Bienvenue à l’honorable Koro Navirhus qui arrive à pied par la Chine !

coronavirus

 

Eh oui, bienvenue et merci à l’honorable Koro Navirhus. Il réussit quasi miraculeusement à mettre en route ce pour quoi les écolos de tous bords et les simples gens sensés luttent depuis des décennies : la relocalisation des industries parce qu’ils découvrent (??!!) qu’il est dangereux de concentrer ses achats auprès d’un seul et même pays, en cas de catastrophes naturelles, de conflits armés ou comme actuellement d’épidémie. L’honorable Koro Navirhus donnerait-il accès au bon sens à ces « élites » qui ne connaissent que le profit à court terme ?

Déjà des décideurs économiques réfléchissent à des solutions de relocalisation pour l’avenir. Oh, pas d’illusion, ce n’est pas par soucis pour la planète mais surtout par le fait que cela apporte bien des avantages : - protection contre les problèmes d’approvisionnement que nous connaissons aujourd’hui ; - réduction des coûts en termes de transport et de logistique ; - diminution conséquente de l’impact carbone, une aubaine économique alors que l’Europe réfléchit à une taxation plus importante de ces émissions de gaz ; - réindustrialisation de nos territoires, créatrice d’emploi et donc à termes bénéfiques à toutes les entreprises mais aussi à la société française.

Et puisque quand la Chine tousse l’économie mondiale tremble et attrape le cagagne, cerises sur le gâteau, les taux d’intérêt baissent, le prix du pétrole plonge, le tourime-pourisme s’effondre, les trouillards de la bourse se ruent sur les valeurs « refuges » que sont le dollar et le yen qui par conséquent montent, rendant les produits européens plus compétitifs à l’export, la consommation-gaspillage en prend un coup et donc la sacro-sainte « croissance mondiale » stagne, etc.

Formidable non ?

En Chine, les principales régions touchées par ce nouveau virus sont aussi celles qui concentrent le plus grand nombre de sous-traitants pour les économies occidentales : le Zhejiang, le Guangdong et le Henan. Pour endiguer l’épidémie, de nombreuses usines sont fermées à titre préventif, entraînant une rupture de la chaîne d’approvisionnement. Et pour le bien-être des populations locales, la pollution diminue… et sauve plus de monde que ce que le coronavirus en tue !

Étonnant non ?

Tous les jours, les machines à bruits et les lucarnes à décerveler nous assènent le nombre de morts quotidiens dus au virus en Chine. De 3 à 400 au début de l’épidémie à 40 à 50 aujourd’hui. Sur le milliard et demi de Chinois, c’est quoi ? Rien (sauf évidemment les pas veinards que ça touche). Et puis « 2019-nCoV » - c’est le nom en novlangue pour ne pas « stigmatiser » la Chine - semble globalement moins dangereux que la grippe saisonnière. Il ne tue que des organismes malades ou fragilisés et ne semble pas s’en prendre aux enfants ni même aux jeunes puisqu’on ne compte aucun décès parmi les moins de 25 ans.

« 2019-nCoV » tue principalement par pneumonie, c’est-à-dire par une inflammation des poumons. Or les enfants ont des poumons sains, en pleine santé. Au contraire, les Chinois de la région de Hubei ont toutes les raisons d’avoir des poumons en très mauvais état. D’abord parce que la ville de Wuhan est ultra-polluée : 70 microgrammes de particules par mètre cube d’air, contre 15 à 20 dans les villes occidentales les plus polluées ! En plus les Chinois mâles sont de très gros fumeurs, ce qui n’arrange pas les choses et explique pourquoi ce coronavirus infecte et tue beaucoup plus les hommes que les femmes en Chine.

Autrement dit Si vous êtes non-fumeur, en bonne santé, et que vous n’êtes pas né dans une région ultra-polluée comme Wuhan, vous n’avez pas grand-chose à craindre du coronavirus « 2019-nCoV ».

Au fait d’où vient-il ce drôle de coco (ronavirus) ? On nous parle de chauve-souris, de pangolins… Bof. Pourquoi pas, ces animaux peuvent effectivement être des réservoirs immunisés de ce virus. Mais pour qu’il affecte les humains, il faut que ceux-ci aillent faire chier ces braves chauves-souris ou ces pauvres pangolins, non ? Pour les bouffer ou pour d’obscurs bienfaits dans la pharmacopée chinoise. Et deviennent eux-mêmes les vecteurs du virus.

Les mauvaises langues disent même que « 2019-nCoV » se serait échappé… d’un laboratoire ! Bof, voilà le complot maintenant… Sauf que sur des centaines de villes chinoises, l’épidémie mondiale d’un nouveau coronavirus, jamais vu auparavant, se déclenche… dans la seule ville chinoise où les meilleurs scientifiques du pays étudient les coronavirus, en particulier ceux des chauves-souris ? Soit c’est une étonnante coïncidence, soit le virus s’est échappé d’un laboratoire où il était étudié, probablement en contaminant un chercheur qui l’a ensuite transmis à son insu à la population. Bref, il y a de bonnes chances que le virus soit parfaitement « naturel » mais que l’épidémie a été causée par un accident de laboratoire.

Le virus le plus dangereux dans cette affaire, c’est celui de la peur propagé par les me (r) dias « main stream » : villes en quarantaine en Italie, économie considérablement ralentie, activités sportives, culturelle stoppées, achats massifs de masques qui ne protègent contre rien, etc. À quand un vaccin ou un traitement miraculeux et fort opportun sorti des usines de ces bienfaiteurs de l’humanité que sont les labos pharmaceutiques ? Comme les millions de « vaccins Bachelot »…

Des pandémies, il en arrivera fatalement une bientôt. Ravageuse. Mais pas celle-là.

Tè ! Moi j’ai trouvé le remède : ce midi magret de canard et Côtes-du-Rhône rouge !

 

Illustrations X - Droits réservés

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.