Comment rendre un chat alcoolique

je me souviens d'une expérience de psychologie animale de laboratoire qui nous avait été présentée, il y a très longtemps, dans ma jeunesse, et dont je n'ai malheureusement pas les références. Je ne pense pas que beaucoup de gens puissent remettre en cause sa vraisemblance (il me semble qu'elle était russe...enfin...)

on présentait du lait simple et du lait contenant de l'alcool à un groupe de chats, et ceux-ci choisissaient le lait simple.

ensuite, on faisait deux groupes, un qui répondait à un conditionnement simple, faisant discriminer un carré et un rond, avec pour récompense de la nourriture.

l'autre groupe était "invité" à discriminer un rond et un ovale, ce qu'il réussissait très bien dans un premier temps. Puis on rapprochait de plus en plus l'ovale du rond, jusqu'à franchir le seuil de discrimination possible. Echec et réussite se succédaient sans plus aucun contrôle de l'animal.

L'expérience se prolongeait "un certain temps" (pardon pour mes oublis, du à mon grand âge !).

Les chats du groupe "discrimination impossible" choisissaient ensuite le lait alcoolisé !!!!

Même si cette "expérience" n'était qu'une fable, il n'est pas difficile d'en déduire que l'attrait des drogues augmente lorsque l'on est traumatisé ou que l'on souffre, ou que l'on est en position d'échec.

Peut-être que si l'on remettait en cause la notion d'échec (je me suis toujours efforcée de prendre les échecs comme l'occasion de progresser, en analyse plusqu'en actes (je suis assez nulle dans le concret) - on aurait déjà moins de drogués.

Lorque l'on vit dans un monde ou la "réussite" se comprend comme "battre les "autres""... beaucoup de souffrances en découlent évidemment... l'idéologie du sport, qui contribue largement à l'éducation des enfants, malheureusement, en est un des ressorts puissants. (récemment un maître nageur m'expliquait que c'était normal que les plus forts nagent dans les lignes, et les faibles qui s'y font bouscouler aillent barbotter dans le bassin laissé libre...nager en ligne, ce qui permet de mesurer son effort ne serait pas pour les faibles ?).

Qui n'a pas vu un petit garçon de faible gabarit obligé d'abandonner le foot, sa tristesse alors qu'il entre dans la vie... sera-t-il bientôt client en bas de mon immeuble ?

Pourquoi les politiciens aiment tant les sports de compétition ? n'est-ce pas pour maintenir l'idéologie dominante ?

Et voilà qu'à la télé la compétition s'empare de tous les domaines : cuisine, amour, fringues...etc... et un suspens des plus primaire arrive à nous faire avaler ces ...

Je hais tous ces petits marquis qui sévissent dans les medias dominants et nous invitent, nous abrutissent, pour que nous rejoignions les rangs des "compétiteurs" avec leur lot de rares gagnants, et leurs troupeaux de vaincus démoralisés ! La conclusion, pour la majorité d'entre nous : "je suis un(e) gros(se) nul(le) !"

Et là, hop, ils nous choppent pour nous vendre tout ce qui détruit la planète : l'inutile et le superflu : les fringues, les produits de beauté, les chirurgie esthétiques, les grosse autos(motos), les drogues légales et illégales... tout ce qui soi-disant pourra nous aider à nous sentir, brièvement, moins nul(le)s !

Ah, vous rendez alors service à la nation : vous CONSOMMEZ ! bravo...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.