Il blasphéma Sainte-Greta

Imprécations hugoliennes

 

tempe-te-hugolienne

 

Il neigeait. Les poteaux croulaient sous la tempête.

Et le cosmos tonnait comme quand les dieux pètent.

De tous les horizons, de tous les firmaments,

Déclenchés par Éole tourbillonnaient les vents,

Arrachant les forêts, déracinant les chênes.

La Nature en furie rugit et se déchaîne

S’acharnant sur la Drome, et l’Ardèche, et le Rhône

Pour punir les blasphèmes vaniteux d’un seul homme.

La terre se convulse et ouvre ses entrailles

Avalant goulûment les gens et le bétail.

Et la faille du Rhône se fend comme un brugnon,

Engloutissant Tournon, Valence et Avignon.

Au village de Plats a surgi un volcan

Vomissant feux et laves dans un furieux boucan.

Tricastin et Cruas, ces folies nucléaires

Explosent, éjaculant dans tous les atmosphères

Becquerels et röntgen, sournois rayons de mort

Jetant leurs servants dans des gouffres de remords.

Enfin pour achever le malheur sur ces terres

Jeff Koons fit à Thomas un cadeau de gangster

Pendant que les estrons éructées par Booba

Rythmaient stupidement les horreurs d’ici-bas.

Tandis que le soleil mourait sous une éclipse,

Responsable atterré de cette apocalypse,

René-Louis Thomas, confit de contrition,

Baisant la terre, offrit au ciel un saucisson

Un grand vin de chez Chave, de l’huile de Coudoux

Pour tenter d’apaiser le terrible courroux

De Yahvé, de Jésus, de François Mitterrand

De Jupiter, d’Allah et des dieux de tous rangs.

La faute, le péché terrible de Thomas :

Il avait blasphémé contre Sainte Greta.

 

Victor Hugh Oh Ayoli

 

Illustration X - Droits réservés

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.