Ma connexion internet : la toute nouvelle cartographie interactive de l’Arcep

Proposé en version beta depuis plus d’un an, Ma connexion internet, le nouveau moteur de recherche de l’Arcep est désormais disponible en version complète. Avec cet outil de référence de l’Internet fixe, les particuliers et les entreprises peuvent retrouver des informations sur les débits proposés par les différents opérateurs, peu importe l’adresse.

Après une année de peaufinage, l’outil Ma connexion internet est né. Ce moteur de recherche créé par l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) réunit des informations sur les débits proposés par les opérateurs en France métropolitaine et en Outre-mer, pour l’ensemble des technologies de l’Internet fixe. Ce service d’utilité publique est le fruit d’une démarche collaborative avec des experts et le partage des algorithmes, qui ont permis de mettre en place de nombreuses cartes.

En effet, c’est sous forme cartographique que l’Arcep a décidé de partager l’ensemble de ces données. Actuellement, il est possible de retrouver tous les opérateurs, les technologies d’accès disponibles (réseau filaire ou réseau hertzien), ainsi que les débits les plus élevés qu’il est possible d’obtenir. Dans son ultime rapport intitulé “Territoires connectés”, l’autorité administrative a expliqué que les éléments disponibles sur Ma connexion internet sont récents puisqu’ils datent du troisième trimestre de l’année 2020. Ils seront mis à jour tous les six mois environ. Il convient donc de toujours prendre les données fournies avec des pincettes, étant donné la vitesse de déploiement de la fibre optique dans l’Hexagone.

L’Arcep, créée en 1996 et entrée en fonction en 1997, est une autorité indépendante chargée notamment de réguler les communications électroniques. Sa mission principale est d'accompagner l’ouverture à la concurrence du secteur des télécommunications, tout en surveillant attentivement les marchés liés. L’objectif est évidemment de maintenir une concurrence saine et qui profite aux consommateurs. En parallèle, l’Arcep met en œuvre des actions permettant d’aider les utilisateurs à y voir plus clair : c’est par exemple le cas avec l’outil Ma connexion internet fraîchement mis en ligne.

Au cœur de la rue de la République à Lyon, par exemple, les quatre opérateurs historiques que sont Free, Bouygues Telecom, SFR et Orange proposent la fibre dès 1 Gb/s en réception et 100 Mb/s en émission. Au 10 place Sébastopol à Lille, l’outil Ma connexion internet indique que la fibre n’est pas disponible. Là-bas, SFR tire son épingle du jeu via le câble, avec des débits oscillant entre 100 Mb/s et 1 Gb/s en réception, puis entre 2 et 10 Mb/s en émission.

Outre les opérateurs, la technologie utilisée et les débits espérés, Ma connexion internet permet d’accéder à des statistiques avancées. L’utilisateur peut alors se renseigner sur sa région, son département ou sa commune afin de retrouver les statistiques de couverture, soit le taux de locaux éligibles à chaque technologie et chaque classe de débit. Pour les différentes strates administratives (la commune, le département et la région), ces chiffres peuvent s’avérer utiles pour les décideurs publics. Cela permet notamment de suivre le déploiement de la fibre optique trimestre après trimestre. Au total, six cartes techniques spécifiques à cette technologie sont disponibles sur le site internet. 

Au-delà de l’Internet fixe, d’autres technologies permettant d’accéder au web sont au cœur de l’actualité. Le déploiement du réseau de cinquième génération, qui a permis la commercialisation des premiers forfaits mobiles 5G à la fin de l’année 2020, a suscité la polémique mais suit son cours. L’objectif ? Offrir un accès au très haut débit à un maximum de personnes, tout en soutenant l’innovation et en répondant aux usages de l’ère moderne. La 4G, de son côté, est loin d’être abandonnée. À ce sujet, l’Arcep a dressé un état des lieux de la couverture mobile fin 2020 : chaque opérateur a équipé près d’un millier de sites en 4G, nouveaux ou pas, rien que sur le dernier trimestre de l’année. 

Dans un tout autre registre, la plateforme “J’alerte l’Arcep” tourne à plein régime. Cette dernière permet aux clients des opérateurs d’exprimer leur mécontentement mais n’apporte pas de solution individuelle : elle aide l’utilisateur pour les problèmes récurrents mais donne surtout un aperçu des performances des différents acteurs du marché. Si le nombre de signalements est en hausse ces derniers mois, Bouygues Telecom tire son épingle du jeu en étant l’opérateur qui a reçu le moins de plaintes en 2020. 

Clairement, les clients se plaignent davantage de leur opérateur. Selon le dernier rapport de l’observatoire de l'Association française des utilisateurs des télécommunications (Affut), le nombre de plaintes adressées par des utilisateurs vis-à-vis des télécoms a augmenté de 7% entre 2019 et 2020. Face au déploiement délicat de la fibre optique et les nombreux problèmes qui en découlent, ou encore suite aux nombreux confinements qui ont augmenté le télétravail et la frustration, les consommateurs ont probablement plus de raison d’être exaspérés qu’auparavant. Reste toujours la solution de changer d’opérateur en cas d’insatisfaction : l’outil Ma connexion internet de l’Arcep peut alors aider à faire son choix.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.