Edouard Louis

"Vous parlez aussi d’un monde aujourd’hui invisible…
Le discours sur les classes populaires a disparu du champ politique comme de la littérature. Mon livre a été écrit en opposition à cela aussi, je voulais explorer ce que le jargon marxiste nomme le lumpenprolétariat, les moins qu’ouvriers, et dont on ne parle jamais. Ou alors en termes mystificateurs, vantant la simplicité, l’authenticité des gens de peu, dans cette vision pasolinienne des classes populaires. C’est d’ailleurs le principal reproche qui a été fait à mon livre : « Comment pouvez-vous parler ainsi ? C’est méprisant, c’est du racisme de classe. » L’idée que je propose dans En finir avec Eddy Bellegueule est pourtant simple, on la trouve chez Marcuse, chez Freud : la violence produit elle-même de la violence, elle est un effet de la domination, les individus des classes populaires qui en sont victimes finissent par la reproduire sur d’autres.. Que signifie d’ailleurs ce reproche qu’on m’a fait ? Faudrait-il que les classes populaires soient vertueuses pour qu’on les défende, qu’on se batte pour elles ? Comme si l’horreur de l’exclusion, de la misère, ne suffisait pas. C’est une drôle d’idée, qui participe en réalité d’une idéologie méritocratique, comme si les classes populaires devaient mériter qu’on se batte avec elles."

Edouard Louis ici : http://edouardlouis.com/

Il me parait bien intéressant ce p'tit jeune homme !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.