Trepalium:« travail comme torture »

Tripalium est un instrument formé de trois pieux, deux verticaux et un placé en transversale, auquel on attachait les animaux pour les ferrer ou les soigner, ou les esclaves pour les punir.

Selon le dictionnaire étymologique, on constate que le verbe « travailler » fait son apparition vers 1080. Il est issu du latin populaire tripaliare, littéralement tourmenter, torturer avec le trepalium et signifie « faire souffrir physiquement ou moralement ». Ce n’est qu’en 1130 que le déverbal « travail » fait son apparition pour signifier les idées de tourment, de peine et de fatigue. Tripalium est un instrument formé de trois pieux, deux verticaux et un placé en transversale, auquel on attachait les animaux pour les ferrer ou les soigner, ou les esclaves pour les punir.

Entretien avec Bernard Fandre et Marie-Odile Monchicourt qui nous parlent du « travail comme torture ».

Le travail comme torture © CultureetRevolver

La serie Trepalium: Dans un monde ravagé par la crise, les gens ayant un emploi vivent séparés de ceux qui n'en ont pas. Une ambitieuse série d'anticipation, dans laquelle les peurs orwelliennes s'inscrivent dans un apartheid ultralibéral. Avec, entre autres, Léonie Simaga, Pierre Deladonchamps, Ronit Elkabetz, Aurélien Recoing et Charles Berling.
À travers un voyage dans un futur que l'on devine proche, Trepalium donne une réponse radicale. D'un côté, une "Zone" miteuse et anarchique où la population est privée de tout, et surtout d'eau potable. De l'autre, la Ville, monde d'abondance où chaque salarié est pressurisé à l'extrême, devant tout faire pour garder son travail, quitte à offrir son corps à des cadres salaces et mégalomanes.

Trepalium (1/6) - ARTE © ARTEplus7

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.