Victoria P.
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2020

Eurydice et le golem

Il en est des mystères comme des hommes, certains sont plus intéressants que d'autres.

Victoria P.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le golem t'a dit : toutes les créatures sont sorties d'un moule imparfait mais YWE ne perd pas l'espoir qu'un jour, leur totalité donne une perfection spontanée. L'engeance spéciale la nomme t-il.

Le golem t'a dit: ne noue pas tes cheveux roux, fille de personne, et allons marcher dans Prague. Tu as dit : cette ville me fait peur. Elle est noire comme l'esprit de Nietzsche devenu sénile en avance sur le monde. Là le golem ne t'a rien répondu. Il a juste pris ta main dans son énorme main. Il était inutile de tenter de résister à sa force herculéenne. Alors tu as murmuré : je la connais ta leçon. Le Loup des Steppes c'est David Lynch avant l'heure... etc

et tu l'as suivi dans Varsovie. Il pleuvait, une pluie fine et froide d'automne éternel. Les rues étaient désertes mais tous les ponts illuminés. Le golem fixait ses yeux rouges droit devant lui, comme si vous n'aviez pas été dans une ville mais dans quelque lande hostile. Mais dans le fond, avec la venue de l'apocalypse, les villes étaient peut-être toutes devenues des landes hostiles. A moins qu'elles ne l'aient toujours été mais que jusqu'alors, seuls les golem s'en soient aperçus. Le golem était silencieux, tandis que tes bottines martelaient le pavé des bords de la Neva en un bruit mélodique. "Nous allons nous rendre à la galerie de minéralogie". "J'ignorais qu'il y avait une telle galerie à Venise".

"Tu es au courant, O Golem, que si nous prenons une gondole nous risquons de couler à pic." Il soupira. Ce qui eut pour effet de provoquer une gigantesque bourrasque dans l'étroite ruelle du vieux Prague dans laquelle vous vous étiez engouffrés. Et toutes les enseignes valdinguèrent. Quelques habitants apparurent aux fenêtres, l'air scandalisé. On aurait dit des diables sortis de leur boite. Puis tout redevint calme et la silhouette de la grande synagogue de Copenhague se dessina au loin et le golem t'assura : "Là se trouve ce que nous cherchons".

Alors une neige épaisse commença à tomber sur ta chapka vert émeraude et ton manteau noir et le froid se fit plus mordant et la ville plus gothique, comme si elle avait vieillit de quelques siècles.

"Ouvre cette porte dorée O Golem!". D'où ces mots te venaient-ils? Tu l'ignorais en les prononçant. La grande synagogue de Vienne vous dominait, golem compris, de toute sa haute stature. Tu te doutais qu'elle serait déserte et froide, les menorah éteintes, mais le silence t'effraya quand même. Le golem n'avait pas lâché ta main et vous vous dirigèrent ensemble vers un minuscule escalier dérobé. Là, il fut obligé de lâcher ta main et tu fus un instant tentée de fuir. Mais pour aller où? Tous les cafés et tous les restaurants étaient fermés. Aussi tu le suivis, résignée.

"Voilà, c'est ici."

Un vaste grenier ressemblant à s'y méprendre au "Philosophe en méditation" de Rembrandt s'étendait sous vos yeux. "En haut de cet autre escalier". De la fenêtre ne pénétrait pourtant qu'une lumière froide, argentée et triste.

"Vas-y."

Et c'est alors que tu étais montée, marche à marche, jusqu'au centre du vortex obscur, pour te retrouver dans une petite salle toute simple, éclairée par ce qui semblaient être des fentes dans le toit. Il n'y avait là qu'un parquet dénudé et, posé contre le mur, un quadrilatère recouvert d'une pièce de tissus du même vert émeraude que ta chapka.

Alors tu t'étais avancée dans la semi obscurité jusqu'à la toile. Là, une chandelle opportunément placée. Il te restait des allumettes. La cire avait l'air vieille comme le monde mais la mèche prit. Tu écarta la pièce de tissus.

Il s'agissait, à n'en pas douter, d'une oeuvre de Botticelli, inconnue jusqu'alors, représentant Simonetta Cattaneo Vespuci en Eurydice. Sur une colline parsemée de fleurs rose pâle teintés d'or, la jeune fille, portant une simple robe blanche épousant les formes sveltes de son corps délicat, tentait de fuir mais il était trop tard: la mince vipère noire s'était enroulée autour de sa cheville. Et la morsure avait probablement déjà eu lieu, car les traits magnifiques du modèle arborait une expression de douce souffrance. Ses yeux en amande étaient mis-clos et l'abandon de ses mains laissaient clairement entendre qu'elle ne tarderait pas à tomber, sans vie, sur l'herbe fraiche d'un éternel printemps.

Que pouvait bien faire Botticelli à Prague? t'interrogeais tu en promenant la lueur de la bougie sur la toile.

Il est de ces mystères O Golem.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Corruption : un nouveau front potentiellement dévastateur pour Netanyahou
Jugé depuis deux ans pour « corruption », « fraude » et « abus de confiance » par un tribunal de Jérusalem, l’ancien premier ministre israélien devra aussi affronter une commission d’enquête chargée d’établir ses responsabilités dans la plus dévastatrice affaire de corruption de l’histoire d’Israël.
par René Backmann
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni
Journal
Le Balkany catalan dort en prison
Mis en examen en mai dernier pour « extorsion en bande organisée », le maire (DVD) du Barcarès Alain Ferrand a été écroué mardi pour avoir violé de façon répétée son contrôle judiciaire.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette