Vilatersana
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2021

ETUDIANTS/CAPITAL EQUITE “MON OEUIL”

Vilatersana
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2019 2 725000 étudiants  dans le supérieur, le “joyau de la couronne » de cette jeunesse objet de toutes les attentions. L’avenir de notre société avec tous les superlatifs, efforts colossaux d’investissement, qui supportera le poids insupportable de la dette publique (2 720 Milliards au compteur total des APU) et j’en passe.

L’organisation du Capital : 3,82 millions d'entreprises, 287 grandes entreprises (GE) emploient 3,9 millions de salariés en équivalent temps plein (EQTP), soit 29 % du total. À l'opposé, 3,67 millions, soit 96 %, sont des micros entreprises ; elles emploient 2,4 millions de salariés en EQTP (18 % du total), soit une moyenne de 2/3 d’emploi par entreprise ;

Vous avez dit concentration du Capital.

La crise sanitaire ou le profit en danger ?

Démonstration par le quoi qu’il en coûte, à qui ?

Le fonds de solidarité : Au compteur : 27,315 Milliards distribués à 1,551443 million de dossiers soit une moyenne de 17 606 euros.

Les prêts garantis par l’état gérés par BPI France, une enveloppe de 300 Milliards dispositif en cours : Au compteur 145,6241 Milliards pour 693398 dossiers validés soit une moyenne de 204 157 euros.

Les prêts directs de l’Etat : au compteur 95,27 Millions d’euros pour 8 276 dossiers soit 11 511  euros de moyenne.

Les aides aux artisans/commerçants : au compteur 971,89 Millions d’euros pour 1188 713 dossiers soit une moyenne de 817 euros.

Les reports de charges fiscales : au compteur 3,58819 Milliards d’euros pour  115 095 dossiers.

A cela s’ajoute 85 millions d’heures de chômage partiel (le vrai terme est chômage technique) destinées à maintenir hors gel, sans frais pour le capital, les salariés en attendant des jours meilleurs pour le Capital/Profit (de manière simple l’armée de réserve). A la charge sans filtre du contributif/travail. 8,4  Milliards (dixit le premier de cordée).

Plus le plan de relance de 100 Milliards au descriptif emberlificoté (des vessies pour des lanternes) à destination quasi exclusive du Capital

Ne pas oublier le tout venant d’une année ordinaire : 47           Milliards de baisse des charges sociales. Plus le pactole des aides directes des APU plus l’Europe, d’un montant estimé de 220 Milliards en année pleine soit plus de 6 000 dispositifs.

Tous les montants ci-dessus sont disponibles en s’adressant au CEDEF (Le Centre de documentation Économie Finances) : un service ouvert à tous, réponse en 3  jours, formulaire de contact). Sauf pour les aides directes aux entreprises de  220  Milliards ; le montant étant tellement pharamineusement honteux, et il n’existe pas, curieusement, de données centralisées (le CEDEF, qui pourtant sait tout, et malgré tout ses efforts, n’a pu me renseigner, j’y reviendrai dans un autre billet). Le montant de 220 Milliards, non contestable ou alors on nous cache des choses et c’est pas bien, grâce aux quelques infos lâchées par DARMANIN en 2018 et le rapport COSAPE/FRANCE STRATEGIE au Premier Ministre. Petite remarque : les manifestants sont comptés à l’unité prêt par le Ministère de l’ordre public, pardon de l’Intérieur, pareil pour les vaccinés à «  l’eau bénite » et là c’est le Ministère de la Santé Publique, mais curieusement pour 220 milliards le Ministère des Finances est incapable de nous fournir les chiffres exacts : combien, à quelle entreprise, par quel ordonnateur, pour quel motif et avec quel résultat, et quel résultat sur le nombre d’exploités remis au turbin (chez les métallos on dit allez au chagrin) pardon « d’Emplois d’Avenir créés ou sauvegardés »!

Décryptage Prêt garanti  par l’état géré par BPI France : Montant  300 Milliards.

