Récit de mon week-end sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, 29-30 sept 2018

récit en images et en vidéos

René Char, résistant sous la seconde guerre mondiale René Char, résistant sous la seconde guerre mondiale

 

C’était un week-end de mobilisation en vue de la réunion avec la préfecture à Nantes le 12 octobre devant pérenniser ou pas les Conventions d’Occupation Précaires (COP) qu’ont obtenu les habitant-e-s de la Zad lors de la vague répressive de destruction des habitats au printemps dernier. Beaucoup sont dans l’incertitude... De plus le département rachète la moitié des terres de la Zad à l’État et pourrait remettre en cause ce qui a été acquis à la préfecture. Soutenons les devant la préfecture le 12 octobre.

Je pars en covoit’ avec des gens du comité NDDL41 (http://nddl41.overblog.com/) le samedi matin. Bonnes discussions sur la route. Je me sens toujours encore plus en vie quand je vais sur la Zad.

On arrive vers 14h par le Liminbout, du monde sur parking improvisé dans le champ et sur l’aire de camping. On va au rassemblement au hangar de l’avenir à Bellevue, les gens mangent encore, il y des cornets de frites bio, du vin et de la bière, la cuisine collective de Questembert propose des repas vegans succulents: (pour les soutenir, leur faire un don par exemple: laronce@riseup.net)

cuisine collective de Questembert (Bretagne) cuisine collective de Questembert (Bretagne)

 

14h30: prise de parole d’habitant-e-s de la Zad. Il y est affirmé que nous sommes déterminés à pérenniser l’occupation du bocage, celles et ceux qui se sont battus contre le projet d’aéroport ont droit de faire vivre ce territoire grâce à leurs nombreux projets collectifs ou individuels (élevage, paysan-boulanger, meunerie collective, conserverie collective, auberge, maraîchage et plantes médicinales en permaculture, agroforesterie, bibliothèque, accueil et formation de groupes internationaux... ou tout simplement y vivre avec des valeurs d’avenir telles que la sobriété, la décroissance...). Je crois reconnaître Jade Lindgaard, journaliste importante à Médiapart, cachée derrière ses lunettes de soleil, se faufilant dans la foule:

prise de parole des habitant-e-s de la Zad prise de parole des habitant-e-s de la Zad

carte de projets sur la Zad carte de projets sur la Zad
 

 

15h30: on poursuit, deux marches partent de Bellevue, une pour la transhumance des brebis nouvellement installées, la deuxième jusqu’à Saint Jean du Tertre (vaches laitières, meunerie collective, fournil). Je retrouve Anne, venue avec son frère et sa sœur, discussions sur le chemin, et on croise une autre Anne, de Blois, elle propose des places dans sa voiture pour rentrer le dimanche, je prends car comme ça je resterai plus longtemps pour en profiter. Arrivée à Saint Jean du Tertre, un jeune explique la situation résumée sur ce panneau:

conflit entre paysan de la Zad et exploitant agricole conflit entre paysan de la Zad et exploitant agricole

 

puis les gens sont invités à peindre des supports pour cacher cet horrible barbelé que le voisin (FNSEA) a mis en place, pendant qu’une petite fanfare improvise quelques chansons:

img-4529

 

16h30: Après avoir fait goûter du pourpier au frère et à la sœur de Anne, nous repartons pour Bellevue, écouter l’équipe d’Abracadabois () nous expliquer comment ils gèrent la forêt de Rohanne, les haies et les autres parties boisées du bocage. Ils ont nommé leur démarche “De l’arbre à la poutre”, comme ce qui se fait ailleurs. Plus d’info ici: https://reporterre.net/Sur-la-Zad-de-Notre-Dame-des-Landes-il-y-a-aussi-des-artisans

18h: s’en suit des prises de parole sur la question de l’habitat, léger, en dur, le PLUI (Plan Local d’Urbanisme) en cours d’élaboration, nouvelles incertitudes sur l’avenir de la Zad...

Soirée concerts pour clore ce samedi bien rempli, ça danse grave:

Trio del' amore © limegreen green

 

Dimanche 30 septembre: ça caille au réveil, j’attends que le soleil réchauffe la tente pour me lever. 10h: café et cookies à prix libre proposés par la cuisine collective de Questembert. Je passe voir les gens qui tiennent le stand de la nouvelle association “NDDL poursuivre ensemble”, je laisse mon adresse mail pour adhérer, discussion, puis je vais voir les publications qu’un jeune déballe sur des tables, je me sers, ah merde j’ai pas assez de sous pour acheter “le jeu de la Zad”, un jeu de plateau, il me dit que le stock est aux Fosses noires, bon à savoir pour la prochaine fois... 11h: hier le frère de Anne nous a indiqués un jardin de plantes médicinales et aromatiques tout près de Bellevue, 1000 m2 en permaculture, j’y vais, en arrivant Camille sort de son hangar avec deux jeunes de la cuisine de Questembert, elle commence la visite de son séchoir et du jardin et me propose de me greffer à eux, c’est parti. Ce jardin s’appelle en fait “le très petit jardin” (leur ancien site: http://www.letrespetitjardin.net/). Elle vend sa production à la biocoop et sur les marchés. Leur COP va jusqu’à décembre, elle et son copain sont aussi dans l’incertitude pour l’avenir de leur activité...

Midi, l’heure du repas, je prends le plat chaud de la cuisine collective avec le billet que j’ai taxé à Guy la veille. Je discute avec deux jeunes venus de Paris en car, qui font la randonnée de la journée sur la Zad, partie de carte après manger, avant d’aller à la Wardine, pour des interventions et projections.

14h15: arrivée à la Wardine, lieu collectif et vegan, pour une intervention d’un militant de longue date sur les EPR et celui de Flamanville. La journaliste écologiste de Médiapart, Jade Lingaard, est là, on discute brièvement avant que commence l’intervention, très souriante (Jade Lindgaard: https://www.youtube.com/results?search_query=jade+lindgaard+zad , sur Médiapart: https://www.mediapart.fr/biographie/jade-lindgaard). Ce militant de longue date nous parle de l’EPR (https://epr-nonmerci.agirpourlenvironnement.org/ et http://www.sortirdunucleaire.org/La-France-pays-de-l-imposture-nucleaire-ca-suffit), ses nombreuses défaillances lors de sa construction: fissures dans la dalle béton, mauvaise qualité de l’acier (un pourcentage de carbone dans l’acier au double de la norme, une résilience de l’acier de la cuve de 36 joules/cm2 alors que la norme est de 100 joules/cm2), les soudures faites “à l’arc” alors qu’elles auraient dû être faites “à l’argon”, le problème de la sous-traitance, la corruption chez Areva (voir cet article: https://www.capital.fr/entreprises-marches/affaire-areva-la-monstrueuse-amende-qui-menace-la-france-1308725), son coût exorbitant de 11 milliards d’euros alors qu’ils prévoyaient 3,3 milliards au départ. Conclusion de cette intervention: tous les comités NDDL et Bure sont appelés à se mobiliser contre l’EPR de Flamanville, car si cet EPR est mis en route, c’est toute la filière du nucléaire qui va repartir (EDF prévoit de construire 6 autres EPR en France).

S’en suit la projection de petites vidéos à la Wardine, Nicole Ferroni, un court-métrage et une vidéo faite par les zadistes (humour intact): Le voyage dans le bocage, la Zad renversée par l’art

le voyage dans le bocage - la ZAD renversée par l'art © camille camille

Elle me fait beaucoup penser à la critique de l’art contemporain par Franck Lepage: je ne résiste pas de vous la remettre, ça vaut son pesant de cacahuètes

Franck Lepage - l'art contemporain © Aurélien Biard

 

17h: conférence d’une jeune de la Wardine sur le réchauffement climatique, trop de trucs à dire, je ne développerai pas ici. Fin de la conférence, je discute avec l’intervenant sur l’EPR, il est d’Orléans, on a des connaissances communes, échange de coordonnées... Fin de la journée, je rentre plier ma tente et rejoindre Anne pour partir. Une dernière photo prise sur la Zad:

roulotte roulotte

 

Les statuts de la nouvelle asso "NDDL poursuivre ensemble": https://lecercle49.files.wordpress.com/2018/09/statuts-de-lassociation-nddl-poursuivre-ensemble.pdf.
Adhérer maintenant c'est les soutenir et c'est primordial de le faire rapidement (e-mail: nddl.poursuivre.ensemble@orange.fr)

 

Tchao, Britoune.

 

compte-rendu d'une personne du comité NDDL41:

Un bref compte rendu du rassemblement, nous avons entendu dire qu'il y avait  "environ 1000 personnes". C'était très chaleureux et très bien organisé, festif.
De nombreuses photos des différents lieux, jardins et des expulsions étaient exposées partout. Beaucoup de pudeur et d'émotions. De très beaux textes aussi.

A l'ouest : les gens restent motivés et accueillants. Ils sont heureux d'expliquer leurs projets, inquiets de la suite.

A l'est : il n'y a plus grand monde ni grand chose .... quelques vestiges dans les bois. Dame nature a déjà recouvert les décombres. La nouvelle cabane du Port construite sur des pilotis.

Au centre  : quelques nouvelles constructions en dur (bois, torchis ...)

Dans le village : plus aucune trace de la lutte (ni panneaux, ni affiches ...)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.