In Touch à l’Unesco : la spectacle qui change des vies

Alors que l’annonce par Thomas Sotto sur son handicap réactive le débat sur la place des personnes en situation de handicap, nous nous apprêtons à célébrer, le 3 décembre prochain, la Journée internationale des personnes handicapées. A cette occasion, l’Unesco invite une pièce de théâtre unique au monde qui met en scène des acteurs professionnels et des comédiens à la fois sourds et aveugles.

In Touch lors de son passage au National Theater © Patrick Baldwin In Touch lors de son passage au National Theater © Patrick Baldwin

Comment peut-on être comédien et jouer sur scène lorsque l’on ne peut ni voir ni entendre ? Depuis 2015, les acteurs de la troupe de In Touch prouvent sur les plus grandes scènes de théâtre de Russie que le handicap – aussi lourd soit-il – peut être surmonté afin de (faire) vivre des émotions hors du commun. Grâce à une équipe internationale dirigée par Ruslan Malikov et Jenny Sealey, In Touch permet à des sourd-aveugles de devenir les porte-paroles de la communauté la moins visible parmi les personnes en situation de handicap.  

En racontant leurs histoires, ils sortent de l’indifférence et de l’isolement. Vie quotidienne, difficultés, joies et espoirs, les acteurs partagent de manière vibrante leur quotidien et leurs rêves à un public souvent peu sensibilisé à la question du handicap. Ce spectacle est une ode à la vie où le public est le témoin ému de vies dont il ne soupçonnait pas l’existence. Une émotion positive qui ne cherche pas à susciter de la pitié, mais bien au contraire à montrer la réalité de personnes privées de la vue et de l’audition.

Lorsque ce spectacle a été imaginé par Evgueny Mironov, l’artiste le plus reconnu en Russie, peu de gens ont cru en la possibilité d’amener sur scène des personnes sourd-aveugles et de les transformer en acteurs à part entière. J’ai cru en ce projet et ai rassemblé autour de moi une équipe qui a appris à se connaître et à communiquer en langue des signes tactile.

Dès le départ, la volonté de faire de ce spectacle une œuvre artistique nous a guidé. Proposer de l’art inclusif de grande qualité à un public valide et handicapé a été et reste un moteur essentiel de notre travail. Après deux années où le public de plusieurs grandes villes de Russie est venu nombreux pour admirer cette performance si spéciale, j’ai décidé de faire évoluer la pièce afin de montrer aux spectateurs l’impact positif que l’art peut avoir sur la vie d’une personne en situation de handicap.

La mise en scène a été changée, les acteurs sourd-aveugles s’adressent directement au public en langage des signes et le message qu’ils portent est fort et positif. Désormais, les personnes sourd-aveugles sont beaucoup plus visibles en Russie grâce à ce projet et nous avons inclus deux actrices venues de France et de Grande-Bretagne, elles aussi sourd-aveugles, afin de partager de nouvelles histoires et montrer que la communauté sourd-aveugle existe dans tous les pays du monde. En additionnant nos forces, nous pouvons toucher un public plus large, changer l’attitude des voyants et des entendants et ouvrir les cœurs.  

Notre travail franchit les frontières et la première représentation de la version internationale de In Touch a été couronnée de succès au prestigieux National Theater de Londres le 14 octobre dernier. Notre prochain rendez-vous avec le public aura lieu le 4 décembre prochain au siège parisien de l’Unesco. Sans le soutien de nos partenaires, cet événement ne pourrait pas avoir lieu. Le Fonds de charité Art, Science et Sport a cru en ce projet international dès le début et nous a permis de réunir la prestigieuse expertise du British Council, Graeae et de l'Unesco autour de notre structure Inclusion-Art Center et la Fondation pour les personnes sourd-aveugles Connection. 

Là encore, notre premier objectif est de faire connaître la réalité des sourd-aveugles et d’aider à une meilleure insertion dans la société des personnes en situation de handicap. Comme le dit Thomas Sotto dans son interview à France Inter, le handicap n’est pas qu’un problème personnel, c’est « aussi le problème des autres ». Le regard de l’autre, la tolérance et le refus de l’indifférence sont les seuls moyens de surmonter le handicap. L’art peut être un tremplin extraordinaire capable de rassembler au-delà des handicaps et des nationalités. C’est pourquoi la Journée internationale des personnes handicapées et les efforts de l’Unesco en matière de visibilité et d’accessibilité sont si importants à promouvoir.

Viktoria Violleau-Avdeeva

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.