Chisto a mis sous le voile le monument le plus altier de Paris !

- Mais non, Victor, t’y comprend rien, c’est pas une méga burqa, c’est une œuvre d’art.

- Ah bon… Moi je croyais que l’Art, c’était la recherche, que dis-je le culte du Beau, l’expression de l’Émotion. Dans l’empaquetage de l’Arc de Triomphe, où est l’Art, où est le Beau, où sont les Émotions ? C’est le triomphe du mercantilisme, du moche, du ridicule, de l’attrape gogos.

La seule chose digne d’intérêt résulte dans la performance des quatre-vingt-quinze cordistes maîtres du vide qui ont installé 25 000 m² de tissu retenus par 3 000 mètres de corde. C’est une performance que l’on peut apprécier, et moi qui ai fait de la varappe, j’apprécie Loulle, mais cela n’a rien à voir avec l’Art. Et Christo ne mérite en rien le beau nom d’artiste puisque ses « œuvres » peuvent être réalisées malgré son absence pour cause de mort ! Il est vrai qu’on n’a que les artistes que l’on mérite.

Parait que ça a coûté quatorze millions d’euros cette « œuvre d’art ».

- Mais les médias de grands chemins nous assurent que ça ne coûte rien aux contribuables, c’est financé par des fonds privés. Pour financer leurs multiples projets, les artistes vendent leurs très nombreux travaux préparatoires, maquettes, dessins ou croquis (dont beaucoup de projets qui n’ont jamais eu lieu).

- Peut-être Loulle. Encore heureux. Mais rappelons-nous l’histoire d’une autre « œuvre » d’un pseudo « artiste, le ci-devant Jeff Koons. Le bouquet de tulipes « offert » par « l’artiste » à la ville de Paris en souvenir des évènements tragiques du Bataclan. Des mauvaises langues y voient plutôt onze anus colorés montés sur tiges ! En fait de cadeau, le Koons a offert seulement le dessin. Tout est opaque dans cette affaire. Qui a décidé quoi ? Qui finance l’opération ? Qui sont les commanditaires ? Pour quels montants ? Avec quelles contreparties ? Maintenant ce bouquet de trous du cul « embellit » un jardin municipal près du Petit Palais.

Et notre belle maire de se pâmer de ce « cadeau » : « Que cet immense artiste décide d’offrir à la Ville de Paris l’idée originale d’une œuvre monumentale, symbolisant la générosité et le partage, témoigne de l’attachement irrévocable entre notre capitale et les États-Unis ». Quelle triple buse.

- Mais non Victor, t’as rien compris à l’œuvre. En fait, il s’agit d’un bouquet de sous-marins stylisés, les fleurs étant les hélices !

- Ah alors, vu sous cet angle… On va en parler à tonton Le Drian qui semble n’avoir pas compris le cadeau…

Je ne sais plus qui a dit : « l’art contemporain ce sont des objets sans valeur créés par des gens sans talent et vendus par des gens sans scrupule à des gens sans culture. » mais je souscris. Ces pseudo-œuvres d'« art » ne sont que des escroqueries artistiques, morales et politiques. Leur moteur, c’est la spéculation financière, leur outil le marché de l’art manipulé par des galeristes et marchands d’art au service de milliardaires que les me (r) dias aux ordres encensent comme des bienfaiteurs assurant en fait leur promo avec des palanquées d’aides fiscales pris dans nos poches.

Mais cet « Art » merdique du parasitisme et de la roublardise, s’il ne produit aucune richesse artistique, génère par contre beaucoup de valeur financière ! N’est-ce pas Pinault ? N’est-ce pas Arnault ?

Le marché se fout de la qualité d’une œuvre, ce qui compte c’est sa côte et le bénéfice qu’on peut en attendre. C’est la loi de l’offre et de la demande. Ainsi des merdes entourées de papier doré se vendent des fortunes, ont une valeur, mais reste cependant, au niveau de la richesse artistique des merdes !

- Ouais Victor, mais ces milliardaires créent des fondations mettant des œuvres de grande valeur à la vue du public. C’est bon pour le peuple ça non ?

- Ben voyons… Ah les fondations ! Tiens, Pinault a racheté les bâtiments de la Bourse de Paris, en plein centre-ville, y a mis un pognon de dingue pour en faire SA FONDATION, dans laquelle il héberge SA collection d’art contemporain qui représente près de 10 000 « œuvres » de 400 « artistes » : peintures, sculptures, vidéos, photographies et œuvres sonores. Bon. Ce n’est que de « l’art contemporain » et tu sais ce que j’en pense Loulle. Les fondations sont surtout des moyens de planquer du pognon à l’abri du fisc (merci Fabius !). Et de se donner des airs de mécène généreux, de protecteur éclairé des arts, de bienfaiteur de la culture, de soutien des artistes. D’autant plus que le pognon mis par les pleins de thunes comme Pinault ou Arnault, c’est à 60 % le nôtre puisque les fondations sont exonérées d’impôts dans cette proportion. Ça vous intéresse ? Des officines s’occupent de tout pour vous (lien).

C’est le cas de toutes les fondations. Les pleins de thunes lancent des « artistes » bidon, spéculent sur des « œuvres » nullissimes et travaillent ainsi pour leur « gloire » avec notre fric.

- Il n’y a pas que des œuvres nullissimes comme tu dis Victor. Tiens j’ai lu quelque part qu’en 1961, l’artiste Piero Manzoni, a chié dans 90 boîtes de conserve. Chacune, intitulée Merda d’artista hermétiquement fermée, vaut son poids en or. La valeur de certaines a depuis largement excédé le prix de l’or, atteignant 182 500 livres sterling (202 980 €) en 2015, chez Christie’s.

Ça donne des idées ça non Victor ? Serions-nous des « artistes » contemporains qui s’ignorent ?

- Allez, met ma tournée, artiste de mon cœur ! C'est mon dernier billet: je dégage... Ciao!

Mais on pourra me retrouver là: http://lantifadas.hautetfort.com/

ou là: https://victorayoli.wordpress.com/

merda-dartisto

 

Illustrations: Chimulus et X - Droits réservés

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.