Iliad : les résultats du premier trimestre 2020 impactés par le Covid-19 ?

La pandémie de Covid-19 qui secoue actuellement les entreprises du monde entier risque bien d’avoir des conséquences dramatiques sur les sociétés françaises, européennes et étrangères. Qu’en est-il d'Iliad ? La maison-mère de Free vient de publier son premier rapport trimestriel et ce dernier pourrait rassurer les actionnaires de l’opérateur et fournisseur d’accès à Internet.

À la lumière des résultats trimestriels d'Iliad, la maison-mère de Free a réalisé un début d'année plutôt encourageant, et ce, malgré la situation exceptionnelle que le monde vit. Pour maintenir le cap, l’entreprise fondée par Xavier Niel a su faire des efforts nécessaires en temps de crise. Iliad se félicite ainsi de ne pas avoir eu recours au dispositif exceptionnel de chômage partiel mis en place au mois de mars par le gouvernement français. L’engagement de l’entreprise ne s’est toutefois guère arrêté là puisque le groupe français a également mis sur pied un fonds de solidarité visant à aider les TPE et PME, en particulier ses fournisseurs.

En ce qui concerne ses offres mobiles, l’opérateur a modifié certains de ses forfaits. Dans le contexte particulier du Covid-19, et afin de limiter l'isolement de ses clients,  Free a adapté ses forfaits pour offrir davantage d’appels et de données mobiles à ses abonnés enfermés chez eux à cause du confinement. Les clients Free mobile restés bloqués à l’étranger ont également eu le droit à une modification de leur forfait afin de pouvoir plus librement naviguer sur Internet. Outre ces décisions fortes, c’est également au niveau des chiffres que Free semble avoir bien géré son premier trimestre de l’exercice 2020 et la crise du Covid-19. À la lecture des résultats obtenus par Iliad en ce début d'année, l’entreprise peut se féliciter d’avoir quasiment atteint l’un de ses objectifs en ce qui concerne les abonnés fibres.

Le fournisseur d’accès à Internet a continué son avancée afin de garantir l’accès en très haut débit à ses clients. Initialement fixé à 2 millions d’abonnés fibre, l’objectif est quasiment atteint puisque le FAI possède désormais 1 975 000 clients raccordés au THD fixe. En France, le “leader de la fibre pour le 4ème trimestre consécutif” selon nPerf se targue d’enregistrer de solides résultats sur ce premier trimestre. Par rapport à la même période en 2019, l’entreprise a vu son chiffre d’affaires augmenter de 1,7%, passant ainsi de 1,213 milliards d’euros à 1,233 milliards. La vente de forfaits mobiles a été la principale source de cette augmentation avec notamment 13.000 nouveaux abonnés mobiles et 100.000 clients abonnés à son offre phare : le Forfait Free. Des chiffres qui s’expliquent principalement par la qualité du réseau de l’opérateur, en nette amélioration ces derniers mois, ainsi que des offres bien souvent disponibles en promotion et sans engagement. 

Présent en Italie depuis 2018, Free mobile a déjà su séduire 525.000 clients supplémentaires au premier trimestre 2020, et ce, en dépit de la situation dramatique vécue par les Italiens en ce début d’année. L’opérateur français possède désormais une solide base d’abonnés mobiles qui s’élève à 5.806.000 clients. Ces nouveaux abonnés ont principalement souscrit une offre Free mobile au cours des mois de janvier (43% de nouveaux abonnés) et en février (35% des nouveaux clients). Si Free semble avoir bien géré la crise de coronavirus et fait de ce premier trimestre un succès, au cours du mois de mars l’entreprise a malgré tout constaté un grand ralentissement du nombre de nouveaux abonnés. Sur les 525.000 nouveaux clients conquis au cours du premier trimestre 2020, seulement 22% l’ont été au cours du mois de mars. Le confinement a donc bel et bien eu un impact négatif sur le groupe français. L’opérateur peut tout de même se féliciter de son avancée en Italie, puisque ce marché représente désormais plus de 10% du chiffre d’affaires total du groupe Iliad.

Si l’impact du Covid-19 n’est pas inexistant, le premier trimestre de l’opérateur ne semble ainsi pas avoir été excessivement touché par la crise. Cependant, cela ne veut pas dire que ces répercussions ne se présenteront jamais. Quoi qu’il en soit, la situation actuelle ne semble pas avoir fait faiblir un groupe qui continue d’afficher des objectifs élevés.  L’opérateur continue en effet d'affirmer des ambitions toujours plus grandes pour l’avenir. 

Parmi ses objectifs sur le marché français, Free mobile souhaite tout d’abord passer le cap des 2 millions d’abonnés fibre en 2020. L’objectif, à long terme, étant d’atteindre la barre des 4,5 millions d’abonnés en 2024, en accord avec son plan Odyssée 2024. Le fournisseur d’accès à Internet souhaite également accroître ses parts sur le marché du Haut et Très Haut Débit. Un objectif fixé à 25% à long terme, qui ne semble plus utopique dans la mesure où le FAI a su fournir des efforts colossaux sur ces dernières années en matière d’accès à Internet en très haut débit avec notamment 2.936 nouveaux sites actifs fin avril. Une progression considérable que le Covid-19 ne semble pas stopper.

Free mobile souhaite par ailleurs augmenter ses bénéfices, et pour cela, il vise une base d’abonnées de 80% à son Forfait Free, soit l’offre la plus complète, mais aussi la plus onéreuse proposée par l’opérateur. Un objectif fixé à 2024 qui, s’il est ambitieux, semble dans les cordes de l’opérateur. En ce qui concerne l’accès à une connexion 4G et 5G de qualité, ce sont 25.000 sites qui sont censés être ouverts et opérationnels, toujours à l’horizon 2024. Concernant l'arrivée du réseau de cinquième génération, le retard pris dans l'attribution des fréquences 5G suscite d'ailleurs une certaine crainte chez Free. Il semblerait malheureusement que les enchères ne puissent être assurés avant la rentrée scolaire de septembre, alors qu'elles étaient initialement prévues fin avril. Enfin, en Italie Iliad souhaite atteindre la barre des 5.000 sites ouverts en 2020 et table sur 10 à 12.000 sites ouverts d’ici 2024. Le groupe souhaite également générer 1,5 milliards d’euros de chiffres d’affaires sur le marché italien à long terme.

Si pour l'heure Free semble avoir maintenu le cap en dépit du Covid-19, il est encore trop tôt pour crier victoire. L’impact réel de cette crise sanitaire, mais aussi assurément économique, ne sera visible qu’à long terme. Quoi qu’il en soit, cela ne semble pas avoir freiné les ambitions pantagruéliques d’Iliad et de son opérateur mobile qui continuent d’afficher des objectifs très élevés à courts comme à longs termes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.