Benalla “lieutenant-colonel” grâce à “un ordre venu de très haut”

Une promotion au titre de “lieutenant-colonel” obtenue, grâce à “un ordre venu de très haut” et contre l’avis défavorable de la gendarmerie.

46ebcb5ad0aa9b6339043a0b0e0a4084

Une promotion au titre de “lieutenant-colonel” obtenue, selon nos informations, grâce à “un ordre venu de très haut” et contre l’avis défavorable de la gendarmerie.

Alexandre Benalla et Vincent Crase, au cœur de la tourmente depuis les révélations du Monde sur les violences du 1er mai, sont tous les deux gendarmes de réserve. La gendarmerie nationale a publié samedi une note interne, consultée par le Parisien, qui précise leur statut de “réserviste”.

En effet, Alexandre Benalla était bien engagé auprès de la réserve opérationnelle. La note précise qu’il en a toutefois été radié “à sa demande en 2017”. Mais l’ex-chargé de mission de l’Elysée n’a pas pour autant quitté la gendarmerie.

Bien au contraire, il est depuis cette date consulté comme “expert” au sein d’un groupe de 74 personnes auxquelles fait appel la Direction nationale quand elle ne dispose pas de “ressources en interne”. A ce titre, Alexandre Benalla est ainsi intervenu pour une mission de travail lors des incendies et agressions de casernes de gendarmerie fin 2017.

Une promotion fulgurante…

Une expertise qui lui confère même un grade “temporaire” : celui de “lieutenant-colonel”. Une promotion fulgurante, demandée par l’Elysée en tant que spécialiste de “sécurité des installations”, qui n’a pas été facile à imposer à la direction de la Gendarmerie.

En effet, selon une source ayant eu connaissance du dossier, l’impétrant qui a demandé lui même ce grade d’officier supérieur, ne répondait pas aux critères. Un avis défavorable avait été émis par le service des réserves à la direction générale, mais “un ordre venu de très haut” a contraint les gestionnaires du dossier à trouver une solution.

“C’est notre rôle de rappeler les règles, mais en état-major nous sommes habitués à faire exécuter les ordres surtout quand ça vient de l’Elysée ou de Beauvau” témoigne cette source.

C’est comme ça qu’un simple gendarme adjoint de réserve ayant suivi deux semaines de formation en Normandie lors d’une préparation militaire et ayant effectué quelques rares missions, avec un chef de peloton nommé Sébastien Lecornu, nommé depuis secrétaire d’état à la transition écologique, s’est retrouvé lieutenant-colonel sans passage par le journal officiel..

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.