Quel musée d’histoire pour la France ?

La question des musées d’histoire en France est une question éminemment sérieuse, qui intéresse aussi bien une large opinion publique que les historiens de métier et les professionnels du patrimoine. Aujourd’hui, avec le projet de « Maison de l’histoire de France », elle subit une singulière et menaçante perversion qu’il convient non seulement d’exposer mais aussi d’expliciter. Tel est l’objet de Quel musée d’histoire pour la France ? paru le 6 avril aux éditions Armand Colin.

La question des musées d’histoire en France est une question éminemment sérieuse, qui intéresse aussi bien une large opinion publique que les historiens de métier et les professionnels du patrimoine. Aujourd’hui, avec le projet de « Maison de l’histoire de France », elle subit une singulière et menaçante perversion qu’il convient non seulement d’exposer mais aussi d’expliciter. Tel est l’objet de Quel musée d’histoire pour la France ? paru le 6 avril aux éditions Armand Colin.

Les auteurs de ce livre ne sont nullement opposés à l’idée d’un musée d’histoire de France. Au contraire. Ils mesurent l’importance de telles institutions, pour la vulgarisation et la transmission de l’histoire autant que pour sa pratique savante et sa définition heuristique. Ils ne peuvent accepter, pour cela, le sort qui est fait ici à cette idée, à cette ambition, ravalées au rang d’outil de campagne électorale. Les calendriers annoncés montraient bien comment la « Maison de l’histoire de France » allait s’inscrire dans les échéances électorales de 2012. Les discours de pré-campagne, comme celui du 3 mars au Puy-en-Velay, s’en félicitaient déjà.

Les auteurs de ce livre n’acceptent pas non plus le contenu de l’établissement voulu par le président de la République, imposé aux forceps par le ministre de la Culture, pompeusement baptisé « Maison » sur le modèle du musée de Bonn mais sans que ce qui a fait précisément la valeur du projet ouest-allemand, le temps, l’étude, la concertation, aient fondé l’esprit et la méthode du projet. Aujourd’hui, les membres du Comité d’orientation scientifique nommés par le ministre de la Culture tentent de donner du contenu à la « Maison de l’histoire de France » et à sortir le projet des carcans idéologiques. Mais on ignore pour le moment de quelle manière ils souhaitent agir pour ce faire : leurs réunions ne sont pas publiques et les comptes rendus ne sont pas diffusés.

 

 

Certains des auteurs de Quel musée d’histoire pour la France ?, comme beaucoup d’autres historiens de métier et de professionnels du patrimoine, ont déjà dit, au travers de tribunes de presse, de pétitions, d’interviews et de déclarations, les profondes oppositions que suscitait une telle entreprise. Cette mobilisation s’est amplifiée depuis que Nicolas Sarkozy a annoncé, le 12 septembre 2010, sa décision de créer la « Maison de l’histoire de France » et de l’installer sur le site des Archives nationales à Paris. Mais cette affaire très sérieuse méritait que l’ensemble du dossier soit rendu public. Une institution nationale dédiée à l’histoire de France concerne l’ensemble de la nation comme elle détermine l’image que celle-ci donnera pour des années au monde. En l’absence d’une volonté résolue des pouvoirs publics d’accepter le débat autour d’un tel projet, il est notable qu’un éditeur comme Armand Colin souhaite contribuer à la compréhension qu’une société se donne des grandes questions qui la concernent au premier chef, plutôt que d’isoler ces dernières dans les sphères exclusivement politiques ou techniques.

Rendre public l’ensemble du dossier, l’exposer, le décrypter, définissent l’ambition d’un ouvrage qui s’adresse aussi bien à un public large, - le public qui s’intéresse à l’histoire dans les musées, à l’école, dans la nation -, qu’aux communautés plus restreintes des historiens de métier et des professionnels du patrimoine puisqu’avec la nomination du Comité d’orientation scientifique, la question a été posée de savoir s’il fallait ou non s’impliquer dans un tel projet, adhérer à ses présupposés idéologiques, tenter de le subvertir de l’intérieur, ou bien le combattre pour les sacrifices intellectuels, scientifiques, qu’il exige.