Procédure accéléré preuves en sont les 693 398 dossiers traités en un temps record (essayez une demande de PTZ Energie, pour les ménages donc, d’un montant de 3 Kopecks vous verrez la différence de temps d’instruction).

Montant de la commission de BPI France de 25 à 100 points (c’est le langage financier pour enfumer, en langage courant entre 0,25% ET 1%°).

Le taux d’intérêt pratiqué par les Banques : engagement d’un taux d’intérêt à prix coûtant, sans marge)

Et en plus on ne demande pas la caution du cousin, du beau-frère ou de la grand-mère.

Clou du spectacle : pour les restaurants et autres débits de boissons le fonds de solidarité compense la perte de chiffre d’affaires du pinard et autres alcools. En clair on prend sur notre contributif (le mien aussi) pour subventionner le « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé » et les morts sur les routes, et en plus je ne bois pas ! Vous comprendrez que ça peut fâcher!

J’imagine bien qu’à la lecture on peut croire que » j’abuse des paradis artificiels », autant de pognon transféré du Travail au Capital ce n’est pas possible, ça existe pas ! Pensez donc 705,37035 Milliards série encours (27,315+300+0,09527+0,97189+3,58819+8,4+100+47+220 exprimés en Milliards), auxquels il faut ajouter la dette publique des APU (terme technique, comme ça le « citoyen lambda » comprends rien et qui signifie les administrations publiques : l’état, la Sécurité Sociale, les Collectivités et leurs multitudes d’établissements publics chargées de « blanchir » notre contributif) d’un montant cumulé de  2720 Milliards critères « démocratiques » de Maastricht!

Re petite remarque : Quand n’importe quel ménage contracte un emprunt pour se créer un patrimoine c’est de bonne gestion et encouragé par nos « administrants » (administrants : qui nous administrent d’où les APU, forcément le bon peuple ne sait pas se gérer, ingrat qu’il est, et encore on a de la chance, outre manche le bon peuple est sujet de sa Majesté, merci le « raccourcisseur »). Quand c’est les finances publiques qui empruntent pour les mêmes raisons, ça devient une dette insupportable que nous laissons en héritage à nos rejetons, égoïstes sans reconnaissance que nous sommes. Et le besoin de financement de l’APUC (le budget de l’état) devient du déficit. Petit cour de Comptabilité public : le vote d’un budget public doit être voté à l’équilibre et la règle d’or est que l’emprunt ne peut équilibrer les dépenses de fonctionnement! « Entourloupe » Comptable, le budget de l’état mélange allègrement fonctionnement et investissement il est donc impossible de savoir si la règle d’or est respectée ou non !

 Même en compulsant les Jaunes Budgétaires on en sait pas plus (Jaunes budgétaires, des centaines et des centaines de pages, disponibles sur le net, censées expliquer et justifier à quelle sauce on nous dévore).

Revenons à nos moutons, pardon à nos « picaillons » et voyons voir d’où vient ce pognon de dingue : 2720+705,37035 soit 3 425,37035 Milliards d’Euros : Peanuts par rapport à la dette Mondiale de 226 000 dollars (SOURCE FMI°), comme on dit à « Tournez Ménages » ça donne le tournis, et ben c’est pas bien compliqué, c’est juste notre pognon du premier au dernier euro, en suivant liste et montants non exhaustifs :

-Dépôts bancaires disponibles dont livrets divers, A, LDDS, PEL, LDD, etc : 2647,8 Milliards

-Encours Assurance Vie : 1 827 Milliards

-Dans les caisses des systèmes de « retraite privés » appelés communément fonds de pension : en 2019 10,6% du PIB soit 249,62 Milliards d’euros, pour un total au niveau Mondial de  49 200 Milliards de dollars US (les 2/3 de ce pactole sont U.S .

