les bourses de mérite réhabilitées

Le conseil d'Etat a suspendu la décision mettant fin brutalement aux bourses de mérite.

Le conseil d'Etat a suspendu la décision mettant fin brutalement aux bourses de mérite.

Les bourses de mérite : système nettement insuffisant (8 bourses par an pour toutes l'académie de Montpellier par exemple) et dont les critères d'attribution in fine restent très mystérieux et arbitraire, sont tout de même une toute petite fenêtre pour quelques enfants de pauvres qui ont été capables d'avoir le bac avec mention très bien.

Je demande que le jury d'attribution soit constitué en partie par des parents d'élèves (des vrais, pas des instits et profs gouvernant une association de parents d'élèves bien connue et soi-disant de gauche). Je demande que ces délibérations soient publiques. Je demande aussi que ces bourses soient étendues à tous les élèves ayant une moyenne et un résultat au bac correspondant à la mention TB.

Comment, sous prétexte de démocratie (qui pourtant en prend un sérieux coup dans l'éducation nationale, ceci prouvé par les résultats socialement marqués et statistiquement établis) - on supprime les bourses de mérite ? qu'est-ce que ça veut dire ? comment peut-on l'interpréter, autrement que par la défense d'une bureaucratie étatique et d'une bourgeoisie moyenne-supérieure (synonymes ou solidaires ?) de ses privilèges cette suppression des bourses de mérite alors qu'elle aurait du les étendre ?

Alors, bien sûr, l'idéal serait que tous les étudiants soient boursiers (bien sûr s'ils ne sont pas logés chez leur parents, comme nombre d'habitants de luxe des grandes villes). L'idéal serait que tous les étudiants soient logés sur des campus ou en résidence universitaire...

Mais est-il bien raisonnable d'ouvrir les études supérieures à un tel nombre d'étudiants ayant tous eu leur bac en masse, et qui commencent leur carrière en se rétammant aux examens de première année qui sont conçus exprès pour les cueillir à froid et tuer en eux tout espoir de promotion sociale et de progression dans le savoir ? Ne serait-il pas plus raisonnable d'offrir plus de possibilité de raccrocher aux études quand on a pris un peu de bouteille, un peu d'expérience, plutôt que de "jeter" de pauvres innocents. (A noter que les enfants de bourges, eux peuvent redoubler autant qu'ils veulent et finir par décrocher un diplôme, quelques fois au bout de nombreuses années !).

Alors, d'un côté les écoles couteuses, ou les prépas réservées aux gosses de riches... et de l'autre des universités surchargées et appauvries de plus en plus ? Encore une façon de discriminer !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.