Etats-Unis: Aggravation dramatique de la pauvreté en 2018

Le rapporteur de l'ONU pour l'extrême pauvreté a dénoncé jeudi la politique "méprisante" des Etats-Unis envers les pauvres qui "manque de compassion" et menace la démocratie.

etats-unis

Etats-Unis : "le manque de compassion" envers les pauvres menace la démocratie, selon l'ONU

Le rapporteur de l'ONU pour l'extrême pauvreté a dénoncé jeudi la politique "méprisante" des Etats-Unis envers les pauvres qui "manque de compassion" et menace la démocratie.

Les gens pauvres voient leurs droits "de plus en plus ignorés", a déclaré à la presse Philip Alston, rapporteur de l'ONU pour l'extrême pauvreté et les droits de l'homme qui doit présenter vendredi son rapport devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève, trois jours après le retrait des Etats-Unis de cet organisme.

Selon lui, un "manque total de compassion" caractérise la politique des Etats-Unis à l'égard des pauvres qui deviennent encore plus "invisibles dans le processus politique".

Selon les dernières statistiques disponibles, datant de 2016, quelque 40 millions d'Américains vivent dans la pauvreté, 18,5 millions dans l'extrême pauvreté et plus de cinq millions dans des conditions du "tiers monde".

Même s'il n'y a pas de données disponibles sur l'évolution de la situation depuis l'arrivée du pouvoir de Donald Trump, il semble que "les inégalités s'aggravent rapidement", a estimé M. Alston.

Il a notamment critiqué la réforme de la fiscalité et des baisses d'impôts considérées comme un cadeau aux riches et "les efforts de priver le plus grand nombre de gens d'Obamacare", système d'assurance maladie introduit par son prédécesseur.

Il a également dénoncé les manipulations avec les lois concernant le contrôle de l'identité des électeurs privant de vote des pauvres et les membres de minorités.

Au sein de l’OCDE, les USA figurent au 35e rang sur 37 du palmarès de la pauvreté et de l’inégalité. Le rapporteur a été suivi dans son enquête sur le terrain par un reporter du Guardian qui a saisi par l’image, mieux que par la statistique, toute l’horreur d’une misère désespérée côtoyant  comme à Los Angeles, le luxe le plus décomplexé. Conclusion d’Alston: «Ce que je vois est l’échec d’une société».

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.