Victoria Bruné
Étudiante et écrivaine
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mai 2019

Élections européennes 2019 – Réflexions d’une primovotante

Un premier débat télévisé, confrontant les têtes de liste des principaux partis à la course aux voix, a officiellement ouvert le bal de la campagne des élections européennes. Ce bal où ont défilé mille mascarades, s’est inscrit dans un cadre où la défiance envers les institutions européennes atteint son paroxysme.

Victoria Bruné
Étudiante et écrivaine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parlement européen

Un premier débat télévisé, confrontant les têtes de liste des principaux partis à la course aux voix, a officiellement ouvert le bal de la campagne des élections européennes. Ce bal où ont défilé mille mascarades, s’est inscrit dans un cadre où la défiance envers les institutions européennes atteint son paroxysme. Mille interrogations se sont bousculées autour de cette Europe dont on pourfend l’opacité et l’essence technocratique, voire l’inutilité présumée. Ces éléments ont pu ressortir des débats et conférences à travers une France engoncée dans une crise identitaire et existentielle : « la France était autrefois le nom d’un pays ; c’est aujourd’hui le nom d’une névrose ». Cette affirmation de Sartre reflète hélas l’état d’esprit qui tourmente la France et peut s’appliquer aux institutions européennes engluées dans la vase de la défiance.

Aujourd’hui, la défiance emprunte des visages multiples. Tel le Brexit. Telle la poussée de fièvre nationaliste.

Cette fièvre foudroyante, exploite et cultive les peurs pour muer l’autre en un bouc émissaire à sacrifier sur l’autel de la haine. Cette fièvre abonde sur l’épave future du train fou néolibéral, drogué à la croissance et à l’austérité, idolâtrant fanatiquement l’argent en foulant la vie et la floraison sociale des peuples. Peuples dont l’ire explose au travers de mouvements sociaux dont le pays des droits de l’Homme est l’épicentre.

De cette atmosphère mouvante et protéiforme, des voix s’élèvent des rangs de la jeunesse pour clamer son rejet d’un modèle économique ravageur, menaçant de muer la Terre en un abysse suffocant où tout se meurt et que  même l’argent ne pourra guère être d’un grand secours.

Ainsi se dessinèrent les enjeux qui moulent les campagnes où des partis ont conduit des cultures de fake news dans les alpages médiatiques et sociaux, profitant de l’ingénuité désespérée d’un peuple hurlant son rejet envers des pouvoirs sous la coupe de lobbys.

En France, cette campagne électorale européenne 2019 a pu mettre en lumière les crises nombreuses secouant les partis politiques laminés par leurs divisions et les manquements à leurs valeurs fondamentales focalisés par la chasse aux bulletins de vote. D’où vient que des partis se mettent à ériger des murs dans les esprits, brandissant des étendards stupides, à rebours de leurs valeurs intrinsèques de charité ?

Les enjeux déclenchèrent des interrogations à juste titre. Des interrogations d’une primovotante atterrée par la désagrégation inexorable de partis politiques ayant renié leurs idéaux, déroulant le tapis rouge à des discours aux remugles nationalistes. Alarmée par l’empire nocif, ravageur des lobbys sur le processus législatif, qui transpercent la démocratie à coups de glaive. Effarée par la vassalité d’institutions obsolètes qui sont absurdement soumises à l’appétence de l’Oncle Sam.

Il était tout à fait légitime de s’interroger sur le sens véritable d’un vote, qui ne changerait inéluctablement que peu le cours institutionnel d’une Europe dont les traités affirment certes un souci de « prospérité sociale » mais qui, dans la pratique, se met au service d’un capitalisme débridé et d’une austérité asphyxiante. Mais faire de l’Union Européenne un bouc émissaire, revenait à basculer dans un simplisme dangereux et à occulter les aspects positifs de la construction européenne elle-même. En 1957, la naissance d’une union d’États d’Europe a donné lieu à une avancée cyclopéenne vers la reconstruction d’un continent encore blessé par des guerres et rivalités, puis a abouti à une coopération entre des nations naguère ennemies, porteuse de succès économiques.

Mais las ! On ne peut déplorablement que relever la perversion du projet européen, aujourd’hui instrument de puissances financières corrompant des élus censés représenter le peuple et non indignement leurs propres intérêts.

Aller jusqu’à se résigner à l’abstention reviendrait à pratiquer une forme de conservatisme et laisser le champ libre aux projets mortifères visant à démembrer la structure européenne, à instiller la haine et abandonner l’Europe à une décomposition certaine, à l’instar d’un feu presque inextinguible.

Aussi, convient-il de distinguer l’Europe entre les murs institutionnels au fonctionnement huilé et l’Europe « hors des murs ». Cette Europe « hors des murs » se compose d’une société civile en quête de justice et de transparence, telle la jeunesse inquiète face à l’apathie délibérée de gouvernants plus sensible au billet vert qu'à l'écologie.

Une vigilance sur tous les fronts, s’impose. Une vigilance face aux porte-drapeaux d’un néolibéralisme débridé et d’une flamme haineuse menaçant d’embraser les tensions. Ce devoir échoit particulièrement aux membres de la jeune génération maîtresse de l’avenir, qu’il a lieu d’entendre sans attendre.

Le verdict des urnes du 26 mai 2019 met et remet sur le devant de l’échiquier politique, des forces vives ; la vague verte à l’échelle européenne dépasse de loin le stade de l’émergence pour faire son entrée dans la zone de croissance. Parallèlement, des contrées sont encore les témoins d’une vague brune qui vient porter son lot d’égoïsme, d’inquiétudes, de haine et de peur de l’autre. Ces deux montées en puissance révèlent un rejet du SME – traduit ici en tant que Serpent Macroéconomique Eurolibéral – mais aussi, une nécessité de bâtir une Europe hors des murs institutionnels blindés, en utilisant ses richesses pour ce faire. Camus disait : « J’ai compris qu'il ne suffisait pas de dénoncer l'injustice, il fallait donner sa vie pour la combattre ».

Suivre ce mantra relève du devoir. Chaque action constitue une avancée colossale vers la restauration de l’humanité, car « agir, c’est modifier la figure du monde » – Sartre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran