Lancement de la campagne "Changeons de Système 2022"

Il est temps d’écrire une autre histoire que celle qui nous est tracée…

Pour arrêter les dégradations écologiques, sociales et démocratiques qui s’accélèrent, nous devons nous organiser pour prendre les rênes des institutions. 

  • Donnons force au projet de « Sécurité Sociale et Écologique Universelle », à instituer dans le cadre d’une VIème République pour structurer le changement de système dont nous avons besoin.
  • Constituons un pré-gouvernement d’union citoyenne et politique, anticipant la mise en œuvre des projets de transformation radicale nécessaires,
  • Obtenons un accord d’union des candidatures sociales et écologistes en vue d’une candidature unique et d’une gouvernance commune et partagée, avant le premier tour des élections présidentielles. 

Voir ici les détails de la campagne et la pétition

Le 9 août 2021, s’adressant aux dirigeants de tous les pays, le dernier rapport publié par GIEC (Groupe international d'experts sur l'évolution du climat) nous met toutes et tous devant nos responsabilités. 
Si rien n’est mis en œuvre à grande échelle pour changer de cap, l'humanité va toucher, d'ici quelques décennies, aux limites de ses capacités à vivre dignement sur la planète Terre. 
« Nous sommes engagés dans un voyage sans retour - car nous ne pouvons revenir en arrière - en territoire inconnu - car nous n’avons jamais été confrontés à ces défis » précise Christophe Cassou, directeur de recherche au CNRS et coauteur du sixième rapport du Giec.

Pourtant, les annonces alarmantes, qui ont été validées par les délégués de l’ensemble des États avant publication, ne semblent pas déclencher une mobilisation massive, nationale ou internationale. Il n’y a pas d’initiative, d’aucun pays, pour appeler à coordonner les actions qui permettraient d’éviter l’engrenage du réchauffement et du dérèglement climatique, en organisant la fin des émissions de gaz à effet de serre et la sortie des énergies fossiles en particulier. 

Force est de constater la puissance infernale, sur l’ensemble des décideurs politiques, de la machine économique mondialisée, dont la croissance et les bénéfices sont en grande part fondés sur l’exploitation croissante du pétrole, du charbon et du gaz, et de toutes les ressources qui pourtant s’amenuisent. 

Le modèle économique, résolument capitaliste et de plus en plus dérégulé, ne peut décider de lui-même de changer de trajectoire, tant il est lié à la course aux profits et à leur concentration dans les mains d’une minorité de plus en plus riche. Les avoirs des gros investisseurs sont trop intimement liés aux secteurs les plus nocifs. Les choix répondant aux impératifs écologiques et sociaux ne seront jamais assez rentables pour nourrir leurs dividendes, hormis les fausses solutions allant du "greenwashing" à la croissance verte, qui ne font que repousser ou décaler le problème. 
Et partout, les pouvoirs politiques sont au service de ce système, voulant sauvegarder ce qui a permis, de manière très inégale, un réel changement de nos modes de vie à travers le monde, durant les décennies passées.

Face à la toute-puissance dévastatrice de ce système qui mène à un effondrement écologique massif, et donc à l’effondrement global de nos civilisations telles qu’elles fonctionnent aujourd’hui, nous nous trouvons devant l’obligation d’inventer de nouvelles voies à mettre œuvre, à une ampleur et une  rapidité que nos esprits ont peine à concevoir. 

La nécessité et l’urgence d’un changement radical s’imposent à nous. Et c’est aux citoyennes et aux citoyens de tous les pays de relever le défi, envers et contre tous les pouvoirs et les habitudes fermement installés.

Si le système électoral de nos démocraties, beaucoup trop inféodées aux lobbies financiers, ne fait plus rêver grand monde, en France en particulier, il n’en reste pas moins vrai qu’aucun autre moyen ou rapport de force social, écologique et citoyen n’est aujourd’hui en mesure de permettre la prise en main de notre avenir commun. 

Face à l’incapacité des partis de gauche et écologistes à mener bataille ensemble, les espoirs d’un basculement lors des élections présidentielles de 2022 sont au plus bas. Le vote centré sur le choix d’une personne qui devra assumer en son nom l’ensemble de la responsabilité politique pendant cinq ans est assurément un piège qui nous invalide profondément. La VIème République se fait attendre !
Pour autant, comment pouvons-nous baisser les bras face à cette difficulté, alors que tant de défis, autrement plus considérables, vont devoir être relevés si nous ne voulons pas sombrer dans la tourmente généralisée qui s’annonce.  

