Vincent Duclert
Historien
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 déc. 2011

D'un mal un bien? La gauche à l'heure des choix

La gauche n'a-t-elle rien appris, ni de l'histoire ni de la politique ? C'est en l'occurrence ce que l'on pourrait se demander en lisant les propos d'Arnaud Montebourg et de Jean-Marie Le Guen sur l'Allemagne *. Mais aussi en constatant que les ripostes dans leur camp ont eu surtout pour but d'empêcher une exploitation politique par la droite

Vincent Duclert
Historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La gauche n'a-t-elle rien appris, ni de l'histoire ni de la politique ? C'est en l'occurrence ce que l'on pourrait se demander en lisant les propos d'Arnaud Montebourg et de Jean-Marie Le Guen sur l'Allemagne *. Mais aussi en constatant que les ripostes dans leur camp ont eu surtout pour but d'empêcher une exploitation politique par la droite (à qui un boulevard était ouvert) et pas de condamner sans délai de telles allégations honteuses.

Comparer (implicitement mais très clairement) Angela Merkel à Hitler humiliant les démocraties à Munich, ou bien assimiler sa politique à celle du principal artisan de la défaite française devant la Prusse en 1870, ne sont ni plus ni moins que des injures lancées à la face de l'histoire et du présent. Non seulement Angela Merkel n'est ni Hitler ou Bismarck (on n'imaginait pas de devoir rappeler de telles évidences), non seulement l'Allemagne a choisi d'affronter son passé nazi ou impérial au point de promulguer une constitution (la Loi fondamentale) qui protège la liberté individuelle contre toute tentation hégémonique de l'Etat, mais de surcroît ce pays joue dans l'Europe un role essentiel de stabilisation et de progrès.

Si la monnaie unique a pu être édifiée, c'est parce que l'Allemagne a accepté de renoncer au Deutsche Mark - qui avait été l'instrument de sa reconstruction après guerre puis de la réunification - afin de garantir à l'Euro une crédibilité que le Franc, monnaie fragile, ne pouvait lui apporter. Les Allemands ont fait, pour l'intérêt de l'Europe, un acte de sacrifice que bien peu de pays, à commencer par la France, aurait consenti à faire.

Et ce n'est même pas au nom de leur monnaie perdue que les Allemands demandent aujourd'hui aux Européens de lutter contre les déficits nationaux. C'est simplement en vertu de la conviction que les gouvernements ne peuvent plus, indéfiniment, mentir à leurs opinions publiques et condamner les générations futures en minimisant l'impact d'une dette qu'ils ont eux-mêmes creusée.

Plutôt que de reconnaître que les Allemands ont raison, des dirigeants socialistes les injurient en croyant mettre Nicolas Sarkozy en difficulté. C'est de la politique à la petite semaine, indigne et désastreuse, encourageant les sentiments xénophobes, flattant le nationalisme le plus primaire. Elle devrait disqualifier ses auteurs de tout rôle dans la campagne future de François Hollande.

L'actuelle majorité et le président de la République ont fait de l'histoire un commerce systématique qui défigure la vérité historique. La gauche voudrait-elle faire pire qu'elle ne s'y prendrait pas autrement. Il ne suffit donc pas de prendre ses distances avec les propos de Montebourg et Le Guen. Il faut les condamner solennellement, et expliquer aux Français que la gauche rejette toute politique de provocation ou de surenchère autant qu'elle défend la vérité historique et sa dignité. Pour effacer la honte de ces déclarations, il faudra un engagement solennel en faveur d'une morale en politique. Mais si, au contraire, la victoire future devait reposer sur de telles compromissions, son avenir politique sera bien sombre alors.

-----------------

*Le 25 novembre, le député de Paris Jean-Marie Le Guen a fait référence à la conférence de Munich sur son blog en écrivant : « Nicolas Sarkozy ressemble plus à Edouard Daladier qu'à Charles de Gaulle ou François Mitterrand ». Le 30 novembre, Arnaud Montebourg a accusé Angela Merkel de vouloir « tuer l'euro » et de mener « une politique à la Bismarck » : « La question du nationalisme allemand est en train de resurgir au travers de la politique à la Bismarck de Mme Merkel », a-t-il déclaré, concluant : « Le moment est venu maintenant d'assumer la confrontation politique face à l'Allemagne et de défendre nos valeurs ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat