Démence singulière

Je tourne au coin de la rue, et je vois cette image. Je l'oublie, mais elle me saute dessus à nouveau cent mètres plus loin. Ça dure depuis un mois, et ça continuera encore jusqu'au 22 mai, date de la fin du festival.

Dans toutes les rues de Sète, l'affiche du festival "ImageSingulières". © Vincent Planel Dans toutes les rues de Sète, l'affiche du festival "ImageSingulières". © Vincent Planel

Un peu partout dans la ville, un doigt d'honneur de trois mètres de haut, adressé de la main gauche par une femme en bleu de travail, la main droite tenant une canette de Schwepps agrumes. Tous les détails sont importants, sans doute, dans l'esprit des organisateurs d'« Images Singulières ». Pour ma part, je ne vois que ce doigt d'honneur, encore et encore. Cette image m'agresse. Elle nous agresse. Nous la détestons. Pourtant nous nous taisons. Aucune polémique n'a retenti à ma connaissance, pas même venant du Front National, qui fait pourtant 40% aux élections locales. Quelque chose dans cette image doit leur plaire à eux aussi. À Sète, cité autrefois communiste mais dont l'activité portuaire a décliné depuis longtemps, il y a au fond consensus pour attirer les lecteurs cultivés de Mediapart, et consensus pour leur vendre « la France vue d'ici ». Ainsi, nous nous sommes habitués à l'esthétisation de la révolte, et aux étranges manières de ceux qui y croient : persuadés que l'esthétisation précèdera la révolte et, à la rigueur, qu'elle vaut bien la révolte elle-même. Donc doigt d'honneur. Et encore doigt d'honneur. Mais la société ne réagit pas. Rien, encéphalogramme plat. Malgré les électrochocs, malgré les « Nuit Debout », malgré les incantations. Oyez bonnes gens, venez contempler « la France vue d'ici ». Vous aurez au moins la garantie de ne rien voir et d'être confortés dans votre propre regard. Le journalisme et la photographie, par définition, ont-ils jamais eu autre chose à proposer?

 © imageSingulières © imageSingulières

* * *

Bienvenue en 2016. L'arrivée du TGV de Paris © Vincent Planel Bienvenue en 2016. L'arrivée du TGV de Paris © Vincent Planel

Bienvenue en 2016 (l'arrivée du TGV de Paris)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.