Comment tourner la page du capitalisme, destructeur pour l'Humain et pour la Nature ?

Je vais tenter ici de donner mes pistes personnelles.

A l'heure où 26 milliardaires possèdent autant que la moitié de la population mondiale,
à l'heure où la sixième extinction de masse continue de détruire la biodiversité de notre planète,
à l'heure où tout le monde se rend compte que nous ne pouvons plus consommer via la croissance infinie sur une planète aux ressources limitées,
à l'heure où si tout le monde consommait comme les français-e-s, il faudrait 3 planètes Terre,
quelles sont les solutions pour sortir de ce système en bout de course ?

Je vais tenter d'expliciter ma vision personnelle d'un avenir radieux et résilient face aux changements climatiques et face à la dégradation de nos sociétés.

La transition écologique doit permettre qu'en 2030 le monde entier est fait le nécessaire pour rester en dessous des +1,5°C de réchauffement planétaire, sinon ce sera la planète étuve avec des enchaînements catastrophiques pouvant mener à +8°C à la fin du siècle, comme avec la fonte du permafrost ou l'acidification des océans. La nécessaire Décroissance, nous la subirons ou nous la planifierons.

Premièrement, je pense qu'il faut retrouver notre autonomie alimentaire, les 36 000 communes de France doivent être autonome grâce à des ceintures vertes autour de celles-ci. Ce qui implique d'aider à l'installation de maraîchers bio, de micro-fermes en permaculture ou encore de jardins-forêts aux plus près des communes, ainsi qu'obliger les supermarchés et les supérettes à vendre les produits issues de ces nouvelles installations (ou alors créer des épiceries communales fournissant toute la population, mais je pense que garder les structures existantes est plus écologique et économique). Pourquoi pas en nationalisant les grandes surfaces ?
Les grandes cultures devront se convertir grâce à l'agroforesterie, le bio ou l'agriculture de conservation.
Aussi, il sera indispensable de réduire la consommation de viandes afin de libérer des terres pour y faire pousser des plantes comme le chanvre, le lin ou encore l'ortie pour la production de tissus écologiques. La France peut redevenir autonome en production de textiles en créant de petites structures locales de production de textile pour les vêtements et tous les tissus. Ce qui fera un complément de revenu pour les agriculteurs. La production et l'importation de tissus synthétiques doivent être interdite car le synthétique pollue les nappes phréatiques de nanoparticules par leurs lavages en machine.

Deuxièmement, comment se payer ces aliments et vêtements bio ? En instaurant un salaire à vie basé sur le modèle de celui de Bernard Friot mais en le versant en partie en monnaie locale pour stimuler l'économie locale ? Tout est possible. Et pourquoi pas le reste en monnaie libre, cette monnaie nationale qui redonne le pouvoir de la création monétaire à la population et non plus aux banques privées via le crédit ? Il faut aussi réfléchir, comme le fait Paul Ariès, à ce que l'on peut rendre gratuit.

Troisièmement, économiser l'énergie par la sobriété énergétique. L'isolation de tous les logements doit être lancée en commençant par ceux des plus bas revenus. Les 800 000 logements vides seront réquisitionnés pour tous les sans-abris. Avec l'isolation en petites bottes de paille, le matériau le plus écologique en France, nous pouvons isoler 500 000 logements par an en ponctionnant seulement 10% de la paille produite. L'obsolescence programmée doit être punie. La fabrication d'objets inutiles doit être interdite. Tout relocaliser signifie réduire drastiquement les importations et les exportations et ainsi réduire la consommation d'énergie induite.

Quatrièmement, la santé. Comment ne pas voir l'émergence de la pratique du jeûne thérapeutique comme quelque chose de tout à fait positif ? Savez-vous que des personnes ont guéri de leur cancer grâce au jeûne thérapeutique ? Cette pratique est efficace pour un nombre incroyable de maladies. Le jeûne thérapeutique étant gratuit et universel, il va permettre de résorber le trou de la Sécurité Sociale et sera une alternative très importante pour éliminer l'emprise de l'industrie pharmaceutique sur nos vies. Je pense qu'il peut permettre aussi d'éliminer les résidus de pesticides présents dans nos corps (comme le prouve les tests au glyphosate des "pisseurs involontaires de glyphosate" réalisés dans le cadre du mouvement "Nous voulons des coquelicots". Toutes les personnes testées sont positives sans exception avec des doses allant jusqu'à 40 fois la norme, sachant que le glyphosate n'est qu'un marqueur des autres pesticides).

Cinquièmement, la démocratie. Comment ne pas voir que celle-ci va évoluer grâce au mouvement des Gilets Jaunes et des militants écologistes qui marchent pour le climat. Dans cette idée de tout relocaliser pour parvenir à une société résiliente, pourquoi notre système démocratique ne suivrait pas le même chemin ? En gardant un état national pour les choses communes à tout-es les français-e-s, le RIC comme garde fous.

Je rappelle que nous pouvons financer tout cela en récupérant l'argent que l'on nous vole: les 300 milliards de dividendes versées chaque année aux actionnaires, les 120 milliards qui s'échappent chaque année par l'évasion et la fraude fiscale, l'argent investit dans le CICE ou les 37 milliards pour l'enfouissement des déchets radioactifs à Bure.

Je pense que nous sommes dans le grand virage du siècle. Soit nous faisons une révolution violente pour exproprier ces riches qui nous esclavagisent et détruisent la planète, soit nous boycottons ce système et nous créons de nouvelles sociétés autonomes et résilientes...

Enfin je vous renvoie vers cette pétition que j'ai rédigé (en y ajoutant les revendications d'autres personnes) afin de rendre l'écologie, la vraie, populaire, et montrer la nécessité de la transition écologique: http://ecologie.wesign.it/fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.