Un homme frappé au visage par un policier à Paris, une enquête ouverte

L'interpellation d'un homme, dans le 10ème arrondissement de Paris lundi 20 septembre 2021, s'est soldée par plusieurs coups assénés par un policier au visage de l'interpellé.

La police frappe gratuitement au visage un homme menotté..mp4 © Jack Brte

« Eh ! C’est gratuit ça ! » Les mots, prononcés par un riverain vidéaste, ont certainement mis fin aux coups portés lundi 20 septembre 2021 par un policier sur un homme menotté, dans une rue du 10ème arrondissement de Paris. Une enquête a été ouverte.

Au moins quatre coups de poing au visage de l’interpellé

La scène a été filmée passage de la Ferme Saint-Lazare à 22h18, lundi soir, selon son auteur Justin Faurous. Il explique à actu Paris avoir vu « l’homme arriver en courant, suivi des forces de l’ordre » et indique avoir « assisté à l’arrestation, immobilisation et menottage, où l’homme a été coopératif ». C’est alors qu’il a enclenché la caméra de son téléphone.

La vidéo montre un homme maintenu au sol par deux policiers, puis relevé, et poussé sous l’entrée d’un immeuble de cet étroit passage. À ce moment, un troisième policier arrive après avoir eu un échange radio quelques mètres plus loin. Il se poste face à l’interpellé.

Et assène alors plusieurs violents coups de poing au visage de l’homme coincé. Au moins quatre coups sont visibles sur la vidéo. Les cris du riverain équipé de son téléphone font sortir les trois policiers maîtrisant l’interpellé, qui se dirigent vers la voiture de police.

A l’instant, dans le Xème arrondissement de Paris ! C’est ça la police républicaine ? pic.twitter.com/4RIFsSMzMC

— Justin Faurous (@JFaurous) September 20, 2021

« Vous êtes filmés, bravo, c’est ça la police républicaine ? » La phrase du riverain et sa vidéo d’une cinquantaine de secondes ont fait écho jusqu’à la préfecture de police, qui a tweeté mardi matin : « Le préfet de police a fait ouvrir une enquête administrative. »

Source

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.