Les élections présidentielles se rapprochant, la politisation du débat public s'avive et s'envenime en France. Les discours politiques se radicalisent et font de l'argument historique une arme du combat partisan et des passions révolutionnaires ou réactionnaires. Peu importe que les références soient caricaturales ou injurieuses, le résultat seul est recherché. Tous les coups sont permis à ce stade. Inutile donc dans ces conditions de persister à s'interroger sur la relation de l'histoire et de la politique. Faire entendre raison est une vaine ambition même s'il n'est pas possible d'y renoncer. En d'autres lieux peut-être. L'accoutumance à l'instrumentalisation idéologique de l'histoire, alors qu'on professe par ailleurs le souci de la démocratie, est une raison supplémentaire de ne pas prolonger l'illusion. Ouvert le 25 mai 2008, ce blog fermera à Noël, après un dernier papier qui, je rassure ou j'attriste les internautes, ne portera pas sur la situation française. Je remercie mes lecteurs d'avoir suivi les activités de ce blog aux 55 billets et Mediapart d'avoir mis en avant la plupart des articles et de les conserver désormais dans ses archives ouvertes.

Vincent Duclert

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

En sa qualité d'historien, Vincent Duclert a pris le parti de soutenir François Hollande aux prochaines présidenteilles. C'est son droit.

 

Dans le débat politique que prépare Sarkozy pour les présidentielles, tous les coups sont permis et surtout les plus bas.

 

Pour Sarkozy, qui joue et veut entretenir la confusion, il ne faut surtout pas débattre loyalement. Son seul objectif est de conserver le pouvoir pour achever la casse du système économique et social hérité du Programme du Conseil National de la Résistance, tout en se référant continuellement à notre système social qu'il a déjà mis en pièces.

 

La fin de son blog annoncé pour la fin de l'année par Vincent Duclert sera une contribution à la nécessité de sortir de la confusion entre la Droite et la Gauche qui a fait tant de ravage ces 20 dernières années au détriment de la Démocratie, des Libertés Publiques et Privées, de la Protection Sociale et des Services Publics...pour le seul profit d'une Oligarchie cupide, décomplexée et sans scrupule, comme aux bons vieux temps de Jaurès.