vieille dame
Abonné·e de Mediapart

579 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 sept. 2011

vieille dame
Abonné·e de Mediapart

Je suis une mauvaise pauvre !

vieille dame
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis une mauvaise pauvre aujourd'hui, parce que j'ai craqué, et que je me suis mise à hurler dans la cage d'escalier.

Tu rentres dans l'immeuble (géré par Century 21 dont le fils de la Mairesse, la belle-fille du père de la Mairesse (lui aussi conseiller général)).

Quoique nous payions de charges (jamais justifiées et régularisées) - on nous fait de moins en moins le ménage. Le prétexte évoqué : les gens laissent tellement de saletés dans l'escalier que c'est impossible de le faire (désolée madame, c'est vous qui gérez et devriez trouver une solution).

Et c'est vrai : en entrant, à ma gauche, un tas de vieilles godasses irrécupérables achèvent leurs vie dans une caisse en plastique pourrie. Ensuite, levez un peu le regard : toutes les boites au lettre sont cassées... avancez vous un peu : de vieux cartons, des meubles cassés, puis un plastique (jeté des fenêtres ?) contenant des choses innommables (déchet de poisson ?) répand son contenu sur le carrelage. Nous prenons l'escalier (jamais un coup de peinture depuis 20 ans !), en bas, dans le trou de départ s'entassent vélos, vieilles godasses, vêtements extrêmement usagés, papiers gras, cannettes...et crasse... je navigue entre les crottes de chats et les chewingums collés... je crie mon indignation ! (je craque) au premier étage, ma chère voisine m'accueille : "quoiiii, qu'est que c'est,..." elle a raison, je n'aurais pas du crier, mais à ma décharge, hier, à 1h de matin, ses copains faisaient raisonner avec art la cage d'escalier...ce qui, à ma décharge (hihihi), a peut-être contribué à mon état nerveux... je réponds saletés déposées sur le palier : elle, c'est les couches... ah, mais aujourd'hui, c'est vrai, il n'y en a plus. Elle menace cependant de me les balancer dans la gueule (quel manque de logique !). Sa copine en visite lui glisse : arrête, elle est folle"... "chez moi, c'est plus propre que chez vous ! il y a des cafards dans l'immeuble" me lance-t-on (c'est vrai, je ne suis pas forte en ménage, mais il n'y a pas encore de cafards chez moi) je réplique "Évidemment qu'il y a des cafards avec tout ce que vous laissez trainer !" (méthode de balayage de ces dames : tout mettre dans l'escalier, même l'eau sale)

Voilà, c'est tout, je gare mon désir de violence dans mon appart, où je continue un peu à hurler, pour vider l'adrénaline.

PS : Autrefois un autre gérant avait cru éducatif de confier contre rémunération le nettoyage à une de ces dames de l'immeuble.... ça a failli tourner très mal ! je crois même qu'il y a eu pugilat !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal
Conditions de détention : une demi-victoire pour les prisonniers de Nanterre 
Vendredi 2 décembre, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a ordonné quelques mesures pour améliorer la vie quotidienne des détenus au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine. Trois organisations dénonçaient « l’inertie manifeste des autorités » et réclamaient des décisions plus draconiennes.
par Camille Polloni
Journal — Justice
Barbouzes du PSG : la police sur la piste d’une tentative de chantage à 100 millions d’euros
Le lobbyiste Tayeb Benabderrahmane, détenu à Doha en 2020 après avoir obtenu des documents confidentiels appartenant au patron du Paris Saint-Germain, aurait souhaité par la suite réclamer 100 millions d’euros à l’émirat du Qatar, propriétaire du club, selon un document confidentiel. Il dément formellement.
par Yann Philippin

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant