vilmauve
Abonné·e de Mediapart

367 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2016

Les 100 premiers jours de Donald Trump

Donald Trump travaillera aussi à l'abolition la plus rapide possible de la loi sur l'assurance maladie surnommée "Obamacare" et annulera des milliards de dollars de paiements prévus aux Nations unies pour les programmes visant à lutter contre le changement climatique, expulsera 11 millions d'immigrants clandestins ou la fin du programme d'accueil des réfugiés syriens.

vilmauve
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dès son premier jour, Donald Trump entend ainsi annoncer son "intention de renégocier" le traité de libre-échange nord-américain (NAFTA), et le retrait des États-Unis du partenariat trans-pacifique (TPP).
Il lèvera aussi les restrictions à la production d'énergies fossiles, relancera le projet d'oléoduc Keystone XL, un gigantesque projet américano-canadien auquel le président Barack Obama avait mis son veto en février 2015, et annulera des milliards de dollars de paiements prévus aux Nations unies pour les programmes visant à lutter contre le changement climatique.
'Contrat révolutionnaire'
Le milliardaire républicain commencera aussi, a-t-il affirmé, "à expulser plus de 2 millions d'immigrants criminels et à annuler les visas de pays étrangers qui ne les reprendront pas", a-t-il affirmé. Il "suspendra aussi l'immigration de régions enclines au terrorisme", et mettra en place des "contrôles extrêmes aux frontières".
Toutes ces mesures font partie d'un "contrat", selon lui "révolutionnaire", avec l'électeur américain.
Donald Trump a aussi promis de s'attaquer immédiatement à ce qu'il décrit comme la corruption à Washington, avec notamment la limite des mandats des élus du Congrès, le gel des embauches de fonctionnaires fédéraux, et l'interdiction pendant cinq ans pour les personnels de la Maison Blanche et du Congrès de devenir lobbyiste.
Il entend aussi annuler tous les décrets présidentiels anticonstitutionnels selon lui, signés par le président Barack Obama.
En dépit de ses tensions avec son parti, pour l'instant majoritaire à la Chambre et au Sénat, M. Trump promet aussi de travailler avec le Congrès pour introduire et pousser à l'adoption d'un plan économique créant 25 millions d'emplois sur dix ans, à travers notamment des baisses d'impôts substantielles pour la classe moyenne et les entreprises. Avec l'objectif d'une croissance de 4% par an.
Le mur à la frontière mexicaine sera financé, et selon lui entièrement remboursé par le Mexique. Une peine de prison fédérale de deux ans minimum sera aussi imposée à tous les immigrants clandestins expulsés qui reviendraient aux États-Unis.
Donald Trump travaillera aussi à l'abolition la plus rapide possible de la loi sur l'assurance maladie surnommée "Obamacare". Le grand projet du président Obama d'une couverture maladie pour tous a rencontré de nombreuses critiques car il s'est accompagné d'une hausse des primes d'assurance pour des familles de la classe moyenne.
A son programme également, 1.000 milliards de dollars d'investissements dans les infrastructures dans les dix ans, grâce à des partenariats public-privé et des investissements privés encouragés par des abattements fiscaux.
L'expulsion des 11 millions d'immigrants clandestins ou la fin du programme d'accueil des réfugiés syriens, cette dernière promise un temps dès son premier jour à la Maison Blanche.

Trump va mettre en place une politique fiscale favorable aux riches, Les ménages du "top 1%" (le centième le plus riche) feraont 400000 dollars d'économie annuelle grâce à la tranche maximale de 25% promise par Trump. Impôt sur les sociétés, il va limiter le taux à 15%, contre près de 35% aujourd'hui.

Ces réductions d'impôts représentent 9517 milliards de dollars sur la décennie 2016-2026.

Bon courage aux Américains !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Zemmour, un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B