L’heure est donc venue de relever les manches et de nous attaquer, un à un, aux multiples problèmes auxquels nous devons trouver des solutions, pour nous, pour nos enfants et pour les générations futures à l’échelle planétaire.

C’est dans cette dynamique que l’initiative « changeons de système 2022 » veut tracer des chemins concrets permettant de réveiller l’élan collectif, s’appuyant sur les expériences humaines déjà à l’œuvre. Ces expériences alternatives doivent pouvoir prendre l’amplitude nécessaire pour pouvoir rompre avec les logiques et le système dont nous devons nous défaire.

La Sécurité Sociale telle qu’elle fût mise en œuvre par Ambroise Croizat en 1946 fait partie de ces expériences fondatrices que nous pouvons et devons étendre à tous les secteur essentiels à nos vies. Un travail d’élaboration collective, avec différents experts des questions abordées, a été mené ces derniers mois pour aboutir aux bases d’un projet de « Sécurité Sociale et Écologique Universelle ». Celui-ci pourrait structurer une grande part du travail de transformation radicale que nous avons à réaliser. 
Par le développement d’une économie alternative conventionnée, en gestion démocratique impliquant les professionnel.les et les ayant-droits, et par l’extension des cotisations sociales et la création d’outils monétaires complémentaires, cette Sécurité Sociale et Écologique pourrait répondre à l’essentiel des besoins de toutes et tous, hors logique de profit, avec un travail valorisant et un revenu garanti à chacun.e, en assurant la sauvegarde des écosystèmes et la réduction des consommations énergétiques et de matières premières.

L’autre voie proposée, pour rompre avec l’impasse électorale qui se profile, est de constituer un pré-gouvernement d’union citoyenne et politique, déterminé à mettre en œuvre la transformation nécessaire, avec l’objectif d’obtenir un accord entre les candidatures sociales et écologistes visant une candidature unique avant le premier tour des élections présidentielles. 
La perspective d’un gouvernement d’innovation écologique, sociale et démocratique, associant des citoyen.nes, membres d’ONG, de syndicats, chercheuses, chercheurs ou universitaires, et des membres et candidat.es des différents partis politiques concernés, pourrait être la base de cet accord. 

A partir de ces propositions, le collectif « Changeons de système 2022 » propose différentes actions pour en faire une direction fédératrice capable de réveiller l’élan qui caractérise les temps où tout doit et peut changer…

Aujourd’hui, Vincent Bony, porte parole de notre collectif, s’engage dans la Primaire Populaire, non pour être nommé candidat à la présidence, mais avec l’objectif d’obtenir la validation de nos projets par un nombre conséquent de citoyennes et de citoyens.
Pour le parrainer d’ici le 11 octobre, il suffit de suivre les indications suivantes : 
https://changeonsdesysteme2022.fr/soumettre-la-candidature-de-vincent-bony-a-la-primaire-populaire/
Avec nous et votre soutien, il est prêt à faire ce qui sera dans ses capacités pour constituer ce pré-gouvernement d’union et d’innovation écologique, sociale et démocratique, anticipant celui auquel nous aspirons pour 2022. Il souhaite prendre part à ce gouvernement en gouvernance partagée, en vue de préparer la mise en œuvre du projet de « Sécurité sociale et Écologique universelle » notamment, en impliquant le plus de partenaires nécessaires et possibles.
Avec nous et votre soutien, il s’engage à travailler pour obtenir l’accord d’union entre les partis politiques concernés, indispensable si nous voulons obtenir la majorité des suffrages lors des élections présidentielles, puis législatives.  

Tout cela est sans doute trop ambitieux pour les simples citoyennes et citoyens que nous sommes. 
Mais avons-nous le choix ?
Nous ne le pensons pas. Nous sommes convaincu.es que les idées nouvelles peuvent et doivent grandir face aux absences de volonté de changer véritablement les logiques qui nous écrasent et nous mènent à des temps de profond chaos.

Nous appelons toutes celles et ceux qui se reconnaîtront dans ces propositions à signer la pétition.
Nous vous invitons à soutenir notre campagne en validant nos projets grâce à la Primaire Populaire.

Toutes les informations et tous les détails concernant ces propositions sont sur le site www.changeons de système2022.fr
Nos évènements sont sur la page Facebook  https://www.facebook.com/changeonsdesysteme2022

Nous vous remercions d’avance pour votre participation et votre soutien.

Vincent Bony

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.