J’avais dit supra liste non exhaustive, s’il y en que ça intéresse je peux garantir qu’il ya encore des sous de planqués, m’enfin juste comme ça le total de nos sous : 4 724,42 Milliards d’Euros auxquels il faut retrancher 1 418 Milliards d’encours de crédits soit un solde de 3 306,42 Milliards d’euros, comme vous pouvez constater le Capital et nos Administrants nous ont mis quasiment sur la paille et piqué tous les sous du travail, y a un petit peu intérêt à découvrir le reste du pognon du Holdup.

Petite remarque (j’exagère non) ; si  on fait le total du « rendement » moyen des aides au Capital+ Baisse des charges sociales sur 10 piges : 267*10= 2670 Milliards l’équivalent de la dette publique définition Maastricht, Futé le Gars non !

Et si ça suffit pas ils se gardent sous le coude (capital/APU) notre patrimoine évalué à 13 340 Milliards d’euros pour ben voyons donc une prise d’Hypothèque? Je ne vous dis pas le boulot pour rédiger l’acte notarié, pardon en langage public on dit un Acte Administratif !

Bon faut dire aussi que l’immense majorité de ce pactole est concentré sur les plus grosses, ça s’appelle de la concentration Capitaliste dans le texte, les autres (0,8 emploi par micro entreprise) c’est le Lumpen prolétariat du capital, ceusses abusés par la liberté « d’entreprendre », à qui on fait avaler, avec quand même un peu de propagande, que le bonheur passe par l’exploitation et qui à l’arrivée, une main devant une main derrière se retrouve auto exploités !

Un peu d’histoire pour la clarté de la chose, l’expression transfert Travail vers le Capital on la doit à Jacquot 1er Roi de Chiraquie Président de nous autres qu’on est administrés, renouvelé pour services rendus.

1995 : Débat du premier tour à « l’Heure de Vérité » animé par les supplétifs de service : De Virieu/Duhamel les inoxydables du petit écran (y en à, des  loqueteux ingrats forcément, qui préfèrent cireurs de pompe).

Dans les premiers rôles : Jacquot du cul des vaches et de la tête de veau (il a quand même raté une carrière d’éleveur, ça nous aurait fait des vacances … à la ferme) et Balladur l’élégant goitreux, doudou pour ces dames embarquées pour une croisière en Frégates (ben ouais y en avait plusieurs).

Jacquot sommé de s’expliquer sur le C.I.E. : jusque là on a fait dans l’homéopathie, 300 Francs d’aide pour un smic chargé à  8 000 Francs ça n’a aucune efficacité sur l’emploi, c’est juste un transfert TRAVAIL vers le CAPITAL, bingo la trouvaille. Alors qu’avec une « aide » de 2000 Francs par mois pendant deux ans pour un SMIC net de  5 611 Francs vous allez voir ce que vous allez voir ! Ben on a vu le transfert massif Travail/Capital impeccable, bon les emplois on cherche encore, mais comme ce n’était pas le but… ! La Martingale!

Eh oui jusque là c’était juste du bricolage improvisé, et une fois le turbo enclenché au hasard y a qu’à piocher : Dispositif Fillon baisses des charges (comme qui dirait du sur mesure). 100 Milliards pour 1 Millions d’emplois, ça c’était l’opération vous allez voir ce que vous allez voir du Culbuto de Corrèze, pour culbuter ça a culbuté, des Pin’s à Gogo, et comme avait dit GATTAZ pas d’engagement, à ce prix là faut pas exagérer, les Pin’s ont pris la poussière et les emplois fantômes aussi.

Et puis le premier cordée, alors là on sait plus ou  donner de la tête, CICE avec doublette, nouvelle baisse de charges et…et l’Opération COVID voir le montant Supra (je n’ose pas répéter ça me donne des cauchemars et j’ai besoin de dormir). Je n’ai pas tout cité il faut bien que vous puissiez vous aussi participer à la chasse au trésor (il est accessible en ligne).

Preuve par la CDC (caisse des dépôts et consignations), petit voyage au pays du livret A et du LDDS environ 500 Milliards d’euros (ben oui l’eau bénite a boosté notre épargne). DIXIT la CDC (source disponible H 24 sur le net) 60% de ces 2 Livrets sert à financer le logement social, et , malin le gars, les collectivités locales (les APUL critères MACHIN Maastricht).Y disent donc bien, comme moi, que la dette publique est financée par nos sous sous.

Mais elle dit aussi la CDC que les 40 % RESTANTS, les Banques collectrices en font quoi qu’elles veulent.

Bon faut pas se plaindre nos sous sont rémunérés à 0,5 % nets de fiscalité, ça fait quand même 2,5 Milliards. Sauf que ces 2,5 Milliards sont rémunérés par le budget de l’Etat donc notre contributif, et qu’en plus les banques sont rémunérées 0,40 %, 2 Milliards, pour le recouvrement.

Conclusion les banques se goinfrent, à coup de propagande on enfume tout le monde sur la dette insupportable et notre livret A nous coute : 0,5 – (0,5 + 0 ,40)= - 0,40 soit 2 Milliards en plus du reste, arrêtez ça déborde.

Après tout ça revenons à notre Equité ETUDIANTS/CAPITAL 2 725 000 étudiants sur lesquels se déverse un effort colossal d’attention de pognon et j’en passe, excuser du peu :

712 000 Boursiers sur critères sociaux, bourse moyenne : 3193 euros/an Moyenne par étudiants tous confondus 834 euros.

L’effort COVID : Repas à 1 euros, au début réservé aux boursiers, devant le tollé, mesure étendue à tous les étudiants ; mais mais à la rentrée universitaire de septembre dernier « réforme » de nouveau réservée aux seules étudiants boursiers : évaluation du « coût de la mesure » : différence entre  les repas habituels à 3,30 euros soit 2,30 euros, nombre de repas servis pendant 32 semaines 800 000 repas/semaine (très largement sur évalué, pendant le confinement et le télétravail pas possible d’aller au resto U pour croûter), total surestimé 58,88 millions d’euros.

Le doublement du nombre de psychologues (qu’est ce que ça a à voir avec les ventres vides), évaluation : presque rien *2= pas grand chose. Le pas grand-chose est réputé non quantifiable en euros.

Des banques alimentaires chargées de délivrer des produits douteux aux plus affamés des étudiants (le mot exact est soupe populaire façon queues de travailleurs jetés à la rue aux US en 1929). Evaluation  de la mesure : les rebuts alimentaires sauvés des poubelles géantes de la consommation n’ont pas de valeur marchande en système Capitaliste !

J’ai gardé le plus gros effort pour la fin, et là on est dans l’époustouflant, colossal, surréaliste effort de mesure coûteuse : le Prêt Garanti par l’ETAT géré par BPI France et distribué par une dizaine de Banques, mais attention Partenaires (ça fait social non) . Pensez donc l’enveloppe de ce prêt multipliée par CINQ, vous avez bien lu par CINQ ! Et ça fait, ça fait : 4 Millions d’euros en année Lambda que multiplie 5 soit 20 Millions

Je détaille : en année Lambda 4 millions/712000 = 5,62 euros par étudiant boursier et 4 millions/2,725millions = 1,47 euros par étudiant, on passe en année « quoi qu’il en coûte » façon « coup d’état permanent » :

20 MILLIONS/712000 = 28 ,09 euros par étudiant boursier, et 20 millions/2,725millions = 7,34 euros par étudiants, ben ouais j’ai compté les centimes parce qu’à ce tarif là ça compte !

Et en plus le prêt est à intérêts du marché plus une commission BPI entre 0 ,9 ET 3 %, et encore en plus une banque comme le Crédit Agricole argue de philosophie pour refuser le prêt garanti, juste pour pouvoir placer ses produits bien plus juteux !

