Vincent Koebel
Lecteur-correcteur
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mars 2019

L’autrice contre Europe 1

Sur Europe 1, un animateur et une animatrice en guerre contre le mot autrice.

Vincent Koebel
Lecteur-correcteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi 1er mars, l’émission de radio Le tour de la question, sur Europe 1, célèbre les soixante ans de la poupée Barbie. Pour en parler, la station invite plusieurs intervenants dont Sophie Carquain. Celle-ci se présente comme écrivaine et autrice. Julie Leclerc, dite aussi Julie d’Europe 1 (particule de la noblesse médiatique) s’enflamme aussitôt : « Autrice, esthétiquement ça choque. » L’invitée tente de défendre ce féminin du mot auteur, mais aussitôt elle est interrompue par la même animatrice qui répète avec dégoût : « Autrice, esthétiquement ça choque. » Et son coanimateur, François Clauss, de renchérir : « Ça me choque aussi. » Ce dernier garde la parole et s’adresse à son interlocutrice en la qualifiant « d’auteure », en appuyant bien sur le e pour montrer que lui, le mâle, le journaliste, l’animateur, ne tolérera pas cette lubie féministe à son micro. Un e c’est déjà bien suffisant… aurait-il pu ajouter.

Qu’un mot rarement usité dérange l’oreille, ça s’entend. Ce qui pose problème, outre le fait que l’animateur impose le mot auteure à une femme qui semble vouloir être qualifiée d’autrice, c’est le refus d’accepter une terminaison juste, acceptée, valable, puisque « rice » est l’exacte féminisation du latin en « rix ».

Auteure est un québécisme sans-doute pioché dans le Guide de rédaction non-sexiste qui propose de mettre un e aux noms de métiers, titres et grades qui n’ont pas encore de féminin.
Mais autrice, du latin auctrix, existe dans notre langue depuis, au moins, 1521. Il disparaît progressivement à cause d’une « masculinisation » de la langue qui s’opère dans la deuxième moitié du XXe siècle. Les coupables sont nombreux mais, à n’en pas douter, l’Académie française en fut l’un des principaux qui dans Féminisation des noms de métiers, grades et titres indique que le féminin d’auteur… n’existe pas !

Après, actrice, réalisatrice, illustratrice, cantatrice, créatrice, interlocutrice, institutrice, etc. Pourquoi refuser autrice ?
« N’est-ce pas à force de prononcer certains mots, qu’on finit par en accepter le sens qui tout d’abord heurtait ? » peut-on se demander avec Hubertine Auclert, militante féministe et suffragette qui, à la manière des Revendicatrices de la Révolution française, souhaitait la création d’une assemblée de femmes chargées de féminiser la langue.

Pour conclure, on trouve sur la page web dédiée à l’émission cette information : « Sophie Carquain, Journaliste et auteur notamment du livre… » 
Et voilà comment auteure devient auteur. Avec autrice, pas de doute possible.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato