Archives nationales: la réponse par la «Maison de l’histoire de France»?

Des sources concordantes ont confirmé que la directrice des Archives nationales a été limogée par sa tutelle, le ministre de la Culture et de la Communication.
Des sources concordantes ont confirmé que la directrice des Archives nationales a été limogée par sa tutelle, le ministre de la Culture et de la Communication. L’intersyndicale (CFDT CFTC CGC CGT) des Archives a révélé l’information dans un communiqué en date du 21 février 2011 : « Samedi 19 février, Isabelle Neuschwander, Directrice des Archives nationales, est venue récupérer quelques objets personnels puis a déposé ses clés et son badge au poste de sécurité. Aux personnels qui la saluaient, elle a répondu par un seul mot : “Adieu”. Son limogeage est donc une réalité. » Celui-ci avait été enclenché par une convocation au cabinet du ministre la veille, le vendredi. Un arrêté en Conseil des ministres sanctionnera la décision. On ne connaît à l’heure actuelle pas les raisons de cette décision brutale, assez rare dans la haute administration, et inédite dans le monde des archives : à notre connaissance *, il n’y pas de précédent d’un tel limogeage, sauf à la Libération pour le directeur des Archives de France et encore, les formes avaient été respectées pour Charles Samaran. Ce limogeage atteint une archiviste réputée, une professionnelle des archives et de leur gestion, très attachée à l’institution et particulièrement impliquée dans sa modernisation. Elle a porté à bout de bras le projet de nouveau centre des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, et sa nomination à la tête des Archives nationales en 2007 a été la reconnaissance de son travail important, de son engagement et de son professionnalisme. Je l’ai connue en 1992 lorsqu’elle secondait le directeur du Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales (le CARAN) ; elle a ensuite dirigé un centre d’Archives départementales et régionales à Amiens, elle est revenue à Paris prendre la tête de la section du XXe siècle des Archives nationales, puis elle a pris en charge la mission de préfiguration du centre de Pierrefitte avant de coiffer les Archives nationales. J’ai pu être en net désaccord avec elle sur la conception de la politique à mener dans l’institution, notamment sur le volet scientifique trop souvent secondaire et

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.