Mais ce livre n’est pas une machine de guerre contre quiconque. Il n’y a pour notre part ni a priori négatif ni soupçon de principe sur l’entreprise. Mais seulement le constat, ici démontré, d’un processus inacceptable de décision comme de conception d’un projet culturel et scientifique. Le débat scientifique nécessaire n’a pas eu lieu et l’entreprise a été confisquée par des acteurs para-administratifs qui Recherche » du 27 mai prochain à l’EHESS. Mais la « Maison de l’histoire de France » semble avoir bel et bien un problème structurel avec cette dimension du débat, de l’échange et de la réflexion. Les trois rapports fondant la décision du président de la République ont négligé la nécessité d’exposer en profondeur la question des musées d’histoire en France et d’interroger ceux et celles qui ont œuvré à sa compréhension. Malgré de telles insuffisances, le ministre de la Culture et de la Communication a proclamé dans son communiqué du 14 septembre, deux jours après la décision présidentielle du 12 septembre 2011, que cette dernière achevait « le temps de la réflexion et de la concertation avec la communauté des historiens ouvert [par les trois rapports] ». Puis Frédéric Mitterrand, sourd aux critiques venues d’horizons très divers et nombreux, s’est employé à réfuter en bloc les objections : pour le ministre, la « Maison de l’histoire de France » avait pour elle l’évidence des projets « naturels ».

Cette dimension refusée du débat, de l’échange, de la réflexion publique et savante, renforce l’acuité de « l’origine impure et strictement politicienne » de la « Maison de l’histoire de France » relevée par Pierre Nora dans sa lettre ouverte à Frédéric Mitterrand (Le Monde du 18 novembre 2011). D’autres symptômes dominent encore. Aux intentions idéologiques, affirmées de discours en discours de Nicolas Sarkozy jusqu’à celui du Puy-en-Velay, s’ajoutent avec la « Maison de l’histoire de France » la tentation d’un démantèlement du réseau des musées de France, l’instrumentalisation permanente de l’histoire pour les besoins du pouvoir politique, ou bien l’éviction systématique des professionnels du patrimoine.

Il faut se rendre à l’évidence. Un tel projet, fondé sur des logiques hautement contestables, n’est pas viable. Les membres du Comité d’orientation scientifique pensent le contraire. Ils imaginent qu’avec lui est apparue une occasion unique de créer un nouveau musée, que cette occasion ne se reproduira pas avant longtemps, et que les conditions d’origine seront surmontées. C’est méconnaître le poids des faits structurels et des enjeux de pouvoir. Depuis que le projet a été sérieusement envisagé, après les élections présidentielles de 2007, le contexte de la « Maison de l’histoire de France » a été surtout politique et idéologique, loin de ce que requiert un établissement scientifique et culturel. Nous reconnaissons à ces données contextuelles toute l’importance. Ce n’est pas une question d’appréciation ou d’opposition politique. C’est une manière de faire de l’histoire.

Tout ceci a été expliqué et démontré dans l’ouvrage Quel musée d’histoire pour la France ?, tout ceci a été répété lors de la première Rencontre « Musée, Histoire & Recherche » du 30 mars. Tout ceci sera encore rappelé et exposé. Parce qu’il s’agit d’une obligation scientifique autant qu’intellectuelle d’opérer une critique des conditions d’un projet public national dédié à l’histoire de France. Nous continuerons d’exercer cette fonction de débat, dans l’idée que nous nous faisons de la réflexion sur la valeur sociale des savoirs et de la démocratie intellectuelle. Nous voyons du reste, dans la décision du Comité d’orientation scientifique, de repousser l’ouverture de l’exposition de préfiguration après les élections présidentielles ou dans la distance prise par Jean-Pierre Rioux à l’encontre du discours du Puy-en-Velay, les effets de notre action. Une action que nous menons sans auto-satisfaction quelconque, qui nous éloigne surtout de nos recherches présentes, mais à laquelle nous consentons parce qu’une démocratie ne peut se satisfaire des procédés en cours avec la « Maison de l’histoire de France ». Notre souci est bien celui de permettre à un public large d’accéder aux pièces du dossier, de porter un débat digne de ce nom au sein des communautés d’historiens et de professionnels du patrimoine, et de réfléchir sereinement, en toute indépendance, aux choix qui engagent la France.

 

Isabelle Backouche, Vincent Duclert (co-directeurs, avec Jean-Pierre Babelon et Ariane James-Sarazin) de l’ouvrage Quel musée d’histoire pour la France ?

Voir le site dédié à l'ouvrage, avec de nombreuses contributions d'historiens, de chercheurs et de professionnels du patrimoine, dont ce texte : http://www.facebook.com/pages/Paris-France/Groupe-Mus%C3%A9e-Histoire-Recherche/119318451476117#!/pages/Quel-mus%C3%A9e-dhistoire-pour-la-France-/190231357661285

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.