Et c’est pas fini comme ces étudiants, les fainéants, entrent beaucoup plus tard dans l’Exploitation pardon dans la vie Active : entrée dans la vie active milieu des années 70 en moyenne à 17 ans, 2020 entrée dans la vie active en moyenne à 22 ans, cinq ans à glander aux frais du contribuables et en plus ils fument des pétards à tous les coins de rue, le gars DELEVOYE (le cumulard des fonctions  grassement rémunérées par notre contributif) leur promet un Avenir RADIEUX !

A savoir une réforme des retraites avec à l’horizon 2070 (date à partir de laquelle les enfants nés à partir des années  2000 partiront, s’ils ont survécu, à la retraite) : âge du taux plein 67 ans, durée de cotisations 45 ans, hausse des cotisations, diminution du montant des pensions servies ente – 24 % et – 39% -source rapport du Conseil d’Orientation des Retraites  2017 !

Et en plus la plupart des étudiants qui bossent (surtout des boulots de M…. payés à coup de lance pierre sans même de prime de précarité) ont perdu, grâce au « coup d’état permanent d’urgence sanitaire », le peu de tunes qui leur permettaient de survivre. Montant des aides : que dalle, évidemment ils ont pas été foutu de présenter des pertes d’exploitation pour le Pinard Millésimé et le bloc de Foie gras de  200 grammes.

Si ça ce n’est pas de l’investissement d’Avenir !

Et ben tout ça c’est qu’un gros mensonge et les victimes punies à la place du Bourreau Capitaliste !

Il se trouve juste que le  Capital dans sa course effrénée au Profit exponentielle a besoin de travailleurs de plus en plus qualifiés pour générer un maximum de plus value !

Derechef le Ministre de l’Education Soooocialiste Jean Pierre CHEVENEMENT (oui oui celui des sauvageons), représentant l’aile « Gôche » du PS (le CERES) annonce : 80 % d’une génération au bac pour les années  2000 !

Qui dit bac (sans débouchés) dit études supérieures et emplois à sur plus value pour le Capital, c’est encore mieux que les Pin’s  de GATTAZ à 100 Milliards !

Par contre qui paye ! Et ben nous autres qu’on contribue pardi, comme d’Hab ! Dans un prochain billet je vous décortique la mécanique par un décryptage de la D.I.E (la dépense intérieure d’éducation) qui s’élève à 142 Milliards (source Ministère de l’Embrigadement National), à ne pas confondre avec le budget de l’Education Nationale de 78 Milliards en 2022.

Equité Covid : à peine 150 balles pour un étudiant, autour de 250 000 balles pour un Capitaliste (petit ou gros ils ont qu’à se débrouiller entre eux) : un Etudiant/Avenir vaut  1666 fois moins qu’un Capitaliste/Exploiteur petit ou gros !

Et ça l’empêche pas de dormir le premier de cordée, qui connait cette « Equité » aussi bien que moi, en plus il a du monde pour faire les calculs, alors que moi je me tape tout avec ma petite calculette en bois.

Encore un chiffre plus deux trois trucs constitutionnels et on y arrive :

Seuil de pauvreté : Base revenu médian 50 %/ 918 euros pour une personne seule !

Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 Article 14

Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.

Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946

  1. La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.
  2. Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence.
  3. La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat.

C’est osé de dire qu’au minimum 1 euro au dessus du seuil de pauvreté c’est convenable, et peut-on estimer que les étudiants ont droit d’avoir une existence convenable ?

Au fait ? que fait le poulain du « Coup d’Etat Permanent » , y a quand même un peu de boulot non !

Je préfère décortiquer le Monstre Capitaliste et son armée de supplétifs qu’être dans l’incantatoire stérile qui confine au consensus, ils se reconnaitront. J’ai beaucoup appris en lisant le gars Friedrich.

L’humour du jour : Macron jeunot était un Fan de CHEVENEMENT version souverainiste attrape machins, et, et Philippot (Florian de son prénom il est moins connu) RN/PATRIOTES aussi, quand je vous dits qu’il ya un attribut sexuel dans le potage !

Pour la détente un petit Best Of de notre bon Leonard années 2010 ça en jette.

Hasta la victoria Siempre!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B