La corruption des politiques coûte 120 milliards d'euros à l'Europe.

Nos si respectable hommes politiques coutent 120 milliards d'euros par an à l'Europe en magouille en tout genre.

Nos si respectable hommes politiques coutent 120 milliards d'euros par an à l'Europe en magouille en tout genre.

Au classement des pays les plus corrompus, la France figure en bonne position, au 26e rang mondial (lire: le rapport anti-corruption de l’Union européenne). Un score inquiétant qui devrait alerter nos hommes et femmes politiques. Mais rien n'y fait, le silence complice des médias, la grande lessiveuse de respectabilité veille !

L’Indice de Perception de la Corruption (IPC) est un outil permettant de mesurer le degré de corruption dans le secteur public et la classe politique. Allant de 0 (pays considéré comme très corrompu) à 100 (pays perçu comme très sain), il permet d’établir un classement mondial de la perception de la corruption.

Corruption-europe Corruption-europe

Le rapport anti-corruption de l’Union européenne révèle quatre failles principales dans le dispositif anti-corruption français: 

- L’absence de volonté politique dans la lutte contre la corruption internationale ;
- Une présence insidieuse de formes locales de corruption, spécialement dans les marchés publics ;
- L’encadrement défaillant en matière de financements des campagnes électorales ;
- L’absence d’indépendance des procureurs vis-à-vis du pouvoir politique.
On peut également constater que de nombreuses enquêtes sont enterrées avec le temps, faute de personnel etc.

Carte de France interactive sur la corruption en France, (Transparency International France)concentration très importante de la corruption en région Parisienne et Paca.

Carte de la corruption en France. Carte de la corruption en France.

Et c'est dans le domaine des marchés publics, à l'échelon national ou local – soit, au total, une activité qui pesait, en 2011, 369 milliards d'euros et 18,5 % du produit intérieur brut – que le phénomène serait le plus prégnant.
Bruxelles juge par ailleurs que le cumul des mandats est « l'un des facteurs les plus propices à la corruption » dans un pays où plus de sept parlementaires sur dix occupent au moins une autre fonction.

Albert Dupontel: les pourris d'or © memepamal1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.