Vincent Duclert
Historien
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

2 Éditions

Billet de blog 2 févr. 2010

Vincent Duclert
Historien
Abonné·e de Mediapart

L'échec de «l'identité nationale» ?

Le 1er février 2010, le ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire a annoncé l'annulation du colloque de clôture du « grand débat sur l'identité nationale » lancé en grandes pompes il y a trois mois par Eric Besson.

Vincent Duclert
Historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 1er février 2010, le ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire a annoncé l'annulation du colloque de clôture du « grand débat sur l'identité nationale » lancé en grandes pompes il y a trois mois par Eric Besson. Le 2 novembre 2009, nous avions reçu en effet l'injonction, de la part d'un ministre de la République, de venir débattre dans les préfectures et les sous-préfectures, des « valeurs de l'identité nationale », avec deux questions à la clef : « Qu'est-ce qu'être français ? Quel est l'apport de l'immigration à l'identité nationale ? ».

Aujourd'hui, le constat est fait par les organisateurs de l'impossibilité de la synthèse. C'était attendu, tant il est difficile de trouver des « valeurs » à « l'identité nationale ». Le ministère d'Eric Besson a fait savoir que « l'ampleur » [sic] prise par ce « grand débat » obligeait à l'abandon du colloque [prévu initialement le 4 février] qui sera remplacé par un séminaire gouvernemental tenu à une date non précisée (AFP).

C'est donc l'enterrement d'un programme idéologique de substitution d'un nationalisme débridé aux valeurs républicaines sous prétexte que ces dernières rencontrent actuellement certaines difficultés. C'est aussi le constat d'échec d'un plan de mobilisation des représentants de l'Etat et des services publics qui avaient sommés d'organiser ce « grand débat » sur un thème ne relevant pas de l'intérêt général et de la communauté nationale mais seulement de la volonté de pouvoir d'un parti et d'un président. Le fait que Nicolas Sarkozy soit élu au suffrage universel direct ne lui donne pas en effet le droit d'imposer aux Français et à leurs institutions une idéologie contraire à leur histoire, à leurs libertés et valeurs fondamentales, à leur culture politique, autant de données qui fondent aussi la démocratie et qui instituent précisément des garde-fous aux aventures de l'exécutif. La convergence de l'hostilité et du rejet de « l'identité nationale » chez les intellectuels, les artistes et un nombre important de leaders politiques à gauche mais aussi à droite montrait clairement qu'une telle idéologie s'opposait à la définition de la France comme identité politique d'une République tendant vers la démocratie. Même si la réalité française est loin d'équivaloir à la pleine démocratie, la nécessité s'impose justement de relancer la démocratisation plutôt que de la menacer. L'idéologie de « l'identité nationale » constituait l'une de ces menaces. Mais il en demeure d'autres, plus réelles, quotidiennes, comme celle que nous soulignions il y a deux jours ici même, en abordant la question des gardes à vue et en s'interrogeant sur l'état de la France. Vit-elle toujours en démocratie, compte tenu de cette réduction permanente des garanties élémentaires des citoyens et des personnes ? (http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/blog/vincent-duclert/300110/gardes-vue-la-france-vit-elle-toujours-en-democratie)

L'erreur aujourd'hui serait donc de se contenter du retour à la raison et au bon sens que constitue l'échec de fait du « grand débat sur l'identité nationale ». Il convient au contraire de travailler toujours plus à cette démocratisation de la France, de son Etat, de sa société, de ses symboles, de son image.

Vincent Duclert

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt