la "science" économique

je viens de mettre une commentaire sur cet article, et je le trouve tellement génial, que je le reproduis ici :

"

je ne pense pas que la crise soit l'oeuvre d'un théorie, si prégnante soit-elle. Vous dites vous-même que les théories éco et les politiques dominantes jusqu'ici sont étroitement liées.  Quand j'ai fait des études de psycho, j'ai appris à que point on peut mettre en équation tout et son contraire, en manipulant les données (dans la façon de les recueillir, comme dans la façon de les traiter !).

La prétention scientifique en économie est vaine si on ne donne pas au départ les postulats moraux, sociaux, politiques sur lesquels nous nous basons, ceux-ci dépendant la plupart du temps de notre propre situation économique. Les physiciens eux-même n'ont plus prétention à LA SCIENCE et  savent depuis longtemps que l'observateur modifie l'observé... et vice-versa probablement !

Comment des économistes peuvent-ils alors se placer en "grands pontes" ayant tout résolu, au milieu de facteurs si complexes dont ils occultent la majorité pour mieux faire passer leur pilule, qui n'est, finalement, qu'un renfort aux rapports de forces existants ? rapports que je ne peux pas m'empêcher de ramener à une équations simple : exploitants-exploités, exploitants à qui il faut ajouter une myriade de "collaborateurs", fonctionnaires et communicants qui contribuent à faire marcher le système en le gérant, en le faisant passer pour inévitable, et en rognant au passage tous les points où pourraient s'ancrer un rapport de force  en ramassant des miettes plus ou moins grosses et en se fabriquant de bonnes consciences avec ces même théories bidons qui permettent de justifier toutes les "austérités" dont le prix est payé, par qui déjà ?

"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.